Jardin de la maison Shakespeare's New Place en Grande Bretagne par Speirs + Major
Previous
ALÉATOIRE
Hypernuit du Studio Vicarini à Saint-Nazaire face à l'océan
Next

Quand scénographie, lumière et création théâtrale ne font qu’un

Joël Pommerat, Eric Soyer et Renaud Rubiano propose du théâtre d’action pour La Réunification des deux Corées. Scénographie, lumière et création théâtrale.
par Vincent Laganier11 février 2019

Quand scénographie, lumière et création théâtrale ne font qu’un, le théâtre d’action prend tout son sens. Auteur et metteur, Joël Pommerat a monté La Réunification des deux Corées en 2013 au Théâtre de l’Odéon à Paris. Cette pièce contemporaine a été reprise au TNP de Villeurbanne en janvier dernier.

“C’est un théâtre réaliste, qu’on pourrait presque qualifier de théâtre de situation, mais je préfère le terme de théâtre d’action, qui est plus drôle et plus ambigu. C’est-à-dire que l’action prévaut sur la parole”.

Joël Pommerat, auteur, metteur en scène

Et de l’action, il y en a. Plus d’une vingtaine de tableaux de deux, trois et jusqu’à six comédiens s’enchaînent. Une heure cinquante de spectacle sans qu’on voie le temps passer. Le propos traite de l’amitié, de l’amour et du désamour. Les personnages de ce théâtre d’action s’enflamment dans des situations tragédie-comique, jeux de postures des corps, du texte, de la scénographie et de la lumière, tel un théâtre total.

La Réunification des deux Corées, création théâtrale et mise en scène : Joël Pommerat – Scénographie et lumière : Eric Soyer – Vidéo : Renaud Rubiano © Elizabeth Carecchio

Scénographie bifrontale sur la scène

Dès l’accueil, l’accès à la salle de spectacle suit la création théâtrale. Nous accédons par un petit labyrinthe à une scénographie bifrontale de Eric Soyer, installée sur la scène même du TNP.

“La scénographie arrive avant-même la thématique. On discute d’espaces dans lesquels on va démarrer une exploration. Par exemple, sur l’exploration qu’on vient de démarrer, on a parlé de faire un bifrontal. Le bifrontal est donc le point de départ du rapport au public qui nous intéressait”.

Eric Soyer, scénographe et créateur lumière

Deux gradins de six rangés de sièges se font face à une distance de 6 m, chacun d’environ 200 places. Deux murets techniques de 1,15 m de haut délimitent l’aire de jeu. Soit un espace scénique tout en longueur entre 24 et 30 m qui crée une proximité inattendue avec les comédiens. La mise en scène rendant aussi souvent impossible de voir l’action théâtrale d’un seul coup. Nous sommes obligés de tourner la tête à droite et à gauche pour percevoir la scénographie dans son ensemble.

La Réunification des deux Corées, création théâtrale et mise en scène : Joël Pommerat – Scénographie et lumière : Eric Soyer – Vidéo : Renaud Rubiano © Elizabeth Carecchio

Noir, lumière et création théâtrale

“La qualité du noir scène est une contrainte artistique de premier ordre dans nos spectacles. Un noir total est donc indispensable durant toute la représentation”.

Emmanuel Abate, directeur technique, Cie Louis Brouillard

Au dessus de la scène toute en longueur, trois vidéo projecteurs Panasonic PTD-730 équipés de grand angle 0.8 sont dissimulés entre les quatre frises de velours noir. Renaud Rubiano, à la vidéo, avec Eric Soyer à la lumière, ont créé des projections d’image zénithale sur le sol.

“Sur le bifrontal par exemple, une de mes envies était de travailler sur des lumières dynamiques. C’est à dire de travailler sur de la lumière qui puisse évoquer quelque chose de très réaliste, et en même temps travailler sur le mouvement”.

Eric Soyer, scénographe et créateur lumière

La Réunification des deux Corées, création théâtrale et mise en scène : Joël Pommerat – Scénographie et lumière : Eric Soyer – Vidéo : Renaud Rubiano © Elizabeth Carecchio

Cet éclairage dynamique contemporain varie selon les tableaux : une tapisserie de salon, un carrelage de cuisine, l’ombre des caillebotis, la lumière du jour par une verrière ou bien une matière informe. Mouvante au fil de l’action, la lumière glisse sur le sol. Elle évolue durant le jeu des comédiens de manière lente presque imperceptible. Elles se délitent comme va l’action scénique.

La Réunification des deux Corées, création théâtrale et mise en scène : Joël Pommerat – Scénographie et lumière : Eric Soyer – Vidéo : Renaud Rubiano © Elizabeth Carecchio

Vidéo projection et éclairage dynamique

Ces trames de lumière, tel un vidéo mapping, fondent l’espace scénique. Seulement quelques mobiliers d’intérieur apparaissent ou des lustres qui descendent des cintres. Ils permettent d’asseoir les comédiens ou les situer dans ce théâtre d’action.

La lumière vidéo projetée se referme en fondu. Mais, le plus souvent, elle s’efface comme avec un couteau de gauche à droite, ou de l’extérieur au centre de la scène. Telle la chute qui conclue l’action scénique.

La Réunification des deux Corées, création théâtrale et mise en scène : Joël Pommerat – Scénographie et lumière : Eric Soyer – Vidéo : Renaud Rubiano © Elizabeth Carecchio

De plus, des éclairages traditionnels s’ajoutent à ces éclairages scénographiques de situation. Projecteurs à découpe, PAR et plans convexes sont placés en latéraux haut ou en douches ponctuelles, entre les frises. Ces lumières scéniques focalisent l’attention du regard du public.

La Réunification des deux Corées, création théâtrale et mise en scène : Joël Pommerat – Scénographie et lumière : Eric Soyer – Vidéo : Renaud Rubiano © Elizabeth Carecchio

La scénographie, la lumière la mise en scène se combinent à des environnements sonores et des bruitages géolocalisés côté cour et jardin. La musique originale de Antonin Leymarie fait réellement corps avec le spectacle.

Tel un film en cinémascope, le niveau du son augmente au fur et à mesure que l’intensité dramatique explose. Finalement, ces choix d’un volume sonore important entre les tableaux, avec des noirs intenses et des fumées au ras-du-sol, renforcent la magie du spectacle.

La Réunification des deux Corées, création théâtrale et mise en scène : Joël Pommerat – Scénographie et lumière : Eric Soyer – Vidéo : Renaud Rubiano © Elizabeth Carecchio

Approfondir le sujet

Livres

Scénographes en France 1975 – 2015

Livre rétrospectif des scénographes en France (1975 – 2015). Ils conçoivent l'espace de la représentation à la scène, pour les lieux de spectacle, au cinéma et dans l'exposition.

En savoir plus...

Noir, lumière et théâtralité

Une traversée historique et esthétique du noir au théâtre et de la lumière à la scène. Un livre de Véronique Perruchon à dévorer avant de se coucher.

En savoir plus...

Le temps des flammes, de Christine Richier

Comment éclairait-on un espace scénique avant la lampe à incandescente ? Le temps des flammes de l'éclairagiste Christine Richier. Histoire de la lumière.

En savoir plus...

Penser la lumière, de Dominique Bruguière

Dominique Bruguière crée des lumières pour le théâtre, l'opéra et la danse. Penser la lumière est une réflexion sur la composition de la lumière à la scène.

En savoir plus...

Guide pratique de l'éclairage - Cinéma, Télévision, Théâtre - 5e éd.

Unique en son genre, ce guide pratique aborde les aspects théoriques, esthétiques et techniques de l'éclairage en cinéma, théâtre et télévision.

En savoir plus...

ZOOM +

 
Création lumière de “Ça ira (1) Fin de Louis” par Éric Soyer
 
Petit éloge de la nuit avec Pierre Richard en lumière
 
Molière de la Création Visuelle, nominations et lauréat 2015
 
Métiers du spectacle vivant et de l’événementiel en éclairage

Équipe artistique

Texte Joël Pommerat
Mise en scène Joël Pommerat
Comédiens Saadia Bentaïeb Agnès Berthon Yannick Choirat Philippe Frécon Ruth Olaizola Marie Piemontese Anne Rotger David Sighicelli Maxime Tshibangu
Créateur lumière Eric Soyer
Costumes Isabelle Deffin
Perruque Estelle Tolstoukine
Scénographie Eric Soyer
Vidéo Renaud Rubiano
Accessoires Thomas Ramon
Environnement sonore Grégoire Leymarie François Leymarie

Équipe technique

Production Odéon - Théâtre de l'Europe Cie Louis Brouillard
Coproduction Théâtre National, Bruxelles Folkteatern – Göteborg Teatro Stabile di Napoli – Naples Théâtre français du Centre national des Arts du Canada – Ottawa Centre National de Création et de Diffusion Culturelles de Châteauvallon la Filature Scène Nationale – Mulhouse Les Théâtres de la Ville de Luxembourg Le Parapluie - Centre des Arts de Rue – Aurillac Teatrul National Radu Stanca – Sibiu
Directeur technique Emmanuel Abate
Régie lumière Jean Gabriel Valot
Régie vidéo Grégoire Chomel
Régie son Grégoire Leymarie
Régie plateau Pierre Yves Leborgne Mathieu Mironnet
Habilleuse Claire Lezer Siegrid Petit-Imbert
Ateliers de construction A travers Champs Ateliers Berthier de l'Odéon

Lieu

  • Théâtre National Populaire
  • Villeurbanne, France
728x90 Animated
Vincent Laganier
Vincent Laganier
Architecte diplômé de l'Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Nantes. Rédacteur en chef du portail Light ZOOM Lumière depuis 2012. Auteur de six ouvrages de référence sur la lumière, la ville et le bâtiment. Enseignant en conception lumière à l’ENSA Nantes, en art lumière l'ENSATT Lyon et au projet d'éclairage à l’INSA Lyon.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE