Fête des Lumières 2017 : artistes pour la première fois à Lyon
Previous
ALÉATOIRE
La nuit en ville devient-elle tendance ?
Next
728x90 Animated

Lumière, points de rencontres

Maximilien Mussche a réalisé son mémoire d’architecte ESA sur Tromsø, « ville des aurores boréales » en Norvège. Résumé de Lumière, points de rencontres.
par Maximilien Mussche12 décembre 2017

L’architecture est le résultat d’une rencontre. Celle de la lumière avec la matière. Sans lumière il n’y a pas de matière, donc pas d’architecture. Si de jour le soleil s’avère être le narrateur incontestable de la mutation d’une architecture durant le cycle journalier et saisonnier : que se passe t-il la nuit ? Comment raconter cette autre histoire ? Quels scénarios imaginer pour une vie nocturne ?

Si les formes architecturales se sont prioritairement contraintes à des contextes lumineux naturels et des cultes de la lumière très variés selon les différentes régions du monde, comment circonscrire une culture de l’éclairage de nuit d’aujourd’hui ?

L’homme déclaré espèce diurne, déploie de plus en plus une grande partie de sa vie active la nuit. D’autant plus dans les régions septentrionales du globe où, l’hiver et la nuit sont majoritaire et l’été sont de longues journées. Il ne s’agit plus ici d’éclairer en fonction d’enjeux sécuritaires ou esthétiques mais de relier l’architecture à une culture ainsi qu’à de véritables usages et besoins nocturnes.

Parc de Telegraphbukta à Tromsø

Panorama de la baie de Tromsø, Norvège © Maximilien Mussche

J’ai recherché un site où les conditions lumineuses auraient à la fois un impact sur la physiologie humaine, la culture, la nature et l’architecture. Une fois Tromsø en Norvège choisie pour ses différentes caractéristiques tant naturelles, humaines, que climatiques, l’objectif a été de répondre à un besoin qui serait lié à la fois à l’architecture, à la culture et aux pratiques des habitants.

Ainsi, le site du parc de Telegraphbukta n’est pas choisi au hasard. En été comme en hiver, il est un lieu de rencontre majeur à la fois pour les habitants et pour les touristes. Non loin du centre-ville, on s’y dirige pour visiter le musée universitaire de Tromsø, pour se balader en forêt ou encore découvrir le long de l’eau des architectures vernaculaires de plusieurs époques. On y trouve la plage de Télégraphbukta, point de retrouvailles pour admirer la vue sur un bras de mer plein sud (là où les sommets des montagnes s’illuminent), pour faire des feux, un barbecue, du sport, pêcher, flâner, nager lorsque les beaux jours reviennent. ou encore fêter le retour du soleil le 15 janvier !

Axonométrie du projet d’architecture, Tromsø, Norvège – Projet d’architecture : Lumière, points de rencontres, ESA Paris © Maximilien Mussche

Composition architecturale du projet

La disposition des bâtiments à l’intérieur du projet semble éparse au premier abord, mais est fusionnelle non seulement de par la promenade, mais aussi par les usages, les volumes et surtout l’histoire commune qu’ils racontent. La promenade se vit comme une ascension ou une descente du ciel vers la mer en passant par la terre. Chacune des architectures qui ponctue la promenade est un point de rencontre, qui met en valeur une part de paysage ou d’histoire. Une rencontre avec la culture Sami et Norvégienne au travers d’une architecture qui se nourrit de lumière.

Ces architectures retranscrivent par leurs formes et leurs fonctions une culture propre au site. Il s’agit de faire resurgir l’histoire par un angle de vue, une ambiance, une émotion, grâce à la lumière. Le projet est aussi soudé par le langage architectural , les matériaux utilisés, leur structure mais la forme se distingue par la fonction qu’ils abritent et l’environnement qui les entoure (plage, forêt dense, proximité du musée).

Le promontoire de l’Odden de jour, Tromsø, Norvège – Projet d’architecture : Lumière, points de rencontres, ESA Paris © Maximilien Mussche

Leur orientation choisie par rapport au soleil vient aussi renforcer ce lien. Cette descente s’incrit aussi dans les mœurs et habitudes des tromsiens. L’axe majeur du projet est déterminé en fonction de la vue qu’il offre vers la montagne la plus basse au bout du bras de mer vers le sud, mais aussi par rapport à la latitude du soleil au 23 janvier à 14h (date de retour du soleil après 2 mois de nuit totale). Le choix d’un sommet de montagne comme élément déterminant de la direction de ma promenade est aussi un rappel de la culture sami vénérant tant le paysage et définissant des éléments naturels proéminents et comme points de repère lors des migrations et comme lieux de culte.

