Interview

Jean-Michel Daclin, rétrospective et avenir, 20 ans de LUCI

Jean-Michel Daclin, président d'honneur du réseau international de l’éclairage urbain. Rétrospective et avenir des 20 ans de l’association LUCI.

A l’occasion des 20 ans de LUCI, l’ancien président de LUCI Jean-Michel Daclin revient sur la création de l’association. Des coopérations originales ont donné naissance au futur réseau. Inspirez-vous de ses 20 ans d’échanges sur l’éclairage urbain ! Voici la retranscription de l’interview vidéo sur la rétrospective et le futur des 20 ans de LUCI.

Comment est née l’idée de LUCI ?

Jean-Michel Daclin : l’idée de LUCI a émergé du fait que Lyon avait travaillé sur la lumière depuis pas mal de temps, depuis un peu plus de dix-douze ans.

Il y avait un adjoint qui s’appelait Henri Chabert, qui avait fait un gros boulot. Et c’est vrai que Lyon avait un petit peu d’avance. N’exagérons pas. Et c’est vrai qu’on s’est dit que ce serait peut-être intéressant de voir ce que faisaient les autres villes et d’échanger.

Jean-Michel Daclin, président d’honneur de LUCI, Lyon, rétrospective et avenir, 20 ans © Compose It

Derrière LUCI, il y a peut-être cette idée de mise en avant des réseaux. A l’époque, on a compris qu’il était plus intéressant finalement d’échanger avec des villes sur les thématiques bien claires, plutôt que d’avoir des échanges tous azimuts, ou l’on boit beaucoup de champagne, mais en fait, on ne fait pas grand-chose.

Éclairage innovant d’une piste cyclable, Lund, Suède

Donc, on a lancé ce réseau thématique. Ensuite, on en a lancé un deuxième sur la gastronomie. Puis, il y en a eu d’autres.

LUCI a été finalement la première initiative lyonnaise sur cette logique de réseau. C’est une logique très vertueuse pour montrer la dynamique des villes.

Jean-Michel Daclin, président d’honneur de LUCI, Lyon, rétrospective et avenir, 20 ans © Compose It

Quels sont les éléments déterminants qui ont permis de rassembler des villes et des partenaires si différents ?

Jean-Michel Daclin : ça c’est une question difficile à comprendre parce que toutes les villes n’ont absolument pas les mêmes motivations. De plus, en Europe, il y a déjà une différence. Quand on va aux États-Unis ou en Asie, ça n’a encore rien à voir.

Parc d’eau chaude Onsen Sainokawara au Japon par LPA

Je pense que ce qui est intéressant, c’est que cette expérience, le creuset que constitue un réseau, ça montre que les villes ont une capacité à s’adapter, à comprendre les autres. Je crois que ça, c’est un point très important.

Jean-Michel Daclin, président d’honneur de LUCI, Lyon, rétrospective et avenir, 20 ans © Compose It

On avait des gens très différents qui comprenaient, quand ils voyaient les expériences venant d’autres villes, que finalement, il y avait des choses à prendre. Et je crois que ça, c’est un point très important. Ça montre, sans aucun doute, la souplesse des villes dans leur logique et leur dynamique, par rapport à ce que font la plupart des États qui sont plutôt plus rigides, on dira.

Lumière nordique des ponts Pikisaari à Oulu, Finlande

Comment se sont passées les premières années ?

Jean-Michel Daclin : d’abord, il a fallu trouver le nom, ce n’est pas facile. Et puis, en fait, on a un peu bénéficié de l’appui de nos villes sœurs avec lesquelles on avait des liens. Et petit à petit, ça s’est développé.

Comment LUCI s’est développée autour de la Fête des Lumières ?

Jean-Michel Daclin : il y a aussi le rôle des Fêtes de la Lumière, qui est un point très important. C’est-à-dire que beaucoup de villes sont rentrées par les Fêtes de la Lumière parce que, c’est le plus visible. Ça attire. Il y a un côté marketing, etc.

Fête des Lumières de Lyon 2022 : programme de l’événement

Une fois qu’ils sont rentrés par les Fêtes de la Lumière, ils se sont rendu compte que l’éclairage c’était beaucoup plus que la Fête de la Lumière. Il y avait une dimension économique, sociale, environnementale, bien plus intéressante.

Mark Burton-Page-directeur de LUCI et Jean-Michel Daclin, président d’honneur, Lyon, rétrospective et avenir, 20 ans © Compose It

Pour moi, les Fêtes de la Lumière sont une espèce de porte d’entrée et c’est vrai qu’on a attiré beaucoup de gens autour de notre Fête des Lumières. En fait, les gens sont restés pour beaucoup plus que ça.

Quels faits marquants avez-vous pris durant votre présidence de LUCI entre 2002 et 2010 ?

Jean-Michel Daclin : je pense que l’événement fort, ça a sans aucun doute été le travail qu’a fait une commission sur les liens avec l’environnement et la charte éthique de LUCI que doivent avoir les villes. Cela été très fort, parce que c’est la première fois que, finalement, notre réseau a été reconnu par l’Europe. Avant, on était sympas… et ils nous regardaient un peu de haut.

Jean-Michel Daclin, président d’honneur de LUCI, Lyon, rétrospective et avenir, 20 ans © Compose It

Puis, tout d’un coup, ils se sont rendu compte que les villes pouvaient travailler et que le boulot qu’elles faisaient était concret, opérationnel. Il y avait une capacité d’action beaucoup plus efficace souvent que les actions gouvernementales. Je crois qu’on a obtenu un peu nos lettres de noblesse à ce moment-là. C’est vrai, je crois, qu’il y a eu un très très grosse marche qui a été gagnée ce jour-là.

 

Comment LUCI pourrait se développer dans le futur ? Quelques conseils pour l’avenir ?

Jean-Michel Daclin : je suis mal placé pour parler de l’avenir de LUCI puisque je ne suis plus dans l’association. Donc je pense que c’est aux gens qui sont là de décider les choses. Moi, je pense que ces réseaux marchent toujours sur deux dimensions.

Leni Schwendinger : la nuit sous un nouveau jour

Une première dimension humaine, je crois qu’il ne faut jamais oublier ça. Un réseau, ça marche parce qu’une ville, par définition, c’est un lieu de vie humaine. Et les gens qui représentent ces villes aiment cela. Ils sont à l’aise là-dedans. Il faut surtout se garder de toute logique technocratique. Donc, cette dimension est à mon avis essentielle.

Jean-Michel Daclin, président d’honneur de LUCI, Lyon, rétrospective et avenir, 20 ans © Compose It

La deuxième dimension, je pense qu’il ne faut pas hésiter à avoir de l’ambition, ne pas hésiter à innover, à lancer des choses. Je parlais tout à l’heure de cette Charte. Au début, je ne sais plus quelle ville. Je crois que c’est Leipzig qui avait eu cette idée, sauf erreur de ma part. Et quand Leipzig a lu ça, il y a eu un reflux puissant de repli disant « mais non, on n’est pas capables, on se prend pour ce qu’on n’est pas, etc. » En fait, on a eu raison d’y aller et d’une certaine façon, même si on est maintenant devenu une grosse organisation. Il faut garder ce côté un peu innovant, copains, petit groupe… C’est toute dimension humaine et à la fois ambitieuse.

Très bon anniversaire et longue, longue vie à LUCI.

Jean-Michel Daclin, président d’honneur de LUCI et Mark Burton-Page-directeur, Lyon, rétrospective et avenir, 20 ans © Compose It

Propos recueillis par Mark Burton-Page et Cécile Journeau de LUCI.

Vidéo de l’interview de Jean-Michel Daclin

Approfondir le sujet

Équipe du projet

Président Jean-Michel Daclin LUCI
Directeur Mark Burton-Page LUCI
Association LUCI

Poursuivez votre recherche

Sujets Anniversaire LUCI anniversaire Association éclairage Président fondateur
Effets lumière Lumière du jour Lumière naturelle
Techniques d'éclairage Éclairage naturel
Fonction du lieu Métropole
LUCI est le réseau international de villes sur l’éclairage urbain. Créée en 2002 par la Ville de Lyon, l’association à but non lucratif regroupe plus de 70 villes du monde entier qui utilisent la lumière comme outil de développement social, culturel et économique. Elle regroupe aussi plus de 55 membres associés : entreprises, universités, concepteurs lumière et artistes... Grâce à l’organisation de conférences et d’événements internationaux, la mise en oeuvre de projets de recherche et de coopération, LUCI aide les villes à progresser vers une utilisation plus durable de la lumière et des espaces urbains tournés vers le citoyen.
0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Livres

Éclairage et lumière du IIIe millénaire, 2000-2050, un livre collector

Quand l’éclairage LED pourrait révolutionner le monde. Éclairage et lumière du IIIe millénaire jusqu'en 2050. Le livre collectif à partager.

En savoir plus...

Exploring City Nightscapes, LUCI et ville de Lyon

Nouvelle publication de LUCI et la ville de Lyon, avec le support du projet ROCK. Explorer les paysages nocturnes de 12 villes. Exploring City Nightscapes.

En savoir plus...

Guide des villes pour l'éclairage intelligent de LUCI

Livre blanc sur l'éclairage intelligent, des villes pour les villes. L’association LUCI vise à aider les collectivités locales à construire le futur.

En savoir plus...

Concevoir la lumière comme un levier de développement touristique

Croiser les regards de concepteurs lumière, d’élus, de dirigeants municipaux et du tourisme. Des expériences et témoignages de villes à travers le monde.

En savoir plus...

Vivre la sobriété en éclairage, traduit par Maxime Brunois

Qu’est-ce que la lumière vivante ? En architecture et habitat, Gerard Auer en donne une explication dans Vivre la sobriété en éclairage.

En savoir plus...