Interview

William Lautié, couleur et lumière chez un imprimeur à Paris

Comment couleur et lumière se marient dans l'imprimerie offset ? Interview métier de William Lautié, imprimeur chez STIPA, proche de Paris.
28 avril 2022

Quelle est la relation entre couleur et lumière chez un imprimeur ?

William Lautié : le principe même de notre métier est basé sur la couleur. La couleur n’existe qu’au travers de la lumière. Nous connaissons ça notamment dans la grande distribution. Ils ont différents éclairages en fonction de la viande ou des légumes. C’est pour les rendre plus jolis.

Dans l’imprimerie, il faut qu’on ait un éclairage standardisé pour pouvoir toujours regarder la couleur de manière impartiale. De fait, ne pas avoir une lumière trop rouge, trop verte ou trop bleue, car la lumière, c’est de la synthèse additive RVB.

Comment utilisez-vous la synthèse soustractive ?

William Lautié : sur la presse qui imprime, nous sommes en synthèse soustractive : cyan, magenta, jaune.

Couleurs des encres jaune, magenta, cyan sous la lumière de l'atelier d'imprimerie
Presse offset, imprimerie STIPA et encres en synthèse soustractive de couleur, cyan, magenta, jaune, noir CMJK © Vincent Laganier

Lors de l’impression, nous « trichons », plutôt que le mixage CMJ pour imprimer, nous rajoutons le noir (quadrichromie). Il nous permet d’imprimer directement le texte et d’éviter les problèmes de lecture que ça peut générer en mixant trois couleurs.

Comment intervient la lumière pour l’épreuve couleur ?

William Lautié : cet éclairage standardisé, nous en avons besoin au moment des épreuves normalisées avant l’impression. C’est la première étape, où la lumière est importante, au moment de la création du document. On parle de photogravure, le travail sur l’image par elle-même.

Impression d’une épreuve normalisée, impression chez STIPA – Photo du livre Light ZOOM Lumière © Vincent Laganier

Les épreuves sont imprimées sur des machines normalisées ayant un spectrophotomètre. En sortie, il vérifie les fameuses petites bandes de 144 couleurs normalisées, voire plus. Alors, il nous dit si notre épreuve est valide ou non selon la norme internationale ISO 12647-2.

Couleur et lumière en imprimerie
Bande de 144 couleurs normalisées et lumière selon ISO 12647-2 chez STIPA © Vincent Laganier

L’éclairage intervient ici pour une vérification visuelle et savoir si on est conforme ou non à la norme colorimétrique.

 

 

Qu’est-ce que le procédé offset chez un imprimeur ?

William Lautié : l’offset est un procédé d’impression apparu à la fin du 19ème siècle et démocratisé dans les années 1950. C’est une réaction entre l’eau et l’encre, un principe chimique/physique plutôt simple, qui n’est autre que la répulsion entre l’eau et un corps gras ce qui permet de séparer les blancs et les noirs.

Bac à encre cyan sur presse offsett Komori chez l’imprimerie STIPA  © Vincent Laganier

En bref, la machine se compose de rouleaux d’eau, de rouleaux d’encre, d’un encrier, une plaque d’alu qui reçoit tout ça et d’un blanchet qui vient récupérer l’encre sur la plaque et le transfert par pression sur le papier. C’est devenu le procédé le plus utilisé dans le monde pour imprimer les journaux, les magazines, les livres…

Plaque en aluminium d’impression offset avec zone imprimante en bleue chez STIPA © Vincent Laganier

Pourquoi la lumière du jour est importante sur une presse offset ?

William Lautié : sur nos presses offset, nous avons des pupitres avec un panneau lumineux normé selon une lumière du jour D50 à 5000 K. Pour tous les imprimeurs, nous devons avoir ce même éclairage. Il permet à la fois au conducteur de machine, au chef d’atelier et au client de regarder l’impression sous un même éclairage.

Lumière du jour et couleur au pupitre sur presse offset
Pupitres sur presse offset de l’imprimerie STIPA avec panneau lumineux normalisé lumière du jour D50 5000 K homogène © Vincent Laganier

C’est pour cela qu’on a l’habitude de parler de métamérisme entre nous, car un même document, sous un éclairage différent n’a pas la même couleur. Donc, l’éclairage standardisé permet de mettre tout le monde d’accord.

Quelle anecdote avez-vous au sujet de l’éclairage dans l’imprimerie STIPA ?

William Lautié : l’éclairage peut nous poser parfois quelques soucis, car nous imprimons toujours sous cette lumière standardisée. Par exemple, quand on envoie un document à un client et qu’il le regarde à son bureau, sous un éclairage plus ou moins correct, ça peut être surprenant de temps en temps. J’ai en mémoire un violet profond qu’on avait fait sur presse. Le client en recevant le document n’était pas du tout d’accord avec le rendu de couleurs, car il regardait ça sous un éclairage de bureau basique. Heureusement, c’est rare, mais sur certaines couleurs…

Propos recueillis par Vincent Laganier le 16 novembre 2021 à Montreuil.

A suivre…

Impression offset et éclairage UV, une innovation technologique

Approfondir le sujet

Équipe du projet

Imprimeur William Lautié STIPA

Poursuivez votre recherche

Sujets Imprimeur Paris Quelle imprimante choisir Imprimeur livre Imprimerie offset Imprimerie Montreuil Imprimerie Imprimerie STIPA Couleur Couleur lumière Couleur éclairage Synthèse soustractive Cyan magenta jaune CMJK CMYK Mixage CMJ Mixage de couleur Epreuves Epreuve normalisée Epreuve contractuelle Impression Impression offset Offset Photogravure Spectrophotomètre ISO 12647-2 Procédé offset Procédé impression Répulsion eau Plaque aluminium impression offset Plaque impression offset Presse offset Eclairage imprimerie Eclairage imprimeur Lumière imprimerie Lumière imprimeur Éclairage Lumière Quadrichromie Procédé imprimerie Quadri Impression quadri Cyan Magenta Jaune Noir
Effets lumière Lumière directe Lumière diffuse Lumière blanche Lumière blanc froid
Techniques d'éclairage Éclairage intérieur Éclairage industriel Éclairage bureau
Professions Imprimeur Chef atelier Photograveur
Supports Texte Photo
Fonction du lieu Industrie
Source Vincent Laganier Light ZOOM Lumière
Rédacteur en chef et éditeur du portail Light ZOOM Lumière depuis 2012. Architecte diplômé de l’École nationale supérieure d’architecture de Nantes. Éclairagiste par passion depuis 1997 en Europe. Auteur de sept ouvrages de référence sur la lumière, l'éclairage, la ville et le bâtiment. Enseignant en éclairage à l’ENSA Nantes et à l’ENSATT Lyon.
0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lieu

  • STIPA
  • Montreuil, France

Livres

Éclairage et lumière du IIIe millénaire, 2000-2050, un livre collector

Imaginons le monde d’après, ensemble. Éclairage et lumière du IIIe millénaire jusqu'en 2050. Le livre collectif à partager.

En savoir plus...

Lexique de l’éclairage professionnel, de Sophie Caclin

La traduction facile français-anglais en architecture, urbanisme, lumière, éclairage et communication. Découvrez le Lexique de l’éclairage professionnel.

En savoir plus...

La “lumière vivante” de Gerard Auer, traduit par Maxime Brunois

Qu’est-ce que la lumière vivante ? En architecture et dans l’habitat, Gerard Auer en donne une explication dans son essai.

En savoir plus...