Nicolas Schöffer : de la peinture au pistolet à la sculpture-spectacle
Previous
ALÉATOIRE
Ind Architects : minimal et lumineux pour Cotto d’Este
Next
728x90 Animated

Nicolas Schöffer : de l’art vidéo à la création par ordinateur

Visions prismatiques, machines à rêver, art vidéo et informatique. Rétrospective de l’exposition Nicolas Schöffer au LaM de Villeneuve d'Ascq.

Dream Machines : l’art vidéo inventé

Nicolas Schöffer explore la manipulation d’images pour la télévision et le cinéma, il invente plusieurs machines de mixages d’effets lumineux et sonores live à capter par la caméra et crée ainsi la première performance vidéo, le premier clip de l’histoire “Fer Chaud” (1957). Il crée donc l’Art Vidéo plusieurs années avant Nam June Paik, défini injustement par les historiens de l’art nord-américains comme le premier artiste de cette discipline.

Machines à créer des effets lumineux vidéo :

  • Luminoscope (brevet 1958), appareillage de mixage de prise de vues intervenant directement sur le tube cathodique.
  • Téléluminoscope (brevet 1963), appareillage de mixage avec écran.

Ainsi nous pouvons visionner dans l’exposition la première réalisation vidéo de l’histoire de la télévision, la soirée télévisée « Variations Luminodynamiques » qu’il réalise pour l’ORTF dans la soirée du 25 octobre 1961, une émission en direct composée de manipulations live soumettant des images à divers effets vidéo :

  • distorsions
  • solarisations
  • détourages…

“Machines à rêver”

Il développe « la technique d’ambiance » et « l’ambiance programmée » avec les laboratoires de Philips (firme avec laquelle il travailla plus de 20 ans), ainsi il crée diverses « hypno –dream box », machines à endormir doucement et à rêver, dont certains modèles sont présentés.

  • Dreambox ou « boite à rêves » (1960) projetant des effets lumineux mouvant sur le plafond, le mur ou sur un écran frontal.
  • Mur-Lumière (1962), visible exceptionnellement dans l’exposition, juxtapose des cellules luminodynamiques à l’infini derrière un écran de projection transparent, synchronisable avec une bande son et des capteurs, inventant l’installation multimédia monumentale.
  • Lumino (1964), « susceptible de produire sur l’organisme humain un effet bénéfique de relaxation sous l’influence de phénomènes visuels ou audiovisuels », « la lanterne magique de l’an 2000 » elle est la première œuvre d’art aux effets hypnotisants à avoir été conçue pour être fabriquée industriellement en grande série,1500 exemplaires fabriqués par Philips.
  • Mais aussi les planches passionnantes du scénario d’une émission, récemment retrouvées et présentées pour la première fois au public, nommée « Préparation au sommeil » et destinée à être diffusée à la télévision juste avant l’arrêt des programmes.

Visions prismatiques : éveiller la conscience

A la recherche de stimulants cérébraux pour enrichir et élever hautement la perception, Schöffer crée « Les Microtemps » prenant le contrepoint de la lenteur du Lumino : des boites à systèmes animés d’éléments mobiles sur axe, courbés ou plans d’inox poli, de métal percé et de plexiglas, animés avec rapidité de flashs et lumières colorées aléatoires, où seul un stroboscope pourrait être plus excitant. Chaque élément métallique émet un son s’ajoutant au bruit des moteurs.

Le bruit est prenant et emplit l’espace de la fin de l’exposition et l’esprit hésite entre l’attirance ou la peur. Ils interrogent notre esprit !

Tels des miroirs aux alouettes nous sommes attirés par cet ensemble de boites superposées qui produisent :

  • bruit,
  • mouvements circulaires,
  • brillance,
  • cliquetis,
  • vitesse,
  • reflets,
  • flashs lumineux,
  • couleurs aléatoires,
  • crissements,
  • effets psychédéliques.

En 1966, Schöffer crée un gigantesque Microtemp où l’on entre, installé dans la discothèque le Voom Voom à Saint-Tropez. Ce décor associant des éléments de microtemps et un grand Prisme symbolisent l’esthétique de l’époque et aussi bien Courrège que Paco Rabanne y défilèrent, et en 1968 Brigitte Bardot, en robe métallique, y chante « Contact » de Serge Gainsbourg !

