Interview

Références méconnues de l’agence en éclairage urbain

Quelles sont les références lumière méconnues de l’Acte Lumière ? Sources d’inspiration du concepteur lumière Jean-Yves Soëtinck.
20 septembre 2021

Comment se sont passées les premières années de pratique ?

Jean-Yves Soëtinck : mes premières années ont été particulièrement difficiles, car je suis parti sans réseau, sans référence et sans rien. J’ai peu à peu construit des partenariats, en équipe pluridisciplinaire, avec des grands noms du paysage. Par exemple, avec le paysagiste urbaniste Alfred Peter. Très rapidement, il m’a emmené sur des opérations, comme la mise en lumière du boulevard du littoral à Cagnes-sur-Mer.

Quelles sont tes réalisations lumière préférées de ces 20 ans ?

Jean-Yves Soëtinck : il y a plein de réalisations importantes, mais parfois restées trop confidentielles, car elles amenaient des choses à l’époque où elles ont été faites. Je n’ai peut-être pas su communiquer dessus.

Par exemple, le boulevard du littoral à Cagnes-sur-Mer en juin 2005. C’était une petite prouesse technique d’éclairer avec des réflecteurs isotropes et 75 mètres d’interdistance entre mâts. Et une esthétique fluide bien intégrée dans le grand paysage.

Boulevard du Littoral, Cagnes-sur-Mer, France – Paysagiste urbaniste : Atelier Alfred Peter – Concepteur lumière et photo © L’Acte lumière

Finalement, ce n’est qu’un simple mât de stade, incliné en arrière de 8°, avec une pointe courbée en finition. C’était mon premier gros projet ! Il m’a permis de faire décoller l’agence.

Boulevard du Littoral, Cagnes-sur-Mer, France – Paysagiste urbaniste : Atelier Alfred Peter – Concepteur lumière et photo © L’Acte lumière

D’autres références d’éclairage urbain d’espaces publics méconnus ?

Jean-Yves Soëtinck : il y a aussi le projet de la place Darcy à Dijon. J’ai retravaillé un matériel que « j’aime » énormément. C’est le « Boréal » de Laurent Fachard. J’ai utilisé la capacité de personnalisation du masque de cet appareil, un peu en forçant la main de Comatelec.

Place Darcy, Dijon – Réalisation de lumière durable de Alfred Peter et l’Acte Lumière – Photo Jean-Yves Soetinck

En fait, j’ai fait changer le matériau pour un inox de finition polymiroir et créé le graphisme de la découpe du bouclier. Je souhaitais m’inspirer de la culture de la mosaïque des tuiles vernissées, une spécialité architecturale bourguignonne.

Masque poli miroir de nuit, place Darcy, Dijon, France – Conception lumière : l’Acte Lumière – Photo : Jean-Yves Soëtinck

J’aime aussi beaucoup les quais de l’Isère à Grenoble parce que les dessins du mât et de la lanterne sont entièrement des designs sortis de L’Acte Lumière. Mais aussi, son mode d’implantation.

Quais de l’Isère, Grenoble, France – Urbaniste paysagiste : Alain Marguerit – Concepteur lumière et photo © L’Acte lumière

Ce luminaire est un hybride destiné à rompre l’implantation linéaire des appareils en variant hauteur et position transversale de la lanterne. Ce que j’ai appelé « mon joyeux bordel lumineux ».

Quais de l’Isère, Grenoble, France – Urbaniste paysagiste : Alain Marguerit – Concepteur lumière et photo © L’Acte lumière

Ici, on cherche à mixer les axes de lumière pour éviter le grand alignement d’éclairage public, et garder un esprit festif façon « marche aux lampions » sur ce quai très animé.

Quelles sont tes sources d’inspiration dans la lumière ?

Jean-Yves Soëtinck : mes sources d’inspiration franco-françaises ont été les réalisations emblématiques internationales de l’agence dans laquelle j’ai travaillé à mes débuts. Mais j’ai été toujours admiratif des écrits de Roger Narboni, et du travail de Laurent Fachard par la qualité et le pointu de ses projets. Je pense que Laurent Fachard a été le « bulldozer », le « chasse-neige » qui a ouvert la voie à plein de choses pour nous, la seconde génération de concepteur lumière. Aujourd’hui, si l’on peut mettre de la couleur dans l’espace public, c’est parce qu’un jour il a tapé du poing sur la table.

Part-Dieu, Lyon – Rue du Dr Bouchu – éclairage public bleu – Conception lumière : Les Eclairagistes Associes, Laurent Fachard © Jean-Yves-Soetinck

Ainsi, Laurent Fachard a éclairé :

Mon regret est d’avoir découvert sur le tard la justesse du travail de Pierre Bideau.

Et au niveau international, quel concepteur lumière te fascine ?

Jean-Yves Soëtinck : plus tard en cherchant à voir hors de France, forcément, il y a le concepteur lumière et théoricien de l’éclairage Richard Kelly, qui était déjà à la base de tout.

Glass House, lumière au crépuscule, New Canaan, Connecticut, Etats-Unis – Architecte : Philip Johnson – Concepteur lumiere : Richard Kelly – Photo : Sancy Bass

Avec trois concepts de base – éclairage général, de fond primaire et des jeux de brillances –, il avait déjà tout décrit depuis 1950, si je me souviens bien… et puis les écrits de William M. C. Lam.

Propos recueillis par Vincent Laganier par téléphone le 8 janvier 2021.

À suivre…

Métier de l’éclairage architectural en pratique

Approfondir le sujet

Photo en tête de l’article : place de la Mairie, Sotteville-les-Rouen, France – Architecte paysagiste : JNC international – Concepteur lumière : L’Acte lumière © Xavier Boymond

Architecte diplômé de l'Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Nantes. Éclairagiste par passion depuis 1997 en Europe. Rédacteur en chef du portail Light ZOOM Lumière depuis 2012. Auteur de six ouvrages de référence sur la lumière, la ville et le bâtiment. Enseignant en éclairage à l’ENSA Nantes et à l'ENSATT Lyon.
0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.