Pierre Bideau 1941-2021 : hommage à l’éclairagiste
Previous
ALÉATOIRE
DALI 2 et Zhaga-D4i : quel changement de certification en éclairage ?
Next

La ville idéale en France est-elle une smart city durable ?

Réflexions sur les fondements de la ville idéale en France. Comment a-t-elle évoluer en urbanisme, fonctionnement, smart city, écologie et citoyenneté ?
par Maxime Brunois6 avril 2021

Face à la pandémie, le confinement et ses conséquences, chacun se pose des questions. Contraint de passez plus de temps chez lui, le citadin (re)découvre son intérieur. La ville alors tant appréciée pour sa diversité et son progrès semble soudainement plus menaçante. L’exiguïté, le bruit, la pollution, le manque de naturel, l’anonymat et toutes les névroses qui en découlent prennent toute la place. En attendant, on se tourne alors vers la campagne. Mais n’est-il pas temps de repenser la cité pour qu’elle devienne agréable ? Quelle est la ville idéale en France ?

 

728x90 Animated

 

Ville idéale, de la Renaissance au projet utopique

L’architecture de la Renaissance est plus connue que son urbanisme. Pourtant, cette période posa les fondements d’une organisation raisonnée de la ville. Contre le tissu bigarré des cités médiévales, la grille s’impose. Le public prend le pas sur le privé pour satisfaire des règles harmoniques et exprimer le pouvoir du souverain.

La ville idéale, Urbino, Italie, de Fra Carnevale – The Ideal City, vers 1480-1484 © Walters Art Museum, Wikipédia

Une géométrie stricte qui inspirera le classicisme de Versailles ou de Saint-Germain-en-Laye. La ville idéale se traduit dès lors par des axes majeurs venant domestiquer la nature et raser des quartiers comme le Paris d’Haussmann ou le plan Voisin de Le Corbusier l’ont imaginé.

D’autres villes (re)naissent sous l’impulsion de figures emblématiques telles que Vitry-le-François et Le Havre. Avec des systèmes urbains clairement identifiés, elles se développent de manière rapide et efficace. Mais cette logique productiviste connaît des limites quand on observe les projets utopiques trop isolés de Claude-Nicolas Ledoux ou de Charles Fourier.

Saline royale, Arc-et-Senans, Bourgogne-Franche-Comté, France – Architecte : Claude-Nicolas Ledoux – vue aérienne © Collection Saline royale

« Si, selon la maxime des philosophes, la cité est une très grande maison, et si inversement la maison elle-même est une toute petite cité, pourquoi ses membres ne seraient ils pas à leur tour considérés comme de petits logis. »

Léon-Battista Alberti, De Re Aedificatoria, L.I,Ch.9, 1452

Rue panoramique – front bâti route peinture pastel © Maxime Brunois

Ville nouvelle et architecture de dalle

Les années 1960 marquent l’histoire de l’urbanisme français vers une ville plus agréable. Pour remplacer des habitations précaires et maîtriser leur développement, la « ville nouvelle » voit le jour. Avec des outils de planification, ce statut permet une réflexion à grande échelle pour organiser le territoire.

Neufs nouvelles villes sortent de terre autour de Paris mais aussi dans d’autres régions de l’hexagone : Villeneuve-d’Ascq, L’Isle-d’Abeau, Nord-Ouest de l’étang de Berre, Vaudreuil, Cergy-Pontoise, Évry, Saint-Quentin-en-Yvelines, Marne-la-Vallée et Sénart.

Paysage nocturne de la ville Nouvelle de l’Isle d’Abeau, 1973 – extrait des 45 pages – schémas de principe © ECA – Etudes et Création d’Ambiance – P. Arnaud et A. Weil

Transports, centres commerciaux, campus et curiosités architecturales tentent de créer de nouveaux pôles résilients. On y réinterroge les principes de la ville : des circulations devenues aériennes jusqu’aux noms des rues anhistoriques. L’architecture de dalle qui remplace les traditionnels cœurs historiques est entourée par des îlots de logements possédant chacun leurs services. Une autonomie qui généra des isolements alors tant décriés de nos jours. Cependant, ces lieux figés dans une image désuète de la modernité proposent des diversités culturelles, cultuelles et urbanistiques pertinentes favorisant le « vivre ensemble ».

Saline royale, Arc-et-Senans, Bourgogne-Franche-Comte, France – Architecte : Claude-Nicolas Ledoux – vue aérienne © Vents du Futur

 


 

Smart city et ville intelligente

Smart city : anglicisme qui exprime un modèle mondialisé. Terme qui fait rêver ceux qui placent leurs espoirs dans les technologies de l’information et de la communication. Après les films de science-fiction, la ville voit les gadgets se démultiplier. L’idée est d’améliorer économie, mobilité, environnement, modes de vie et administration au sein d’une gestion optimisée. L’ubiquité semble alors possible et l’espace se veut de plus en plus interactif avec les citadins devenus des usagers.

Passage animé – nuit mur végétal lanterne infographie © Maxime Brunois

Tendant vers une homogénéisation des métropoles, le citoyen du monde peut accéder à de nombreux services instantanément. Une approche égalitaire séduisante qui doit être confrontée à d’autres problématiques. En effet, santé publique, pannes, pertes de liens sociaux et des libertés individuelles, fractures numériques, déshumanisation, pollutions des data center et cyberattaques sont autant de limites à cette approche techniciste de la fabrique urbaine. Mais alors, qu’est-ce qu’une ville agréable à l’heure du développement durable ?

Les trois piliers communément associés au développement durable : l’équitable, le viable et le vivable © Revue Géographie

 

 

Ville verte, développement durable et pensée urbaine

Le développement durable que l’on résume trop souvent par l’écologie doit aussi intégrer la question économique et sociale. Comme pour se racheter, la ville multiplia les démarches écologiques. Parfois trop timides ou accusées de « Greenwahsing », ces dernières doivent cependant être intégrées dans des réflexions longues et à grande échelle. Effectivement, les parterres de rond-points ou le manteau vert que l’on colle sur des projets défectueux ne sont pas viables.

Marché nocturne – nuit étalage couleur bleu pastel © Maxime Brunois

La pensée écologique est encore plus maltraitée quand elle devient un argument de vente ou le sujet d’une compétition entre villes développées. La technologie s’invite parfois en tentant de dompter la nature avec des solutions sophistiquées. Or, réduction des reconstructions et donc des dépenses énergétiques, valorisation des circuits courts et prise de conscience globale de l’état d’urgence d’agir sont les maîtres-mots d’un aménagement durable des villes. Il est peut-être temps de replacer celui qui créa la ville idéale – l’individu – au centre de l’attention. Pouvant répondre à son instinct animal et assurer sa responsabilité d’humain, il est l’avenir de la pensée urbaine.

 

 

Ville partagée, humaine et soutenable

Les grandes tentatives de maîtrise de la ville idéale ont conduit à transformer l’expression « ville humaine » en oxymore. En effet, l’habitant, ignoré pendant des années, a perdu son rôle dans le développement de la ville. Pourtant, ce n’est qu’avec une mobilisation collective qu’une qualité de vie sera de retour. Quand P.M. aborde la résilience dans « Voisinages et communs », il cherche à subdiviser l’organisation territoriale en plusieurs unités réduites. Sans parler de repli égoïste indifférent à l’intérêt général, il promeut une valorisation locale. Une densité mesurée qui appelle à l’échange entre voisins pour une meilleur gouvernance. Car si il est facile de se décharger de ses responsabilités sur les gouvernements qui se succèdent, l’action mutualisée est plus complexe.

« Pétales de Rose », Parc du centre – C.A. de Saint-Quentin en Yvelines – Paysage : Agence François Brun – Conception lumière et photo : Marc Dumas

Pourtant, le citoyen du XXIe siècle a aujourd’hui suffisamment de recul pour faire un constat des expériences passées. La crise mondiale que nous traversons nous rapproche de l’inconnu qui vit juste à côté. La superposition de programmes inclusifs et les collaborations entre différents acteurs de la conception vont dans ce sens. Et si le progrès de demain consistait à traduire « sustainable » par soutenable et non plus que par durable. Sans régresser, la Cité grecque ou le modèle médiéval ne pourraient-ils pas nous inspirer de nouveau ? Faire enfin en sorte que la ville soit « ouverte aux citoyens du monde entier » comme le mot cosmopolite le signifie.

« Un Cercle immense », perspective du projet, Saline royale, Arc-et-Senans, France © Mayot et Toussaint, Paysagistes concepteurs – Gilles Clément – Sébastien Appert, ALEP Architecte – Soberco environnement

Approfondir le sujet

Photo en tête de l’article : « Un Cercle immense » en construction, Saline royale, Arc-et-Senans, France – vue aérienne © Leo Guyot, 21/02/2021

Livres

Lumières sur la ville, une histoire de l’éclairage urbain, Agnès Bovet-Pavy

De la première lanterne royale au Li-Fi, un livre inédit, documenté et illustré sur la vie nocturne. Lumières sur la ville, histoire de l’éclairage urbain.

En savoir plus...

La lumière urbaine, éclairer les espaces publics, de Roger Narboni

Livre fondateur du métier de concepteur lumière en France. La lumière urbaine, éclairer les espaces publics, de Roger Narboni. Une référence collector.

En savoir plus...

Night studies, regards croisés sur la nuit

Nuit, histoire, perceptions, représentations, activités, espace public, nuits d’ailleurs, populations, mise en lumière, poésie, prospectives. Night studies.

En savoir plus...

Poursuivez votre recherche

Sujets Ville idéale Ville idéale pour vivre Ville idéale France Ville idéale du futur Ville idéale en France Ville durable Développement durable Ville intelligente Ville connectée Smart City Planification urbaine Planning Urbanisme Urbanisme nocturne Ville nocturne Ma ville idéale La ville idéale Nantes ville idéale Paris ville idéale Bordeaux ville idéale Lyon ville idéale Montpellier ville idéale Ville idéale ile de France Annecy ville idéale Nice ville idéale Marseille ville idéale Lille ville idéale Clermont Ferrand ville idéale Strasbourg ville idéale Quelle est votre ville idéale Ville Cité Métropole Écologie Urbain Renaissance Logement
Effets lumière Lumière du jour Lumière directe Commerce Services École Centre commercial Transport
Techniques d'éclairage Éclairage naturel Éclairage extérieur Éclairage architectural Éclairage urbain Éclairage public Éclairage routier
Professions Urbaniste Architecte Paysagiste Collectivité Locale et Territoriale Collectivité territoriale Roi Technicien Écologiste Collectivités
Supports Texte Photo Dessin
Fonction du lieu Métropole
Source Maxime Brunois Light ZOOM Lumière
728x250 Animated
Maxime Brunois
Maxime Brunois
Étudiant en master à l'École d'architecture de la ville et des territoires Paris-Est, après un BTS Design d'Espace à l'ESAA Duperré. Stagiaire au sein des agences 8'18", Concepto, TVK et ON pendant plusieurs mois. Il contribue à l'édition de l'ouvrage de l'ACE aux éditions du Moniteur et celui des "Places du Grand Paris" pour la SGP.


728x90 Animated
1 Commentaires
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.