Balancez les lumières, place de la Louve à Lausanne
Previous
ALÉATOIRE
Processo Grottesco : Thomas Demand à la Fondazione Prada
Next

Création lumière de “Ça ira (1) Fin de Louis” par Éric Soyer

Quelle est la "pression lumineuse" imposée au spectateur par Eric Soyer, scénographe et créateur lumière du spectacle de Jöel Pommerat. Un théâtre atypique.
par Vincent Laganier8 février 2016

L’action de “Ça ira (1) Fin de Louis” nous plonge dans la Révolution française pour interroger notre époque. Le spectacle de Jöel Pommerat, auteur et metteur en scène, est atypique. Vu au TNP de Villeurbanne en janvier dernier, c’est une forme théâtrale où scène et salle participent. Un véritable jeu de ping-pong oratoire des comédiens occupant les deux espaces du théâtre.

Ça ira (1) Fin de Louis de Jöel Pommerat

Jöel Pommerat s’intéresse à ce qui conduit hommes et femmes à passer à l’action pour défendre des convictions. Pas de reconstitution historique mais une création grandiose, qui fit monter l’émotion à travers un casting exceptionnel.

Eric Soyer conçoit des espaces scéniques en jouant sur la profondeur de champs et la notion d’échelle. Il distingue peu le dispositif scénique de la lumière, cet “élément plus impalpable” comme il dit.

Scénographie par le vide

Avec 15 comédiens et 15 figurants, la scène est vidée de tout élément décoratif. Le dispositif scénique mis en œuvre par Éric Soyer est fragmentaire. Côté jardin et côté cour, seuls trois paravents amovibles de la hauteur de la cage de scène délimitent l’espace de jeux. “Ils laissent respirer la cage de scène, permettent de créer différents lieux et offrent des loges de changement rapide de costumes en coulisses”.

Ça ira (1) Fin de Louis de Joël Pommerat, auteur et metteur en scène - Scénographie et lumière : Eric Soyer © Elisabeth Carecchio

Ça ira (1) Fin de Louis de Joël Pommerat, auteur et metteur en scène – Scénographie et lumière : Eric Soyer © Elisabeth Carecchio

Au lointain, “une petit porte s’ouvre sur différents espaces, sur un néant. C’est le lieu de tout ce qui n’est pas vu. Ce dispositif génère le hors-champs sur l’imaginaire, soutenu par de la lumière et de la fumée qui sort de cette porte”.

Ça ira (1) Fin de Louis de Joël Pommerat, auteur et metteur en scène - Scénographie et lumière : Eric Soyer © Elisabeth Carecchio

Ça ira (1) Fin de Louis de Joël Pommerat, auteur et metteur en scène – Scénographie et lumière : Eric Soyer © Elisabeth Carecchio

Descendant depuis les cintres ou sur un trépied, des cadres avec de grands lettrages noirs ou blancs indiquent le lieu de l’action :

  • salle du tiers état,
  • assemblée nationale,
  • salle de réunion de quartier.

Enfin, des éléments mobiliers, comme de grandes tables recouvertes ou non d’un tissu, de nombreuses chaises sans fond, un pupitre, un billard…

Pression lumineuse et éblouissement

La lumière sous-tend l’action dramatique. “Cette tension est soutenue en permanence par la pression lumineuse pour arriver sur des niveaux lumineux très élevés”.

Ça ira (1) Fin de Louis de Joël Pommerat, auteur et metteur en scène - Scénographie et lumière : Eric Soyer © Elisabeth Carecchio

Ça ira (1) Fin de Louis de Joël Pommerat, auteur et metteur en scène – Scénographie et lumière : Eric Soyer © Elisabeth Carecchio

De fait, l’éclairage est très pictural. “Je fait un travail sculptural sur la volumétrie des corps et des personnages avec très peu de face, principalement des latéraux”. Latéraux à la hauteur d’un homme, latéraux haut à cour et à jardin, douche sur le micro central. Dans la salle du tiers état ou de la nouvelle assemblée nationale, l’avant-scène est sur-éclairée de manière toujours bilatérale. L’implantation lumière se situe juste derrière le cadre de scène. Cet éclairage totalement artificiel apanage d’un plateau de danse crée un mur de lumière qui donne à l’action l’impression d’un théâtre de Guignol !

Ça ira (1) Fin de Louis de Joël Pommerat, auteur et metteur en scène - Scénographie et lumière : Eric Soyer © Elisabeth Carecchio

Ça ira (1) Fin de Louis de Joël Pommerat, auteur et metteur en scène – Scénographie et lumière : Eric Soyer © Elisabeth Carecchio

Au-dessus du cadre de scène sont implantés une série de 26 aveugleurs. A l’horizontale, ils éclairent littéralement le public à contre-sens de leur direction normale d’utilisation. Ce choix d’Eric Soyer est volontaire. “Il y a un impact idéologique de l’éblouissement qui existe dans la vie courante. Ici, la sensation d’éblouissement renvoie à la relation avec la salle. Elle augmente la pression et la sensation d’épuisement”.

Ça ira (1) Fin de Louis de Joël Pommerat, auteur et metteur en scène - Scénographie et lumière : Eric Soyer © Elisabeth Carecchio

Ça ira (1) Fin de Louis de Joël Pommerat, auteur et metteur en scène – Scénographie et lumière : Eric Soyer © Elisabeth Carecchio

“Je fabrique les images au fur et à mesure, selon le processus de création du spectacle de un an et demi, avec l’ensemble des partenaires, les acteurs et les machinistes au plateau”.

En pleine lumière froide

“Tout est corrigé en Lee 201” précise Eric Soyer, “il permet de distancier, de donner peu de profondeur avec un large spectre intéressant”. Mais, ce convertisseur de température de couleur donne aussi des teintes froides, parfois glaciales, à la production scénique. Les costumes gris sombre et bleu marine, avec cette lumière, accentuent la perception d’un état autoritaire, dur et inflexible.

Au niveau du matériel d’éclairage, “90% sont du traditionnel : PC 2 kW, horiziode et PAR. Quelques HMI pas corrigés en 201 possèdent un système de gradation par volet”.

Mons, Joël Pommerat présente son nouveau spectacle au Manège – TéléMB – 16 septembre 2015

Ce spectacle a été créé le 16 septembre 2015 au Manège-Mons en Belgique par la Compagnie Louis Brouillard, dans le cadre de la Capitale européenne de la culture de la ville. Si vous avez l’occasion de le voir donné non loin de chez vous, allez le voir pour vous faire votre propre opinion.

Ça ira (1) fin de Louis, de Joël Pommerat – Interview de Saadia Bentaïeb – Theatre-contemporain.net

Joël Pommerat, metteur en scène, Ma vie d’artiste – Letop Mags – 19 février 2014

 

Livres

Art of Burning Man, photographe NK Guy

16 ans de photographies de Burning Man dans le désert de Black Rock. Emotions, lumière, crépuscule, feu, nuit et magie.

En savoir plus...

Le temps des flammes, de Christine Richier

Comment éclairait-on un espace scénique avant la lampe à incandescente ? Le temps des flammes de l'éclairagiste Christine Richier. Histoire de la lumière.

En savoir plus...

The Structure of Light, Richard Kelly and the Illumination of Modern Architecture

Le premier livre a se concentrer sur les contributions d'un maître dans le domaine de l'éclairage architectural : Richard Kelly.

En savoir plus...

Équipe artistique

Texte Joël Pommerat
Mise en scène Joël Pommerat
Comédiens Saadia Bentaïeb Agnès Berthon Yannick Choirat Eric Feldman Philippe Frécon Yvain Juillard Anthony Moreau Ruth Olaizola Gérard Potier Anne Rotger David Sighicelli Maxime Tshibangu Simon Verjans Bogdan Zamfir
Assistante à la mise en scène Lucia Trotta
Dramaturgie Marion Boudier
Collaboration artistique Marie Piemontese Philippe Carbonneaux
Conseiller historique Guillaume Mazeau
Assistants documentation et dramaturgie Guillaume Lambert Marie Maucorps
Scénographe Eric Soyer
Créateur lumière Eric Soyer
Costumes Isabelle Deffin
Environnement sonore François Leymarie Grégoire Leymarie
Construction des décors Thomas Ramon Artom
Metteur en scène Joël Pommerat
Compagnie de théâtre Compagnie Louis Brouillard
Comédien Saadia Bentaïeb

Équipe technique

Production Compagnie Louis Brouillard
Coproduction Théâtre Nanterre-Amandiers Manège-Mons Mons 2015 Théâtre National, Bruxelles Mostra Internacional de Teatro, Sao Paolo Les Théâtres de la Ville de Luxembourg MC2, Grenoble Espace Malraux, Scène nationale de Chambéry et de la Savoie Théâtre du Nord, CDN Lille-Tourcoing-Nord-Pas-de-Calais FACM : Festival théâtral du Val d’Oise L’apostrophe, Scène nationale de Cergy-Pontoise et du Val d’Oise Centre National des Arts, Ottawa Théâtre National Populaire Célestins, Théâtre de Lyon Le Volcan, Scène nationale du Havre Le Rive Gauche, Scène conventionnée de St Etienne du Rouvray Bonlieu, Scène nationale, Annecy Le Grand T

Équipe du projet

ZOOM +

 
Le Roi Lear de William Shakespeare, Théâtre National Populaire
 
Robert Wilson et “Les Nègres” : une comédie jazzy
 
Une cArMen en Turakie, quand les objets prennent vie
 
Théâtre | Mort d’un commis voyageur, Arthur Miller aux Célestins

ZOOM -

Lieu

  • Théâtre National Populaire
  • Villeurbanne, France

Poursuivez votre recherche

Sujets Ça ira (1) Fin de Louis Conception lumière Eric Soyer Spectacle Lumière Éclairage Théâtre Révolution française Villeurbanne Scénographie Scène Vide Hors-champs Porte Fumée Lieu Lettrage Salle du tiers état Assemblée nationale Salle de réunion Mobilier Éblouissement Action dramatique Pression lumineuse Niveau lumineux Pictural Sur-éclairage Aveugleur Sensation d’épuisement Lee Projecteur PAR HMI Horiziode Manège-Mons Belgique Capitale Européenne de la Culture
Effets lumière Lumière blanc froid Lumière latérale Lumière directe Lumière en douche Lumière en contre-jour
Techniques d'éclairage Éclairage scénique
Professions Créateur lumière Éclairagiste Scénographe
Supports Texte Photo Vidéo
Fonction du lieu Théâtre
Source Vincent Laganier Light ZOOM Lumière
728x90 Animated
Vincent Laganier
Vincent Laganier
Architecte diplômé de l'Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Nantes. Rédacteur en chef du portail Light ZOOM Lumière depuis 2012. Auteur de six ouvrages de référence sur la lumière, la ville et le bâtiment. Enseignant en éclairage à l’ENSA Nantes, au Pôle Atlantique et au Campus Lumière de Lyon.
2 Commentaires
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.