Le Prisme, par ses parois de miroirs, compose une magnifique rosace mouvante, constituée d’une multitude d’effets lumineux ou de lasers aléatoires, représentant l’infinité de la création divine.

Le grand Prisme n’était malheureusement pas présent dans le choix des œuvres présentées, uniquement visible à l’atelier du Maitre de la Villa des Arts à Paris. Sa présence aurait permis plus d’immersion du spectateur nécessaire à l’expérimentation complète de l’œuvre du maître.

Néanmoins deux très beaux petits Prismes étaient présentés, dont une maquette d’un projet monumental. Mais c’était en regardant la gigantesque projection vidéo des effets de miroitements infinis du prisme que nous réalisions l’ampleur de son impact sur notre conscience.

La création à l’ordinateur : explorer jusqu’au bout

Même à la fin de sa vie, bloqué à l’atelier par une hémiplégie qui lui handicape tout le côté droit de son corps, il continue d’explorer les technologies de son temps et d’en repousser les limites créatrices, terminant d’asseoir sa stature historique de pionnier de l’art numérique.

Theorie des Miroirs, Nicolas Schöffer, 1982 – couverture © Naima

Ainsi, après l’apprentissage de l’usage de la souris de la main gauche, il explore la puissance graphique des premiers micros-ordinateurs personnels et dans une ultime recherche, développe une série graphique mêlant dessins numériques et tracés manuel au pistolet, collages de surfaces graphiques et rehauts colorés à la main.

  • Ordigraphic (1988)
  • Choréographic (1990)
  • Colléographic (1990)
  • Ordicol (1991)

Un héritage d’actualité

C’est aujourd’hui, alors que les théories du maître sont réalisées ou sur le point de l’être et que les outils numériques favorisant l’interactivité, l’intégration des datas et le mixage multimédias sont accessibles à tous, que la nouvelle génération d’artistes redécouvre l’œuvre de Nicolas Schöffer et lui fait écho, enfin !

Photo en tête de l’article : Lumino variations Nicolas Schöffer, extrait de la vidéo produite par © Galerie 47

Livres

Nicolas Schöffer : espace, lumière, temps

Le catalogue de l'exposition Nicolas Schöffer, maitre et théoricien du cybernétisme, de l'architecture spatiodynamique et du light art.

En savoir plus...

Équipe du projet

ZOOM +

 
Nicolas Schöffer : espace, lumière, temps
 
Nicolas Schöffer : une rétrospective éblouissante à Lille
 
Nicolas Schöffer : de la peinture au pistolet à la sculpture-spectacle
 
Nicolas Schöffer : du robot compositeurs à la tour spatiodynamique
 
Nicolas Schöffer, l’œuvre écrite enfin rééditée !

Lieu

  • La Villa des Arts
  • Paris, France

Poursuivez votre recherche

Sujets Nicolas Schöffer Rétrospective Vidéo Art vidéo Visions prismatiques Dream Machines Informatique Ordinateur Machines à rêver Création ordinateur Prisme Ecran ordinateur Écran Boite à lumière Ambiance lumineuse
Effets lumière Lumière graphique Lumière de rêve Lumière colorée
Techniques d'éclairage Éclairage dynamique
Professions Artiste
Supports Texte Couverture Vidéo
Fonction du lieu Musée
Source Jean-Baptiste Bulot Light ZOOM Lumière
728x90 Animated
Jean-Baptiste Wallers-Bulot
Jean-Baptiste Wallers-Bulot
aka JBWB est light artist. Il s’exprime avec la lumière du soleil et les lumières artificielles et le light painting. Troisième génération d’artistes dans sa famille, il est passionné de lumières depuis l’enfance. Design céramique à Sèvres, design urbain à l'ESAAD Duperré, École du Paysage de Versailles - ENSP, monde du spectacle, de l’exposition et de l’Art contemporain, conception lumière architecturale en indépendant sont ses formations. Il est l’initiateur et le cofondateur de la Ligue Francophone de Light Painting-LFLP. Curieux, généreux dans ses partages, il communique ici ses découvertes, avis et coups de cœur lumineux.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

728x90 Animated