Passerelle d’accès à l’Odden, le promontoire au couchant, Tromsø, Norvège – Projet d’architecture : Lumière, points de rencontres, ESA Paris © Maximilien Mussche

Odden : le promontoire

Surélevé et embrassé par une forêt dense qui laisse entrevoir des vues vers le sud sur l’ensemble du projet, c’est un premier lieu d’immersion, de rencontre et de retrouvailles. Le feu au sol invite à s’y installer pour observer le ciel, et l’étage supérieur à regarder la vue vers les fjords. La structure de ce volume offrant cette entrée en contact avec le paysage est aussi une réminiscence des constructions sami.

Coupe longitudinale – Le promontoire de l’Odden de jour, Tromsø, Norvège – Projet d’architecture : Lumière, points de rencontres, ESA Paris © Maximilien MusscheCoupe longitudinale –

Leur technique de construction du grenier est utilisée à des fins évidentes de surélévation mais aussi pour libérer l’espace au sol. D’ici l’on peut observer les étoiles au travers d’une trémie ouverte vers le ciel qui rappelle la vue zénithale que l’on trouve dans les tentes nomades. Les esprits de la nature en langue Sami.

Plan R+1 – Le promontoire de l’Odden de jour, Tromsø, Norvège – Projet d’architecture : Lumière, points de rencontres, ESA Paris © Maximilien Mussche

Sortis de l’observatoire, l’on redescend au pied des arbres. La forêt de pins s’aère, les bouleaux se font de plus en plus nombreux.

Passerelle d’accès à l’Odden, le promontoire de nuit, Tromsø, Norvège – Projet d’architecture : Lumière, points de rencontres, ESA Paris © Maximilien Mussche

Luondu : la sépulture de l’ours

A mi-chemin, une forme triangulaire est percée de bout en bout par des fenêtres. En s’approchant, on distingue un extrait du musée, les ossements de l’ours qui lévitent à l’intérieur.

Coupe longitudinale – Luondu, bâtiment autour de la sépulture de l’ours, Tromsø, Norvège – Projet d’architecture : Lumière, points de rencontres, ESA Paris © Maximilien MusscheCette architecture fait référence au rituel de l’ours dans la culture Sami. Il est considéré comme un être supérieur. Tous les ossements étaient préservés et disposés dans la sépulture en respectant l’anatomie de l’animal.

Plan rez-de-chaussée – Luondu, bâtiment autour de la sépulture de l’ours, Tromsø, Norvège – Projet d’architecture : Lumière, points de rencontres, ESA Paris © Maximilien Mussche

On gravite autour du bâtiment pour le comprendre, puis on y rentre pour une interrogation sur l’histoire du lieu, l’histoire autochtone. Une invitation à en découvrir plus sur la culture sami hébergée dans le musée avoisinant.

Luondu, bâtiment autour de la sépulture de l’ours de jour, Tromsø, Norvège – Projet d’architecture : Lumière, points de rencontres, ESA Paris © Maximilien Mussche

Luondu, bâtiment autour de la sépulture de l’ours de jour, Tromsø, Norvège – Projet d’architecture : Lumière, points de rencontres, ESA Paris © Maximilien Mussche

Im heim : à la maison

La plage étant déjà un lieu de rencontre important dans la ville, je décide d’en faire le point névralgique de mon projet.

Axonométrie – La maison, Im heim en norvégien, avec un rayon de soleil, Tromsø, Norvège – Projet d’architecture : Lumière, points de rencontres, ESA Paris © Maximilien Mussche

On y trouvera une place centrale circulaire avec des gradins, au milieu de laquelle se trouve un grand feu. La place sera lieu de spectacles, de fêtes, de réunion ou d’observation.

Convivialité nocturne, Tromsø, Norvège – Projet d’architecture : Lumière, points de rencontres, ESA Paris © Maximilien Mussche

Le programme architectural vient ponctuer ce parcours fusionnel. Chaque étape, chaque architecture racontant une part d’histoire. Si ces architectures sont toutes des lieux de potentielles rencontres, chacune invite à une rencontre différente ; avec la lumière, l’environnement, une culture, avec l’autre et avec soi. Le langage reprend des formes simples qui s’inspirent de l’architecture vernaculaire locale et autochtone, en écho avec le paysage, tout en nuances et sobriété.

