Vortex de Phia Ménard, Compagnie Non Nova
Previous
ALÉATOIRE
Nantes : le Carrousel des Mondes Marins
Next

Peinture lumière et projections d’images

Laurent Langlois réalisait une réussite esthétique et technique en 2001. Souvenirs et découverte de sa proposition pour la Fête des Lumières 2012, du 6 au 9 décembre à Lyon.
par Vincent Laganier15 novembre 2012

Laurent Langlois est un réalisateur plasticien passionné. Depuis une douzaine d’année, il travaille, à partir d’images photographiques projetées, sur la réalisation et la scénographie d’événements spécifiques. Pour l’appel d’offre du Festival Lyon Lumières 2000, l’artiste proposait une réflexion sur l’Hôtel de Ville : « Le pinceau du peintre, prolongement de la main et du geste, se transforme en ‘pinceau lumière’ sur la façade, » mais, arrivé second, ce projet n’aboutit pas.

Esquisses – Peinture lumière – Laurent-Langlois – Théâtre des Célestins, Lyon, France

En 2001, la ville de Lyon lance sa consultation pour le 3e Festival. En un an, le projet a mûri. Laurent Langlois l’imagine plus adapté au théâtre des Célestins, en compétition. Il développe une séquence en trois parties :

  • Acte 1 : « Par des traces de peinture blanche successives la façade se révèle, son image se construit, un chapiteau apparaît, une colonne, puis l’ensemble de l’architecture. »
  • Acte 2 : « La peinture coule par gravité sur la toile disposée au sol. Le déplacement du pot percé la fait jaillir directement. Ce ‘dripping lumière’ reconstruit la façade par taches blanches successives. »
  • Acte 3 : « Un acte manqué. La chute du pot provoque des coulées verticales de lumière blanche du haut de la façade jusque sur les marches. »

Peinture lumière – Laurent-Langlois – Théâtre des Célestins, Lyon, France – Photo : Vincent Laganier

« Dans chaque acte, quand l’image entière de la façade est révélée par la lumière blanche, les ouvertures du théâtre deviennent rouges, comme si le fait de lui avoir rendu son image frontale le faisait exister de nouveau en trois dimensions. Au fur et à mesure que l’image est refermée par la peinture noire le rouge intérieur disparaît progressivement, le théâtre s’endort… puis un nouveau cycle commence… »

Peinture lumière – Laurent-Langlois – Théâtre des Célestins, Lyon, France – Photo : Vincent Laganier

Images vidéo

Sur 14 projets présentés, le producteur Abax et Laurent Langlois sont désignés lauréats. La réponse technique au concept est d’autant plus originale qu’innovante. Face au film de 70 mm en boucle, c’est la vidéo grand format qui est retenue dans le projet définitif remis fin septembre à la Ville. Les étapes de la réalisation suivent celles d’un tournage classique autour d’une équipe de 3 personnes : un cadreur monteur, un ingénieur du son et le plasticien.

Peinture lumière – Laurent-Langlois – Théâtre des Célestins, Lyon, France – Photo : Vincent Laganier

D’abord, une photographie-référence, avec la focale du futur vidéoprojecteur et de son emplacement, est effectuée. Après un tournage test et essais des Panasonic loués chez Top Audiovisuel, un story-board définitif avec un découpage minuté des séquences est effectué.

Peinture lumière – Laurent-Langlois – Théâtre des Célestins, Lyon, France – Photo : Vincent Laganier

Ensuite, le tournage en studio chez Abax est soigneusement préparé. Les coups de pinceau et de spatule sont réalisés selon le principe du Théâtre Noir. Face caméra, un panneau de verre transparent de 1,20 m de base est placé verticalement.

Deux découpes latérales de 2 kW l’éclairent, révélant discrètement quelques repères de la position des arcades et colonnes du théâtre. La prise de vue s’effectue pendant que l’artiste peint la vitre : soit 7 versions avec « choix au montage ». Le dripping, à la manière de Pollock, est filmé au banc titre, de façon verticale à 4 m de haut. Le son est enregistré en direct par deux micros studio.

Elévation de la façade -Peinture lumière – Laurent-Langlois – Théâtre des Célestins, Lyon, France

A partir des rushs, le montage vidéo s’effectue sur le logiciel Média 100 et donne 2 séquences de 10 min enregistrées en vidéo Beta SP (la deuxième séquence étant une variante où l’effet du pinceau devient spatule). Le montage s’achève par la bande son mixée par Yvan Lattay.

A part le dripping, les bruits de pinceau et de spatule sont post-produits par le plasticien en visualisant la vidéo sur un petit moniteur. Pour le pinceau a été utilisé « un pinceau sec sur une toile » et « une équerre en plastique sur un parquet » pour la spatule.

Ensuite, 600 points de montage son sur le logiciel Protolls ont été nécessaires pour les synchroniser parfaitement avec l’image. Un travail qui accentue le trompe l’œil, rend la lumière sonore, faisant de cette réalisation une réussite esthétique et technique qui a reçu le prix du patrimoine lyonnais du Trophée des Lumières 2001.

Domaine public

« La prise en compte de l’espace public dans lequel on travaille fait partie du cahier des charges du festival » explique Laurent Langlois. Ainsi, les projecteurs étanches des fontaines de la place, l’ensemble de l’éclairage public au vapeur de mercure et les spots halogène au rez-de-chaussée des commerces alentours ont été gélatinés de rouge vif, chacun négocié individuellement avec différents interlocuteurs. De même, les deux bandes d’arbres latérales sont passées du blanc froid au vert primaire pour réduire toute lumière parasite.

