"La lumière est une joie pour moi" Chiara Carucci
Previous
ALÉATOIRE
"Le signal de cet éveil qui gagne" Jacques-Franck Degioanni
Next

“S’émanciper de l’électricité” Nicolas Houel

Co-concepteur de Skedanoz depuis 2014 en Bretagne, Nicolas Houel est architecte, enseignant et contributeur de notre portail. Interview Pensées lumière.
par Vincent Laganier4 février 2016

Qu’est-ce que la lumière pour vous ?

Nicolas Houel : la lumière est pour moi un outil de médiation à part entière. C’est un matériau capable de distribuer un message à la fois émotionnel et culturel, sensible et intellectuel. C’est un outil difficile à maîtriser, qui dispose d’une part non négligeable de liberté, que j’estime indispensable à conserver, “l’accident lumineux”, la perte de contrôle font partie du jeu, et apportent souvent le point final au discours mené par la lumière.

Quelle est votre première émotion lumière ?

Nicolas Houel : très certainement le Weather Project d’Olafur Eliasson, uniquement découvert en photos. Mais la transformation du lieu, l’effet produit et la simplicité du dispositif m’ont coupé le souffle.

The Weather Project © Olafur Eliasson

The Weather Project © Olafur Eliasson

Quel est votre sensation lumineuse préférée ?

Nicolas Houel : le filtre brumeux. Rien de plus envoûtant pour moi qu’une lumière opalescente, filtrée par un air chargé de vapeur. Pas d’éclairage direct, une simple lumière aux variations subtiles engendrées par les différents niveaux de condensation de l’air. Le nombre de plans qui se succèdent m’émerveille. Tout est à déchiffrer, à interpréter, à imaginer dans une lumière brumeuse !

Lac, Geneve © Nicolas Houel

Lac, Geneve © Nicolas Houel

Brouillard © Nicolas Houel

Brouillard © Nicolas Houel

Ile de Nantes © Nicolas Houel

Ile de Nantes © Nicolas Houel

Quelle est la réalisation lumière la plus aboutie pour vous ?

Nicolas Houel : difficile pour ma part d’imaginer meilleur projet que celui d’Olafur Eliasson, The Weather Project. Comme dit précédemment, nulle débauche technologique, nulle tentative d’une quelconque démonstration de force, le projet est là pour transfigurer les lieux, et il le fait à merveille, en toute simplicité. Les gens s’allongent sur le sol d’un espace muséal, c’est dire si le projet d’Olafur Eliasson est abouti !

Qu’est-ce que la lumière ne fait pas encore et que vous aimeriez qu’elle fasse à l’avenir ?

Nicolas Houel : s’émanciper de l’électricité. L’être humain a aujourd’hui tendance à confondre lumière et éblouissement. Les niveaux requis sont trop élevés et donc obligatoirement raccordés à un réseau électrique puissant. Revenir à une lumière plus simple, plus douce, reviendrait peut-être à investir la question du balisage à la place de celle de l’éclairage, aujourd’hui au bord de la rupture. Dan Roosegaarde le réalise plus que correctement dans le Van Gogh Path, où la phosphorescence prend la place des candélabres, et où la piste est indiquée plus qu’éclairée.

Il y a selon moi un travail très profond à réaliser sur le rapport entre être humain et lumière, et sur la capacité de l’Homme à revenir sur ses pas, à une époque où l’électricité n’était pas force de loi et où la lumière n’était pas si présente. Réduire l’éclairement, imaginer de nouveaux dispositifs, mobiles ou interactifs, pour réaliser à la fois des économies d’énergies, mais surtout (ré)ouvrir le regard de l’Homme face à son environnement nocturne, voilà ce que j’aimerais que la lumière fasse à l’avenir. Ne pas chasser l’obscurité mais la dévoiler.

Quelle personnalité de la lumière est la plus inspirante ?

Nicolas Houel :

  • Techniquement, Dan Roosegaarde effectue aujourd’hui d’après moi les avancées les plus prometteuses.
  • Esthétiquement, le travail de l’équipe Moment Factory à Coaticook m’a subjugué. Tant d’ambiances dans une seule et unique promenade ! Tant d’univers créés au cœur d’un parc forestier ! Fantastique.
Foresta Lumina, Parc-de la Gorge, Coaticook, Québec © Moment Factory

Foresta Lumina, Parc-de la Gorge, Coaticook, Québec © Moment Factory

Quel est votre objet lumineux préféré ?

Nicolas Houel : le feu de cheminée. Pas les flammes, mais les braises rougeoyantes. Il s’y déroule tout un spectacle. L’intensité des braises varie à chaque instant, passant du rouge vif au carmin, du jaune au blanc, c’est une scène mouvante qui se répète sur un nombre incalculable de points incandescents, c’est ultra captivant ! Je pourrais passer de heures à essayer de capter une logique qui n’existe pas, à y chercher un rythme, à en créer un.

Quelle est votre source de lumière idéale ?

Nicolas Houel : bonne question. J’estime aujourd’hui que la source de lumière idéale, si l’on parle de source artificielle, n’existe pas. Tous les éléments artificiels créés ne sont que des outils cherchant tant bien que mal à pallier à un besoin, et que nul ne comble le besoin correctement.

Nack, Nantes © Nicolas Houel

Nack, Nantes © Nicolas Houel

Seules les sources naturelles sont d’après moi idéales, car confortables. Le soleil, dans la variation de sa température de couleur, de son intensité, rappelle à l’être humain qu’il était son premier repère temporel, et qu’il est encore aujourd’hui une source d’énergie (individuelle, collective) indispensable.

Soleil levant © Nicolas Houel

Soleil levant © Nicolas Houel

Le soleil serait la source idéale, car elle est celle qui nous rappelle que malgré toutes nos tentatives, nous sommes encore aux balbutiements d’une maîtrise adéquate de la lumière. Le soleil comme source d’apprentissage (le jour où nous maîtriserons la fusion nucléaire autrement que pour en créer des bombes…) devient alors la source de lumière idéale.

Hippodrome, Nantes © Nicolas Houel

Hippodrome, Nantes © Nicolas Houel

Tarmac de Nantes © Nicolas Houel

Tarmac de Nantes © Nicolas Houel

Menec, Carnac © Nicolas Houel

Menec, Carnac © Nicolas Houel

Lieu

  • Nicolas Houel
  • Nantes, France
728x90 Animated
Vincent Laganier
Vincent Laganier
Architecte diplômé de l'Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Nantes. Rédacteur en chef du portail Light ZOOM Lumière depuis 2012. Auteur de six ouvrages de référence sur la lumière, la ville et le bâtiment. Enseignant en conception lumière à l’ENSA Nantes, en art lumière l'ENSATT Lyon et au projet d'éclairage à l’INSA Lyon.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.