Article

Carte de la pollution lumineuse en France métropolitaine 2021

Nouvelle carte de pollution lumineuse en France métropolitaine 2021. Extrait du bilan de l'Observatoire national de la biodiversité. Analyse.
18 novembre 2021

Image choc pour marquer les esprits et faire le buzz sur les réseaux sociaux, sans aucun doute ! Voici la nouvelle carte de pollution lumineuse en France métropolitaine 2021. Nous vous proposons quelques zooms sur différentes régions françaises et l’explication de la palette de couleur utilisée.

Flashback. 5 novembre 2021 : le bilan annuel de l’Observatoire national de la biodiversité – ONB – est paru avec cette carte de France by night. Ce réseau de contributeurs est copiloté par :

  • l’Office français de la biodiversité (OFB),
  • le Service des données et études statistiques (SDES) du ministère de la Transition écologique.

Carte de pollution lumineuse en France métropolitaine 2021

Le rapport décrit que « la pollution lumineuse, induite par les éclairages artificiels, perturbe le cycle biologique des espèces animales – comme pour certaines chauves-souris – et constitue une barrière parfois infranchissable, mettant à mal les continuités écologiques. »

85 % du territoire métropolitain est exposé à de forts niveaux de pollution lumineuse

Carte pollution lumineuse Île-de-France et Hauts-de-France 2021, bilan annuel Observatoire national de la biodiversité © OFB

Échelle de la carte de la pollution lumineuse

Le verso de cette publication présente une carte de la pollution lumineuse en France métropolitaine. Ce poster se base sur le nouvel indicateur de suivi de la pollution lumineuse de l’ONB :

  • Luminance zénithale (mag/arcsec²) en cœur de nuit par temps clair et sans lune.

D’après la société DarkSkyLab, il s’agit d’un niveau de qualité de ciel. L’unité est la magnitude par seconde d’arc au carré, mag/arcsec².

Visibilité de la Voie lactée Couleur sur la carte Échelle de luminosité Pollution lumineuse Évaluation
  Invisible Très brillant 19,5 à 21 Mauvais
  Presque invisible Brillant
  À peine visible Fortement lumineux
  Visible au zénith Lumineux
  Affaiblie à l’horizon Peu lumineux 21 à 21,5 Moyen
  Quelques détails Assez sombre
  Nombreux détails Sombre 21,5 à 21,7 Bon
  Très détaillée Très sombre

Couleurs graphiques face aux fausses couleurs

Bien souvent auparavant, la cartographie Anpcen de la qualité de la nuit était en fausses couleurs. Comme les fausses couleurs des calculs d’éclairage Dialux et Relux, elles rendaient la lecture très difficile pour le non-spécialiste.

Avec cette nouvelle carte de pollution lumineuse en France métropolitaine 2021, la palette de couleur utilisée est proche d’ombre et de la lumière. C’est un peu aussi comme une :

Ainsi, la représentation graphique est simplifiée à l’extrême pour capter l’attention et être accessible.

Carte pollution lumineuse Provence-Alpes-Côte d’Azur 2021, bilan annuel Observatoire national de la biodiversité © OFB

Avertissement et note de lecture

Une note dans le rapport précise bien que « cette représentation ne donne à voir qu’une partie du problème ».

Et de poursuivre « les données utilisées ne rendent compte que de la fraction de la pollution lumineuse qui est renvoyée vers le ciel, en cœur de nuit et par temps dégagé ».

De plus, il document ajoute : « par temps couvert, la lumière artificielle est réfléchie par les nuages, amplifiant le phénomène ».

 

 
Sans plus de détail, le rapport sur la biodiversité 2021 précise aussi que « la grande majorité des espèces nocturnes ainsi que de nombreuses espèces diurnes sont très actives en début et/ou en fin de nui. Elles pourraient être confrontées à des niveaux de pollution lumineuse plus élevés que ceux présentés ici. Ils doivent être considérés comme une estimation basse du phénomène ».

Carte pollution lumineuse Auvergne-Rhône-Alpes 2021, bilan annuel Observatoire national de la biodiversité © OFB

Nulle part les origines de la pollution lumineuse, éclairage public et éclairage privé, ne sont citées, voir analysées en détail. Dommage. Mais l’Observatoire national de la biodiversité a-t-il cette compétence ? Peut-il être juge et partie ?

 

 

Conséquences de la pollution lumineuse sur la biodiversité

En bas de la carte, quelques explications sont données sur les conséquences de la pollution lumineuse sur la biodiversité.

« La pollution lumineuse agit comme une barrière infranchissable pour d’autres espèces qui fuient la lumière.

  • Elles doivent donc accomplir leurs cycles de vie dans des habitats plus petits et morcelés.

La pollution lumineuse entraîne ainsi une fragmentation des milieux naturels.

  • L’éclairage artificiel nocturne participe à l’artificialisation des territoires et génère une pollution lumineuse.

Elle constitue une menace importante pour de nombreuses espèces animales et végétales qui ont besoin de l’alternance jour/nuit.

  • Avec diverses conséquences, comme le dérèglement de leurs rythmes biologiques et la modification de leurs comportements. »
Carte pollution lumineuse Bretagne 2021, bilan annuel Observatoire national de la biodiversité © OFB

Observatoire national de la biodiversité, bilan 2021

Sans concession, le bilan annuel de l’Observatoire national de la biodiversité, décrit un tableau très sombre du domaine.

« Les scientifiques constatent, partout dans le monde, le rythme sans précédent du déclin de la biodiversité, au point que l’on parle de sixième extinction de masse.

En cause, les pressions que les activités humaines font peser sur la nature et dont la tendance est toujours à l’augmentation en dépit des engagements internationaux et des stratégies nationales.

Pourtant, la biodiversité est éminemment précieuse et notre survie en dépend, comme celle de tant d’espèces.

Face à l’effondrement des populations animales comme végétales et à la dégradation des écosystèmes, la société prend peu à peu conscience de l’importance de la biodiversité et une part croissante de la population s’engage et agit pour sa préservation ».

La biodiversité est en crise car, c’est le tissu vivant de notre planète, la Terre.

 
 
 

Enquête « les Français et la nature »

Début 2020, une enquête « les Français et la nature » a été conduite par Ipsos et le Service statistique du ministère en charge de l’environnement (SDES). Un échantillon représentatif de 4553 personnes y a répondu. Les données collectées permettent de saisir la place qu’occupe la nature dans la vie quotidienne des Français.

Infographie synthétique de l’enquête « Les Français et la nature », 2020 © Ipsos, SDES, Datalab

Une présentation interactive de l’ensemble des résultats de l’enquête « Les Français et la nature » est disponible sur le site Internet du SDES. En voici un bref aperçu dans cette infographie en chiffres.

 

  

Approfondir le sujet

Équipe du projet

Maîtrise d'ouvrage Observatoire national de la biodiversité - ONB
Maître d'ouvrage délégué Office français de la biodiversité - OFB Service des données et études statistiques - SDES Ministère de la Transition écologique et solidaire

Poursuivez votre recherche

Sujets Pollution lumineuse Pollution lumineuse carte Pollution lumineuse France Pollution lumineuse carte 2021 Pollution lumineuse astronomie Pollution lumineuse biodiversité Pollution lumineuse nocturne Carte pollution lumineuse Carte pollution lumineuse France Carte pollution lumineuse 2021 Carte pollution lumineuse France 2021 France Luminance zénithale Biodiversité Biodiversité en ville Biodiversité écosystème Biodiversité éclairage Biodiversité et éclairage Biodiversité éclairage public Biodiversité lumière Lumière et biodiversité
Effets lumière Lumière directe Lumière indirecte
Techniques d'éclairage Éclairage extérieur Éclairage public Éclairage publicitaire Éclairage privé
Architecte diplômé de l'Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Nantes. Éclairagiste par passion depuis 1997 en Europe. Rédacteur en chef du portail Light ZOOM Lumière depuis 2012. Auteur de six ouvrages de référence sur la lumière, la ville et le bâtiment. Enseignant en éclairage à l’ENSA Nantes et à l'ENSATT Lyon.
  • Bonjour,
    Petite réaction à l’article sur la nouvelle carte de pollution lumineuse produite par l’AFB. Quand j’ai vu « Analyse », je me suis dis super, je vais lire une une analyse sur une carte qui peut interroger par certains points de vue. J’ai été un peu déçue car c’est surtout un résumé qui est donné.
    En fait, parmi les questions que je me pose, et si quelqu’un a une réponse, je suis intéressée :
    – quoi de neuf par rapport à la carte en ligne issue de la publication de Falchi de 2015, dont la modélisation est reprise par Jurij Stare https://www.lightpollutionmap.info/#zoom=4.78&lat=46.3779&lon=9.4250&layers=B0FFFFFFFTFFFFFFFFFF),
    – comment est pris en compte le passage aux LED. Une publication récente (https://www.mdpi.com/2072-4292/13/16/3311) montre que les images satellites sous-estiment beaucoup la radiance à cause des angles morts dans la bande spectrale < 500nm : l'évolution des émissions lumineuses de 49% en 25 ans (1992-2017) serait en fait bien plus importante,
    – comment est pris en compte le relief qui peut limiter la diffusion de l'éclairage en zone de montagne. Il me semble que c'était un des points faibles de la modélisation de Falchi et que, de fait, la pollution lumineuse est sur-estimée en zone de montagne (Parc des Écrins par exemple).
    Mes questions n'enlèvent rien à la préoccupation que nous devrions tous avoir sur la pollution lumineuse et à l'intérêt d'une carte pour faire le buzz, mais personnellement je préfère toujours savoir comment est faite une carte.
    Cordialement
    Hélène Foglar

    • @Hélène. Merci pour vos retours. En effet, l’article n’a pas un but scientifique, mais simplement d’information. Sans doute d’autres lecteurs pourront vous répondre en commentaires ci-dessous sur la question de la mesure.

      Par contre, en termes de cartographie et de vision sociétale d’un pays, je trouve que l’analyse graphique des modes de représentation et des couleurs utilisées passionnante. C’est ce qui m’a intéressé de comprendre dans cette vision. Pourquoi a cette carte a changé de teinte et de rendu visuel brusquement par rapport à celle de Falchi de 2015 ? Quels en sont les raisons ?

  • Sensibiliser sur les problèmes de nuisances lumineuses, c’est évidemment louable et bienvenu.
    En revanche, je ne suis pas convaincu par ce genre de spectacularisation de résultats scientifiques. Cela dessert le propos.
    Tel un photographe qui peut volontairement sous-exposer ou surexposer ses photos, le choix de l’échelle en fausses couleurs peut faire dire ce que l’on veut à une cartographie.
    Ici, qui a choisi les seuils discriminant le « bon », le « moyen » et le « mauvais » ? Quelles espèces d’animaux sont concernées ?
    On ne sait rien non plus de la méthode de mesure : collecte de mesures depuis le sol ? Analyse d’images satellitaires ? Quelle résolution spatiale ? Quantifier correctement la luminance sur l’échelle d’un territoire est assurément complexe et constitue des sujets de recherche en cours pour des laboratoires de métrologie. Pour cette carte, des ordres de grandeur de luminance peuvent sans doute suffire mais il faudrait le préciser.
    Et quitte à faire une carte à destination du grand public, il aurait été plus judicieux de choisir une échelle croissante avec la luminosité et non inverse.
    Enfin, il faudrait préciser sur quel domaine spectral sont effectuées les mesures, et là encore pour quelles espèces ce domaine spectral est pertinent.

  • Voici une autre carte de pollution lumineuse en libre accès : http://www.cartesfrance.fr/geographie/cartes-population/carte-densite-population-2009.html
    L’échelle est plus finement quantifiée et la résolution spatiale est bien meilleure.
    Certes l’échelle est moins directe en nbr d’habs/km2 mais la corrélation avec les nuisances lumineuses est tellement forte que la mesure n’en est probablement pas moins fiable que sur la carte présentée dans l’article.
    Et ô surprise, pour observer un ciel étoilé, il faut mieux être dans la Creuse que dans une grande métropole. Je ne suis pas sûr que la carte affichée par l’observatoire de la biodiversité apporte une plus-value par rapport à une carte de densité de population.
    Alerter sur le problème majeur des nuisances lumineuses, c’est bien mais il aurait été plus judicieux de le faire autrement qu’en affichant cette carte qui masque la complexité d’évaluer ces nuisances lumineuses.

  • Merci pour les compléments apportés. Je vois que je ne suis pas seule à me poser des question 🙂
    Notamment, ce qui peut me gêner dans la carte produite, c’est qu’il y a a des secteurs (les plus bleus) où les communes pourraient se dire que tout va bien, ou presque. Ce sont des secteurs ruraux peu urbanisés. Alors que, de mon point de vue d’écologue, c’est justement là qu’il y a le plus d’enjeux et que l’éclairage doit être regardé à une échelle très locale ; échelle qui n’est pas celle de la carte de France sur un A4 ni même un A0 !
    Il y a également des secteurs jaunes (tout le PNR de Chartreuse par exemple) où les communes rurales pourraient se dire que de toute façon c’est fichu car elles baignent dans une pollution lumineuse qui dépasse leur commune et leur pouvoir d’action. Encore une fois c’est une question d’échelle et là aussi des actions sont pertinentes.
    C’est toujours le problème de la simplification pour faire passer des messages. Je ne sais plus qui disait « ce qui est simple est faux et ce qui est compliqué n’intéresse personne »…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Livres

25 questions pour mieux comprendre l’arrêté nuisances lumineuses

Maxime Van Der Ham décrypte l’arrêté nuisances lumineuses. 25 questions pour mieux comprendre cette nouvelle réglementation en éclairage extérieur.

En savoir plus...

Sauver la nuit, de Samuel Challéat

« Nous laissera-t-on un ciel à observer ? ». Samuel Challéat retrace l’histoire du « droit à l’obscurité » due au développement urbain pour sauver la nuit.

En savoir plus...

À la reconquête de la nuit : la pollution lumineuse état des lieux et propositions

Le CGEDD a publié vendredi 18 janvier son dernier rapport. À la reconquête de la nuit. La pollution lumineuse état des lieux et propositions.

En savoir plus...