Les nouvelles lanternes, poème, de Valois d'Orville, 1755
Previous
ALÉATOIRE
Projet d’architecture : comment passer du rêve à la réalité ?
Next
728x90 Animated

Le confinement au balcon est-il ingénieux et créatif ?

Et si le confinement au balcon était ingénieux et créatif ? Sélection d'espaces de villes et d'initiatives solidaires publiés sur les réseaux sociaux.
par Maxime Brunois27 mars 2020

« Question : comment faire pour ne pas perdre son temps ? Réponse : l’éprouver dans toute sa longueur. Moyens : […] vivre à son balcon le dimanche après-midi »

Albert Camus, La Peste, 1947

73 ans plus tard, le monde fait face au Covid-19 ; fléau aux conséquences désastreuses. Si pour y remédier l’heure est au confinement, personne ne le fera rimer avec isolement.

Esthétique du vide depuis le sol

Avenues haussmanniennes désertes, sièges vides place Saint-Pierre, trottoirs dégagés sur Times Square : des scènes dignes de films catastrophe. Or, ici, pas de fumée ni de flammes, pas de créatures ou d’androïdes escaladant les façades, pas d’inondations qui rappelleraient les événements de 1955 à Paris sublimés par Roland Barthes dans Mythologies.

En ce moment, le mal est aussi insaisissable qu’invisible. Ainsi, on s’interroge devant ces images d’un monde à l’arrêt. On découvre l’essence de ces lieux tels qu’ils furent pensés par leurs créateurs. On apprécie le caractère de ces œuvres débarrassées d’une foule pressée qui les a parfois oubliées.

Des fenêtres qui s’ouvrent au balcon

Si les médias relayent des images rappelant l’œuvre de Giorgio De Chirico et si certains pensent que le confinement doit ressembler aux peintures d’Edward Hopper, d’autres rejouent Rear Window d’Alfred Hitchcock. En effet, bien que de nombreuses institutions culturelles mettent en place des dispositifs exceptionnels pour lutter contre l’isolement, chacun souhaite partager sa solitude. Ainsi, entre Majorque, Marseille et San Lorenzo, on assiste à des événements improvisés qui n’ont que pour limite le garde-corps du balcon.

18h47, au cœur d’îlots collectifs, quelques notes de musique suivis de cris raisonnent dans une cour intérieure de Séville. Femmes et hommes, plus ou moins âgés et aux professions diverses poussent leurs fenêtres pour savoir ce qui se passe. À leurs pieds, sur un toit voisin, un homme en tenue de sport les attend : c’est l’heure de l’exercice ! Soudain, ces barres d’immeubles trop souvent décriées deviennent, de part leur organisation spatiale, des chambres de résonance qui propage pour tout le monde des sons qui rassemblent.

Comme toujours, le bruit incarne la vie. Qu’il soit organisé pour créer de la musique ou plus cacophonique pour défouler des âmes esseulées, ce dernier pénètre les intérieurs de chacun et, bien qu’immatériel, procure la sensation de partage. Ainsi, la casserole répond au violon dans les ruelles italiennes et quand vient la nuit, le DJ s’installe aux platines pour faire danser les parois des quartiers phocéens. Ces communautés de voisinages dont le cœur n’avait pas vibré depuis longtemps se répondent entre elles à travers le monde par le biais des réseaux qui, pour une fois, sont vraiment sociaux !

Reconsidérer les oubliés

Tous ces événements, que chacun organise de manière spontanée, valorisent le temps d’un instant l’inconnu du troisième ou le voisin d’en face. En effet, le confinement, privant l’individu de certains de ses besoins primaires, place tout le monde sur un même pied d’égalité.

C’est l’opportunité de recentrer l’attention sur ceux qui font vivre notre monde même quand il ralentit. Employés médicaux, salariés de commerces, forces de l’ordre inspirent des clappings pour leur abnégation et leur participation à la vie sociale comme peut faire la police espagnole qui vient jouer de la guitare dans les rues de Majorque.

Bien que la conjoncture actuelle impose le civisme et le respect des règles sanitaires, l’optimisme ne doit pas être étouffé par la panique. Si le confinement lutte contre le virus, femmes et hommes du monde entier luttent contre l’isolement. Ainsi, loin de vouloir paraître léger et inconscient, cet article veut écouter les italiens qui, malgré la peur, entonnent à tue-tête depuis déjà plusieurs semaines “Tutto andra bene” !

Approfondir le sujet

Poursuivez votre recherche

Sujets Balcon confinement Balcon danse Balcon fenêtre Logements collectifs Rue confinement Solidarité internationale Voisinage Rue musique Balcon sport Rue vide Ecran lumineux Majorque Marseille New York Paris Rome San Lorenzo Seville Au balcon Confinement Confinement Paris Coronavirus Covid-19 Balcon Lumière Éclairage
Effets lumière Lumière du jour Lumière directe Lumière colorée Projection d'images Ombre chinoise
Techniques d'éclairage Éclairage naturel Éclairage extérieur Éclairage intérieur Éclairage urbain Éclairage public
Professions Architecte Danseur DJ Infirmier Journaliste Musicien Sportif
Supports Texte Photo
Fonction du lieu Ville
Source Maxime Brunois Light ZOOM Lumière
728x90 Animated
Maxime Brunois
Maxime Brunois
Diplômé d'un BTS Design d'Espace à l'ESAA Duperré puis étudiant à l'École d'architecture de la ville et des territoires Paris-Est. Stagiaire au sein des agences 8'18", Concepto et TVK pendant plusieurs mois, il participa à l'élaboration de l'ouvrage de référence de l'ACE : "La conception lumière" aux éditions du Moniteur.
728x90 Animated
1 Commentaires
Laisser un commentaire
  • Avatar
    Gwiazdzinski
    1 avril 2020 at 9 h 22 min

    Un beau panorama sur les manières d’habiter les balcons.
    Merci de ces fenêtres sur le monde

    Luc

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.