Article

Quand la lampe à huile faisait sa révolution

À la veille de la Révolution française, une triple innovation de la lampe à huile va avoir lieu. Une nouveauté majeure pour l’éclairage domestique.
29 novembre 2022

Avec sa lampe à incandescence, Edison invente un usage, l’éclairage électrique ne nécessitant plus ni entretien régulier ni remplacement quasi quotidien, contrairement à la lampe à huile. Et même s’il a fallu plusieurs décennies pour acheminer l’électricité dans le moindre village, la transformation fut inexorable. L’éclairage domestique n’a plus connu depuis une telle rupture d’usage. Les améliorations des lampes à incandescence et à halogène, les lampes fluocompactes, et même les LED… Chaque nouvelle lampe est vendue comme une lampe de substitution des technologies qui la précèdent. Les performances affichées – en particulier la moindre consommation électrique – sont invisibles, sauf à regarder de près sa facture d’électricité. Et encore, sur un poste de consommation d’énergie bien moindre que celui relatif au chauffage.

Immuables lampes à huile

Avant la lampe électrique, l’histoire est un peu la même. Face aux immuables chandelles, bougies et lampes à huile, la mémoire collective a oublié les améliorations obtenues en éclairage domestique. Celles apportées par la lampe d’Argand à la fin du XVIIIe siècle sont sans doute les plus marquantes.

Mais revenons aux origines des lampes à huile. Elles apparaissent dès le paléolithique supérieur pour l’éclairage des grottes. Un réceptacle (parfois juste une anfractuosité du relief) contient de la graisse animale fondue. Des fibres végétales servent de mèche et nécessitent une surveillance constante afin qu’elles ne tombent pas dans la graisse.

Lampe à graisse (à graisse de rennes, précisément) trouvée dans la grotte de Lascaux à Montignac, Dordogne, Aquitaine, France. Époque magdalénienne, il y a 17 000 ans. Photographiée au musée national de Préhistoire aux Eyzies-de-Tayac © Sémhur, Wikipédia

À partir de l’Antiquité, les lampes à huile se sont diversifiées par :

  • leurs matériaux – pierre, terre cuite, métal,
  • leurs formes – ouvertes, fermées avec un ou plusieurs becs pour accueillir des mèches,
  • la nature du combustible – graisse animale, huile minérale ou végétale,
  • leur usage – lampe mobile, lampe à pied ou suspendue.

Mais le principe de fonctionnement n’a pas fondamentalement changé.

Ensemble de lampes à huile grecques et romaines © Combirom2, Wikipédia

Triple innovation des lampes d’Argand

Au XVIIIe siècle, les lampes à huile sont toujours utilisées pour l’éclairage domestique, mais elles souffrent de deux défauts principaux.

  • L’huile trop visqueuse a du mal à monter régulièrement sur la mèche par capillarité. L’éclairage est irrégulier et peut créer de la fumée.
  • La mèche a tendance à charbonner, ce qui nécessite de l’entretenir fréquemment afin qu’elle ne s’éteigne pas.

La première innovation est proposée en 1780 par le chimiste français Joseph Louis Proust. La lampe à réservoir latéral, ou lampe à niveau constant, repose sur le principe des vases communicants. Un tube fin permet à l’huile de s’écouler lentement de ce réservoir à la mèche, celle-ci étant toujours alimentée au même niveau.

Deux ans plus tard, le chimiste genevois Ami Argand apporte des améliorations décisives à la lampe de Proust. Il invente ce qu’il appelle un bec « à double courant d’air », qui consiste en deux cylindres creux métalliques emboîtés l’un dans l’autre et entre lesquels on place une nouvelle sorte de mèche, elle aussi cylindrique. Ce système ingénieux permet une « double » oxygénation de la flamme par l’air à l’extérieur et à l’intérieur de la mèche cylindrique. La combustion est plus complète : il n’y a plus de fumée. La lumière produite est aussi plus intense. Ami Argand va enfin placer une cheminée cylindrique en tôle, puis en verre, entourant à la fois la mèche et la flamme. Il obtient ainsi un tirage de la flamme et une lumière encore plus intense.

Lampe d’Argand, deux cylindres creux métalliques emboites entre lesquels on place une mèche cylindrique – appareils d’éclairage © iStock, ilbusca

Inventée par Argand et nommée par Quinquet

Le succès de cette lampe révolutionnaire est immédiat en France et en Angleterre. Revers de la médaille, les contrefaçons se multiplient. Malgré deux procès victorieux, Argand ne peut empêcher l’usurpation de son invention par Antoine Quinquet qui, pour la postérité, emporte la mise. Le quatrain suivant résume la situation.

 

« Voyez-vous cette lampe où, muni d’un cristal,

Brille un cercle de feu qu’anime l’air vital ?

Tranquille avec éclat, ardente sans fumée,

Argand la mit au jour, et Quinquet l’a nommée. »

 

Il a été « diffusé à l’occasion de la première du Mariage de Figaro (27 avril 1784) au théâtre de l’Odéon », précise Vincent Monnet dans Campus no 125 de l’université de Genève.

Comble de l’imposture, Quinquet devient un nom commun pour désigner une lampe d’Argand. Bien que désuet aujourd’hui, on le trouve encore en 1956 sous la plume d’Aragon, « le bonheur n’est pas un quinquet de taverne », et même au sens figuré pour « œil » comme dans la chanson « Tel qu’il est », interprétée par Fréhel :

 

« C’est complet, il est muet.

Ses quinquets sont en biais.

C’est un fait que tel qu’il est.

Il me plaît. »

Chanson Tel qu’il est, interprétée par Fréhel

 

Malgré les contrefaçons, Ami Argand crée une manufacture de lampes avec la bénédiction de Louis XVI. La Révolution française de 1789 marque un rude coup d’arrêt à ses affaires. Mais il a d’autres cordes à son arc et continue à apporter des améliorations à diverses inventions jusqu’à sa mort en 1803.

 
 

Éclairage sans ombre

L’inconvénient des lampes Proust, Argand et Quinquet est la position du réservoir qui masque une partie de la lumière émise par la flamme. À partir de 1810, des modèles sont proposés pour éviter ces effets d’ombres, notamment en plaçant le réservoir sur la partie supérieure, autour du brûleur. Ces lampes à pied vont marquer le style (on ne parlait pas encore de design) des intérieurs de l’époque.

Lampe astrale en verre et bronze, autour de 1860, collection du Metropolitan Museum of Art, présentée à l’American Decorative Arts – 68.111.2 © Purchase, Anonymous Gift, 1968, Wikipédia

Autre approche plus sophistiquée, Bertrand Guillaume Carcel place cette fois le réservoir dans la partie inférieure. Un mécanisme d’horlogerie, qu’il suffit de remonter de temps en temps, actionne une petite pompe immergée dans le réservoir qui achemine l’huile de colza vers la mèche. Onéreuse et fragile, elle est réservée à une clientèle huppée. La quantité d’huile consommée pouvant être précisément quantifiée, elle va toutefois convaincre les métrologues français de la choisir comme source étalon. Durant un court temps (de 1880 à 1884), le carcel devient la nouvelle unité de l’intensité lumineuse valant environ 10 bougies en anciennes unités.

À l’origine de l’éclairage du XIXe siècle

La force des innovations de la lampe d’Argand se mesure dans leur utilisation pour d’autres lampes tout au long du XIXe siècle. Au début du siècle apparaît l’éclairage au gaz. Parmi les nombreux becs à gaz, celui de type Argand est un bec à trous circulaires disposés en couronne. La flamme formée est ainsi cylindrique et profite du double courant d’air, comme son équivalent pour la lampe à huile.

À partir de 1860, le « pétrole lampant » est utilisé comme combustible dans une lampe d’Argand. Plus volatile que les huiles végétales, le pétrole va monter le long de la mèche par simple capillarité sans avoir recours aux mécanismes complexes précédemment décrits. Les lampes à pétrole remplacent rapidement les lampes à huile.

Lampes à pétrole © Serg_Velusceac, iStock

Dernier soubresaut dans l’histoire des lampes à huile : l’invention par l’Autrichien Carl Auer von Welsbach des manchons à incandescence dans les années 1890. Il obtient de fortes luminosités en dissociant pour la première fois la production de chaleur par combustion et l’émission de lumière par incandescence du manchon. Le bec Auer est l’association du manchon incandescent à un bec Bunsen à gaz. Adapté sur une lampe à pétrole, on obtient ce que l’on appelle une lampe à pression.

Mais cette innovation pour un usage à grande échelle arrive trop tardivement. La lampe électrique d’Edison a déjà commencé à s’imposer pour l’éclairage domestique.

 

Approfondir le sujet

Éclairage, chauffage et eau aux XVIIe et XVIIIe siècles, Stephane Castelluccio – couverture © Éditions Gourcuff Gradenigo

Photo en tête de l’article : portrait de James Peale, réalisé en 1822 par Charles Willson Peale – lampe à huile Argad – Bridgeman Art Library, Founders Society purchase and Dexter M Ferry Jr fund © Charles Willson Peale

Équipe du projet

Poursuivez votre recherche

Sujets Lampe à huile Lampe Argand Lampe de table Eclairage domestique Histoire éclairage Invention
Effets lumière Lumière directe Lumière blanche
Techniques d'éclairage Éclairage intérieur
Fonction du lieu Habitat Logement
Enseignant-chercheur, Lionel Simonot enseigne l’éclairagisme depuis 2003 à l’École nationale supérieure d’ingénieurs de Poitiers – ENSI Poitiers : cours magistraux et pratiques en photométrie, technologie des sources de lumière, dimensionnement électrique et interactions lumière matière. Ses activités de recherche portent sur les propriétés optiques et l’apparence des matériaux, notamment via le GDR APPAMAT. Applications : films minces nanocomposites, couches de peinture en glacis ou vernis et objets obtenus par impression 3D. Il est auteur de la transposition du livre de Pierre Bougueur, Essai d’optique sur la gradation de la lumière, du livre rétrospectif et prospectif, Éclairage et lumière du IIIe millénaire, 2000-2050, aux éditions Light ZOOM Lumière en 2021.
0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Livres

Éclairage et lumière du IIIe millénaire, 2000-2050, un livre collector

Quand l’éclairage LED pourrait révolutionner le monde. Éclairage et lumière du IIIe millénaire jusqu'en 2050. Le livre collectif à partager.

En savoir plus...

Essai d’optique sur la gradation de la lumière, de Pierre Bouguer

Aux sources de la photométrie avec Lionel Simonot. Voici l'Essai d’optique sur la gradation de la lumière de Pierre Bouguer, à redécouvrir.

En savoir plus...

Les sources de lumière artificielle, de William Sanial

Des lampes à incandescence aux LED. Comprendre la technique des sources de lumière artificielle avec William Sanial. Un livre abondamment illustré.

En savoir plus...