Nicolas Houel : l'aventure des spectacles Skedanoz en Bretagne
Previous
ALÉATOIRE
Sara Castagné, la conception lumière made in France
Next

Nicolas Houel : chercheur en études urbaines nocturnes

Doctorant au laboratoire AAU et au service EPICE de Nantes Métropole, Nicolas Houel est aussi chercheur en études urbaines nocturnes. Interview recherche.
par Vincent Laganier17 décembre 2018

Comment la nuit est devenue ton sujet de recherche ?

C’est assez rigolo. J’ai eu peur du noir très longtemps. La lumière était pour moi un élément indispensable car légèrement salvateur.

Avec Skedanoz, je me suis aperçu que la nuit était le meilleur moment pour apprécier le patrimoine. C’est un espace-temps particulier que l’on a fait évoluer et qui est le support de la lumière artificielle.

Skedanoz 2014, Erdeven, France © Quentin Hodé

Quels ont été les étapes de ton cheminement intellectuel ?

J’ai commencé à m’intéresser à la nuit obscure et tout ce qu’elle représentait. Dans mon article sur où est passée la nuit noire, je cite le travail exceptionnel de Tim Edensor de 2013. Il parle de la nuit noire et du rapport que l’Homme a avec elle aujourd’hui. C’est quelque chose de passionnant, car nous avons une certaine capacité à ne pas vouloir aborder la nuit historique, l’obscurité naturelle.

De là à faire une thèse sur la pédagogie de la sobriété lumineuse, il n’y avait qu’un pas ?

[rires] En effet, j’ai trouvé une configuration professionnelle pour étoffer mon approche de l’obscurité qui me permet d’apprendre encore plus sur la technique, sur les aspects sociaux, sociétaux, administratifs et juridiques… La thèse est une manière d’explorer le sujet et de pouvoir rendre objectivable mon approche, plus scientifiquement. Comment expliquer à une commune qu’on peut éteindre une partie de l’éclairage, pas seulement pour une question d’économie d’énergie, mais parce qu’elle peut y trouver une forme de sécurité, de tourisme… Afin de le faire mieux entendre, il faut se documenter et écrire. C’est l’objectif de ma recherche sur la pédagogie de la sobriété lumineuse.

Où en est l’étude d’éclairage d’un skate-park en rive de Loire ?

Dans le cadre de la thèse à l’ensa Nantes dans le service EPICE de Nantes Métropole, ce premier projet est mené avec la SAMOA, Société d’aménagement de l’île de Nantes. Récemment, elle a assuré la maîtrise d’ouvrage du réaménagement des berges de la rive Nord de l’île, notamment avec un skate-park.

Skatepark, zone de parkour et street workout, Nantes © Nicolas Houel

L’idée est de confronter les usages des sportifs avec une ouverture plus longue du terrain en soirée.

  • Quels éclairages sur-mesure concevoir ici pour les besoins spécifiques des sportifs ?

Nous travaillons sur une forme de concertation citoyenne où nous construisons l’éclairage du skate-park de l’île de Nantes avec eux. Cette étude de cas devrait faire l’objet d’une publication scientifique ensuite.

L’évaluation citoyenne fait aussi partie d’un autre projet d’éclairage pour un cheminement doux ?

À côté de ce projet, nous sommes en train d’explorer la possibilité d’éclairer un cheminement doux en bord de Loire. L’objectif expérimental est de faire attention à toutes les sources lumineuses pour n’éclairer ni la végétation, ni l’eau. Nous voulons voir à quoi l’espace public ressemble quand nous ne mettons pas en valeur les arbres et l’eau.

Cheminement doux en bord de Loire © Nicolas Houel

Dans le cadre de cette expérimentation, pour souhaitons ouvrir  un regard plus large sur l’intervention, et allons mettre en place une évaluation citoyenne, en plus de la nôtre, pour comprendre comment les gens réagissent à ces propositions.

Qu’en est-il de l’expérimentation Interactive Data Light ?

C’est dans la veine actuelle de la smart city, de tous les fabricants qui réfléchissent à comment un mobilier d’éclairage peut faire autre chose que d’éclairer la nuit. Nous avons développé un dispositif qui vient répondre aux grandes problématiques de la politique actuelle, comme la réduction de la pollution lumineuse et la réduction de la consommation d’énergie, par l’éclairage à détection.

Une fois encore, nous couplons cette expérimentation à une équipe d’évaluateurs, qui va nous permettre d’étudier, en partie, l’acceptabilité sociale d’un éclairage à variation d’intensité et de scénario d’allumage.