Coupe transversale – La maison, Im heim en norvégien, avec un rayon de soleil, Tromsø, Norvège – Projet d’architecture : Lumière, points de rencontres, ESA Paris © Maximilien Mussche

De prime abord, l’archétype de la maison norvégienne, avec son toit et de petites fenêtres pour se protéger de la neige et du froid, ne répond pas aux contraintes lumineuses extrêmes de cette région. Cependant, ces fenêtre si sombres en été et emplies de vie et de lumière en hiver témoignent bien d’une appropriation de la nuit. Chaque fenêtre racontant sa propre histoire. Aussi, la fenêtre sera l’un des éléments clé du vocabulaire du projet. Chacune apporte aux intérieurs une intensité et une température de couleur.

La maison, Im heim en norvégien, avec un rayon de soleil, Tromsø, Norvège – Projet d’architecture : Lumière, points de rencontres, ESA Paris © Maximilien Mussche

Une toiture classique, avec deux pans qui s’intègrent dans le paysage me permet d’ajouter un angle de lumière supplémentaire. Le bardage en bois et sa couleur, élément caractéristique des maisons norvégiennes, sera utilisé sur chaque architecture comme brise-soleil amovible permettant une maîtrise de la lumière. Ce bardage doublé de luminaires vient filtrer la lumière le jour et diffuser la lumière la nuit.

Membres du jury

  • Directeur de diplôme : Bertrand Renaud, professeur de philosophie à l’ESA Paris.
  • Président de soutenance : Sébastien Chabbert, professeur d’architecture, ESA, et architecte, Wonderland Productions.
  • Expert : François Migeon, co-fondateur de l’agence de concepteurs et plasticiens lumière et concepteur lumière, 8’18’’,
  • Architecte DESA diplômé à l’ESA : Luc Izri.
  • Enseignant de l’ENSA Nantes : Vincent Laganier, rédacteur en chef, Light ZOOM Lumière.
  • Candide : Fanny Tassel, professeur à l’ESA dans la discipline Observatoire et corps – Art, et architecte plasticienne.

La présentation du mémoire de Maximilien Mussche a eu lieu le 10 juillet 2017 à l’Ecole Spéciale d’Architecture de Paris. Le diplôme d’architecte ESA a été remis à l’unanimité avec les félicitations du jury.

La maison, Im heim en norvégien, au couchant, Tromsø, Norvège – Projet d’architecture : Lumière, points de rencontres, ESA Paris © Maximilien Mussche

ZOOM +

 
Effets de lumière bleue 2/3 : Erik Selmer
 
Østbanehallen, Oslo : mur de pixels de ÅF Lighting
 
Skedanoz 2015 à Carnac
 
Maison passive pour jeunes retraités dans le Finistère

ZOOM -

Lieu

  • Parc de Telegraphbukta
  • Tromsø, Norvège

Livres

AMC Lumière - hors-série 2017

20 projets d'architectures et de lumière sont présentés avec des photos, coupes et détails dans ce hors-série 2017 de AMC Lumière.

En savoir plus...

Lexique de l’éclairage professionnel, de Sophie Caclin

Comment parler de la lumière en français et en anglais ? Le lexique présente la traduction de tous les termes utilisés par les professionnels de l’éclairage.

En savoir plus...

Art of Burning Man, photographe NK Guy

16 ans de photographies de Burning Man dans le désert de Black Rock. Emotions, lumière, crépuscule, feu, nuit et magie.

En savoir plus...

Poursuivez votre recherche

Sujets Mémoire architecte Ecole Spéciale d'Architecture - ESA Tromsø Norvège Architecture Conception lumière Lumière matière Composition architecturale Programme Environnement nocturne Promontoire Ours Restaurant Jetée Vie nocturne Ambiance lumineuse
Effets lumière Lumière diffuse
Techniques d'éclairage Éclairage architectural
Professions Architecte
Supports Texte Coupe Plan Axonométrie Simulation 3D Vidéo
Fonction du lieu Parc
Source Maximilien Mussche Light ZOOM Lumière
728x90 Animated
Maximilien Mussche
Maximilien Mussche
Architecte diplômé de l’École Spéciale d’Architecte de Paris – ESA. Il est passionné par le design, les arts et le sports. Fort de nombreux voyages culturels à l’étranger, pour son mémoire en architecture, il a tout naturellement choisi le grand nord, au-delà du cercle polaire, pays du soleil de minuit en été et des aurores boréales en hiver.
728x90 Animated

Laisser un commentaire