Plan d’installation -Peinture lumière – Laurent-Langlois – Théâtre des Célestins, Lyon, France

Afin de ne pas masquer la façade, la cabine de projection a été placée en périphérie et dans l’axe de la place. Telle une arche monumentale réalisée en structure échafaudage et tôles ondulées, un passage inférieur piéton fut conservé tandis que l’ensemble des éléments de pilotage de l’installation et les 2 vidéoprojecteurs Panasonic en dual – superposés l’un sur l’autre – étaient situés sur un plateau à 3 m de hauteur. En limite de réglage du zoom, les images vidéo ont été réalisées un peu plus petites que nécessaire pour le réglage et le montage final copié sur un disque dur Doremi supprimant le problème de mise en boucle sur cassette.

L’installation vidéo, le son et la lumière intérieure rouge du théâtre ont été pilotés, via un ordinateur Mac, par le logiciel Trax. Enfin, 4 enceintes sur pieds furent installées aux balcons du premier étage du théâtre pour retransmettre la bande son passant sur 2 amplis, un rack et une console.

Extrait de l’article de Vincent Laganier, « Projection d’images géantes, l’actualité et les réalisations, 3ème Festival Lyon Lumières », côté jardin, Guillaume Atger et Andrew Doig à La Duchère, côté cour, Laurent Langlois sur le Théâtre des Célestins, pages 34-40 et couverture de Actualité de la Scénographie, n°121, février 2002, Editions AS, Paris et Nantes.

Lumières archipicturales – Laurent Langlois – Théâtre des Célestins, Lyon, France – Fête des Lumières 2012

Lumières archipicturales

Pour la Fête des lumières 2012, la façade du théâtre devient une toile sur laquelle naissent des tableaux éphémères, s’enchaînant tel un « marabout et bout de ficelle » pictural. Les gestes concentrés du peintre donnent progressivement forme à la matière et aux couleurs, posant et étalant la peinture, frottant la brosse contre la toile, raclant sa spatule… lorsque soudain, le spectateur est entraîné dans une nouvelle dimension : mais qui sont ces lilliputiens qui s’attaquent de toutes parts au théâtre ?

Lumières archipicturales – Laurent Langlois – Théâtre des Célestins, Lyon, France – Fête des Lumières 2012

Quelles évolutions avez-vous apporté à votre travail ?

Laurent Langlois : en 2001, mon intervention s’attachait à dévoiler la façade tour à tour à coups de pinceau blanc, avec une spatule, par projection de peinture, en renversant un pot de peinture sur l’édifice… Ces séquences se déroulaient en noir et blanc.

Cette année, grâce à la qualité de définition et à la puissance lumineuse dont nous disposons désormais dans la projection vidéo, je vais pouvoir utiliser les couleurs et surtout restituer toute la matière de la peinture, ses pigments, sa texture.

De même, la très haute définition de l’image permet aussi d’opérer de vrais changements d’échelle, en passant du plan de la main du peintre à une vision élargie à l’ensemble de la façade.

Lumières archipicturales – Laurent Langlois – Théâtre des Célestins, Lyon, France – Fête des Lumières 2012

Pourquoi ce choix de travailler sur l’univers du peintre ?

Laurent Langlois : diplômé des Beaux-Arts, je suis issu de l’univers de la peinture. J’apprécie de jouer sur les différents modes de représentation entre photo et peinture, vidéo et peinture et la perception qu’en a le spectateur.

Lieu

  • Célestins, Théâtre de Lyon
  • Lyon, France

Équipe du projet

Maître d'ouvrage Ville de Lyon Direction des Evénements et de l'Animation
Créateur lumière Laurent Langlois
Production artistique Artslide
Prestataire technique Spectaculaires, allumeurs d'images
Animations et trucages Jean-Sébastien Martin
Environnement sonore Ivan Lattay
Partenaires Bouwfonds Marignan Immobilier Citéos
Festival lumière Fête des Lumières
Matériel d'éclairage Panasonic
Éditeur Éditions AS

Équipe artistique

Créateur vidéo Laurent Langlois

ZOOM +

 
Fête des lumières à Lyon, France, Europe
 
Le Progrès, hors série : 8 décembre, Lyon, ville lumière
 
Théâtre | Mort d’un commis voyageur, Arthur Miller aux Célestins
 
Marionnettes sur l’eau du Vietnam

ZOOM -

Poursuivez votre recherche

Sujets Peinture lumière Célestins, Théâtre de Lyon Lyon Projection Image Vidéo Peinture Scénographie Lumière Façade Salle de spectacle Théâtre Abax Projecteur découpe Pollock Dripping Montage vidéo Protolls Trophée des lumières Domaine public Trax Actualité de la Scénographie Pinceau Couleur Beaux-Arts Représentation Pictural Vidéo projection
Effets lumière Projection d'images
Professions Créateur vidéo Créateur lumière Réalisateur
Supports Texte Photo Vidéo
Fonction du lieu Théâtre
Source Vincent Laganier Light ZOOM Lumière
728x90 Animated
Vincent Laganier
Vincent Laganier
Architecte diplômé de l'Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Nantes. Rédacteur en chef du portail Light ZOOM Lumière depuis 2012. Auteur de six ouvrages de référence sur la lumière, la ville et le bâtiment. Enseignant en conception lumière à l’ENSA Nantes, en art lumière l'ENSATT Lyon et au projet d'éclairage à l’INSA Lyon.
3 Commentaires
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.