Axonométrie 3D de principe – Interactive Data Light © Nicolas Houel

Nous espérons dans ce sens contribuer à la démocratisation des sources lumineuses intelligentes, car les sollicitations industrielles auprès des aménageurs sont de plus en plus fortes, ne rendant la prise de décision que plus difficile, ralentissant la mise en place d’une partie de la rénovation de l’éclairage public, qui pourrait être équipée de ces dispositifs.

Avec Interactive Data Light, nous expérimentons dans l’île de Nantes une solution matérielle qui vient, en plus, récupérer des données. Nous sommes en train de l’analyser et nous observons des éléments de réponse très pragmatique comme :

  • quand la température augmente, l’éclairage consomme-t-il plus ou moins d’électricité ?

Rue La Noue Bras de Fer, Nantes, France – Interactive Data Light © Nicolas Houel

 

Notre idée est d’accompagner, de manière réaliste, l’évolution du matériel d’éclairage. Dans le prolongement d’autres projets qui ont été réalisés à grande échelle, l’idée est de proposer un outil à la collectivité où elle peut avoir accès à des données sur la qualité des données physiques de son espace public. Par exemple, nous pouvons croiser le nombre de véhicules qui passe par jour avec l’ambiance sonore, la qualité de l’air et la vitesse des véhicules et s’apercevoir à un moment que : quand les véhicules roulent à 30 km/h, il y a moins de dégagement de particules fines et moins de bruits. Alors, c’est moins accidentogène en termes de mobilité douce. Interactive Data Light peut-être une solution à déployer pour construire des aires dite “apaisées”, avec des revêtements de sol différents et qui font la part belle aux cyclistes et aux piétons.

Quelle est ta réflexion à l’heure actuelle sur la nuit ?

Par le travail de recherche scientifique et les cas pratiques, j’aimerais contribuer à la reconsidération de l’approche actuelle de la temporalité de la nuit et de l’obscurité. La perception sensible de la lumière et de la pénombre est fondamentale chez l’être humain, et je m’interroge aujourd’hui sur les raisons de l’absence d’une forme de pédagogie s’y rapportant. L’ACE étudie les approches possibles à la mise en place d’une véritable formation à la conception lumière, c’est une mission pionnière qu’il faut suivre de près et accompagner, car elle a de fortes chances de devenir indispensable dans les décennies à venir.

La pédagogie fait d’autant plus sens que nombre d’individus adorent quand la nuit des étoiles filantes arrive ou sont bouche bée devant la beauté d’une photo de la voie lactée. Un à deux siècles en arrière, ces des éléments étaient accessibles tout le temps, dès que le ciel était dégagé. La lumière artificielle a permis une nouvelle approche de la temporalité de la nuit et de ses usages. Nous avons aujourd’hui identifié des considérations énergétiques, sanitaires et environnementales qui questionnent l’éclairage artificiel en ville la nuit, et l’apparition de concepts type trame noire invite l’éclairage artificiel à trouver de nouvelles formes pour atteindre le leitmotiv pertinent mais encore flottant de l’AFE, éclairer juste.

La réflexion s’ouvre alors sur les opportunités politiques, économiques, sociales mais aussi et surtout pédagogiques pour assurer une rénovation de fond et de forme de l’éclairage artificiel comprise et admise de ses acteurs et usagers.

Équipe du projet

Laboratoire de recherche ENSA Nantes AAU CRENAU Nicolas Houel
Maître d'ouvrage Nantes Métropole EPICE SAMOA
Chercheur Tim Edensor
Association ACE AFE

Poursuivez votre recherche

Sujets Recherche éclairage Etude urbaine nocturne Ambiance nocturne Nuit noire Thèse professionnelle Lumière et obscurité Étude éclairage Skate-park Nantes Ile de Nantes Evaluation citoyenne Cheminement doux Expérimentation Interactive Data Light Éclairage Matériel éclairage Nuit Lumière artificielle Trame noire Voie lactée
Effets lumière Lumière directe
Techniques d'éclairage Éclairage urbain Éclairage public
Professions Chercheur
Supports Texte Photo
Fonction du lieu Laboratoire
Source Vincent Laganier Light ZOOM Lumière
728x90 Animated
Vincent Laganier
Vincent Laganier
Architecte diplômé de l'Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Nantes. Rédacteur en chef du portail Light ZOOM Lumière depuis 2012. Auteur de six ouvrages de référence sur la lumière, la ville et le bâtiment. Enseignant en conception lumière à l’ENSA Nantes, en art lumière l'ENSATT Lyon et au projet d'éclairage à l’INSA Lyon.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE