L'essentiel des normes utiles en éclairage et électricité
Previous
ALÉATOIRE
Le confinement au balcon est-il ingénieux et créatif ?
Next

Les nouvelles lanternes, poème, de Valois d’Orville, 1755

Les lanternes. Histoire de l'ancien éclairage de Paris. Quand un poème de Valois d'Orville, emprunt de mythologie grecque, s'en empare il y a 265 ans.
par Vincent Laganier25 mars 2020
Achetez chez Amazon.fr Achetez chez FNAC.com

Nouvelles lanternes, poème.

Adrien-Joseph de Valois d’Orville

à M. l’Abbé de Preigney

 

Sur son char, entouré d’une vive lumière,

Par ses rayons naissant Phoebus chassait la nuit.

Quoi ? dit-elle, déjà je finis ma carrière ?

Quel ennemi sans cesse me poursuit !

Toujours marcher, changer d’hémisphère !

Ne pourrai-je jamais, fur un même réduit,

Pour mon repos devenir sédentaire ?

Et ne plus voir cet astre qui me nuit,

De qui l’aspect excite ma colère ?

Phoebus l’entend, la regarde ; elle fuit.

Le Soleil triomphant sur la nature luit.

Mais, tandis qu’il échauffe et ranime la terre

Et le fait refleurir par l’éclat d’un beau jour :

La Nuit, pour pouvoir à son tour

Lui déclarer une nouvelle guerre,

Du céleste lambris s’empare doucement,

Bientôt l’astre qui nous éclaire,

La voit paraître en palissant.

Déjà son empire s’étend ;

Ses ombres, au soleil, affreuses, incommodes,

Semblent ternir l’éclat de ce flambeau brillant.

Elle approche, il s’éloigne ; et dans le même instant

Il est contraint d’aller régner aux Antipodes,

Irrité de se voir poursuivi, combattu,

D’essuyer chaque jour un cruel outrage

Triompher le matin, le soir être vaincu.

« Ah c’en est trop, dit-il, Jupiter, tout m’engage

A recourir à toi dans ce pressant danger.

Arbitre des Destins tu me vois outrager ;

Je t’invoque, prends ma défense,

De la nuit daigne me venger.

Fais cesser nos combats, et punis qui m’offense

Calme-toi, lui répond des Dieux le Souverain,

Pour tes bienfaits plein de reconnaissance,

Le terrestre séjour, soudain

Va se charger de ta vengeance.

Le règne de la nuit désormais va finir,

Des mortels (1) renommés par leur sage industrie,

De leur climat sont prêts à la bannir :

Vois les effets de leur génie.

Pour placer la lumière en un corps transparent,

Avec un Verre épais une lampe (2) est formée.

Dans son centre une mèche, avec art enfermée

Frappe un réverbère éclatant

Qui, d’abord la réfléchissant,

Porte contre la nuit sa splendeur enflammée.

Globes brillants, astres nouveaux,

Que tout Paris admire au milieu des ténèbres (3) ;

Dissipez leurs horreurs funèbres

Par la clarté de vos flambeaux.

Déjà, pour lever tous obstacles,

Du monarque français on implore l’appui,

Nous ne favorisons les humains que par lui ;

Des Dieux les Rois font les oracles.

Pour ne rien hazarder, enfin,

Il charge de Thémis les ministres ridelles (4)

D’examiner les machines nouvelles.

Quel avantage on leur trouve soudain !

Chacun y reconnait l’utilité publique.

On raisonne, on combine, on juge, on applaudit.

En leur faveur tout haut, l’Intégrité s’explique,

Au mécanisme tout souscrit,

Jusqu’au sénat académique.

Es-tu content, Phoebus ? Que la nuit désormais

Veuille étendre ses voiles sombres,

Son empire est détruit, ces lumineux objets

Seront à l’avenir les vainqueurs de ses ombres

Ce n’est pas tout encore. Sur ces heureux progrès

J’entends, continua le maître du tonnerre,

Des reproches qui me font faits,

Quelques Dieux en font en colère.

Mercure, en qualité de patron des voleurs,

Voit leur défaite sur la terre.

A mes sujets, dit-il, chacun fera la guerre,

Ils n’inspireront plus de mortelles frayeurs.

Animé par la vigilance.

Le soir et le matin, en tous lieux transporté,

On verra l’homme aller sans défiance.

Dans ses regards fera sa sûreté,

Lorsque les yeux possèdent la clarté,

Le corps jouit de sa défense.

Vénus vient se plaindre à son tour

Que cet événement est nuisible à Amour.

Qu’allez-vous devenir hypocrites femelles ?

Modestes au logis, au dehors infidèles

Dont les airs ingénus font l’erreur des époux,

Pour de nocturnes rendez-vous,

Qui de l’Amour prenez les ailes,

Et revenez à petit bruit.

L’ombre ne va donc plus favoriser ces belles,

Vertueuses le jour et profanes la nuit ?

Rassurez-vous, aussi, galant, dont les richesses

Font l’amour des objets dont vous êtes flatté,

Une favorable clarté,

Vous montrera de vos Lucrèces

Jusqu’où est de leurs caresses

Et que l’on est de leurs caresses

Victimes, plus souvent, que de leur cruauté.

Tes ingénieuses lumières,

Abbé, vont désormais rassurer les esprits.

Elles serviront dans Paris

D’armes, de gardes, de barrières.

Déjà nos Citoyens sincères

De tes heureux travaux ont admiré le prix.

A l’exemple des Dieux les hommes éternisent

Ceux qui sont, comme toi, dignes d’être connus.

Ils différent pourtant, selon leurs attributs.

Les Dieux et les mortels ensemble immortalisent ;

Les hommes, les talents, et les Dieux tes vertus.

 

 

Note de l’auteur

(1) M. de Preigney et Bourgeois, auteurs des nouvelles lanternes.

(2) Description des nouvelles lanternes.

(3) Les lanternes qui font au Louvre.

(4) Le Privilège enregistré au Parlement le 28 décembre 1745.

 

 

Source

Extrait du livre : Les lanternes. Histoire de l’ancien éclairage de Paris :

  • Les nouvelles lanternes, poème, 1755.
  • Les ambulantes à la brune contre la dureté du temps, 1769.
  • Les sultanes nocturnes, 1769

Bibliothèque nationale de France, département Littérature et art, YE-9722, Gallica

 

 

Lanterne à huile

La lanterne à huile a été inventée en 1744 par Bourgeois de Chateaublanc. Le réverbère est composée d’une armature, d’un bec à huile et de réflecteurs métalliques qui réverbèrent la ou les flammes.

Premier réverbéré, lanterne à huile – Louis Figuier – Les Merveilles de la science, 1867 – 1891, Tome 4.djvu © Wikipédia

Posée en série à Paris à partir de 1766 cette lanterne d’éclairage public remplaça avantageusement les lanternes à chandelles mises en place dès 1667. L’éclairage qu’elle fournit est jugé équivalent à 30 chandelles.

 

 

Approfondir le sujet

Livre

Achetez chez Amazon.fr Achetez chez FNAC.com
Auteur Édouard Fournier
Titre Les lanternes. Histoire de l'ancien éclairage de Paris
ISBN 978-2019177966
Éditeur Hachette Livre BnF
Pays d'édition France
Collection Littérature
Date de publication Octobre 2017
Nombre de pages 80

Poursuivez votre recherche

Sujets Lanterne Lanterne de style Lanterne Paris Réverbère Histoire éclairage Paris Mythologie grecque Lumière Éclairage Phoebus Jupiter Thémis Vénus Lucrèce Poésie Poème lumière Poème éclairage Littérature
Techniques d'éclairage Éclairage extérieur Éclairage public Éclairage urbain
Professions Auteur Poète
Supports Texte Dessin
Fonction du lieu Ville
Source Vincent Laganier Light ZOOM Lumière
728x90 Animated
Vincent Laganier
Vincent Laganier
Architecte diplômé de l'Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Nantes. Rédacteur en chef du portail Light ZOOM Lumière depuis 2012. Auteur de six ouvrages de référence sur la lumière, la ville et le bâtiment. Enseignant en éclairage à l’ENSA Nantes et à l'ENSATT Lyon.
728x90 Animated

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.