Réalisation

SUN de Hofesh Shechter à la Maison de la Danse, Lyon

Comme une transe, une performance de danse qui ne laisse pas indifférent. Critique scénographique et lumière de SUN de Hofesh Shechter.

En 2011, le chorégraphe Hofesh Shechter décide : « la  prochaine  pièce pour ma compagnie s’appellera Sun ». Quel sujet pourrait paraître plus attractif quand on parle de lumière ! D’autant plus que la fiche technique commence par une note : « une obscurité d’excellente qualité est essentielle pour la présentation de la pièce, merci de nous contacter si vous avez des questions au sujet des nuisances lumineuses de l’auditorium sur la scène… »

Le spectacle questionne en permanence le spectateur : « Qu’est-ce que la beauté ? Qu’est-ce qui est bon ? Qu’est-ce qui est mauvais ? Et d’un point de vue social, qui décide de ce que l’on considère comme bon ou mauvais ? » pose le chorégraphe. « Cela a fini par donner vie à un espace ambigu qui joue avec l’obscurité et la lumière ».

Sun-@-Image-Gabriele-Zucca-(3)

Scénographie de Sun

La scène de Hofesh Shechter est simplement agencée autour de quatre éléments de base :

  • En fond de scène, un cyclorama peint en arc de cercle de 11,40 m sur 8,50 m de haut.
  • Au-dessus de la scène, pas de pendrillon. Juste une trame de 78 lampes à incandescence claires de 100 W, 13 lignes en 6 rangées.
  • Au sol, un tapis de danse avec une sérigraphie.
  • En avant-scène, sept projecteurs asymétriques 1 kW simulent une rampe.

Sun-@-Gabriele-Zucca-(1)

Lumière et ambiances

La salle de spectacle est enfumée avant l’entrée du public. Dès le premier tableau, cette densité de l’air diffuse la lumière.

La pièce alterne des séquences de danse très courtes. La lumière change à chaque fois d’ambiance :

  • sur-éclairage en douche par une trame dense de 84 PAR 64 1kW pour un ballet de 14 danseurs,
  • sous-éclairage où l’on distingue à peine les corps par la rampe d’avant-scène,
  • latéraux haut crépusculaire ou contre-jour HMI du soleil à midi.

Hofesh-Shechter's-Sun-11-Image-Gabriele-Zucca

Comme une transe, les danseurs vibrent au rythme de la musique. Les morceaux s’enchaînent à une vitesse sans fin : orchestre symphonique pendant les panneaux marionnettes, musique assourdissante, trop forte. Dommage pour être appréciée malgré ses qualités.

La trame des lampes à incandescence est pleinement utilisée dans la pièce :

  • toutes à 100% pour créer un plafond,
  • rougeoiement sous les spectres du ballet,
  • média façade interactive avec un danseur pour une scène du ballet.

S’agit-il d’une performance ? S’agit-il de danse ? Quelques extraits.

Équipe artistique

Musique Hofesh Shechter Irving Berlin Richard Wagner
Chorégraphe Hofesh Shechter
Scénographe Mérie Hensel
Créateur lumière Lee Curant
Costumes Christina Cunningham
Marionnettiste Businessman Hoodsman Tribesman Explorer James Ward Jimbobart Rebecca Cusak
Artiste scénique Kirsty Glover
Photographe Gabriele Zucca

Équipe technique

Commande Brighton dome Brighton Festival Sadler's Wells London Melbourne Festival Théâtre de la Ville Grand Théâtre de la Ville de Luxembourg Festspielhaus St. Pölten Berliner Festspiele - Foreign affairs Roma Europa
Production Hofesh Shechter Company Bruno Wang Columbia Foundation London Community Foundation
Coproduction Mercat de Les Flors Theatre Royal Plymouth

Équipe du projet

Magazine LICHT

Poursuivez votre recherche

Architecte diplômé de l'Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Nantes. Éclairagiste par passion depuis 1997 en Europe. Rédacteur en chef du portail Light ZOOM Lumière depuis 2012. Auteur de six ouvrages de référence sur la lumière, la ville et le bâtiment. Enseignant en éclairage à l’ENSA Nantes et à l'ENSATT Lyon.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lieu

  • Maison de la Danse
  • 8 Avenue Jean Mermoz, 69008 Lyon, France

— Articles connexes —

Performances réussies de Benjamin Millepied, Roy Assaf et Hiroaki Umeda. Elles clôturent la Biennale de la Danse de Lyon 2014.
— En savoir plus
Réalisation

Hiroaki Umeda, Roy Assaf et Benjamin Millepied en lumière à Lyon

Performances réussies de Benjamin Millepied, Roy Assaf et Hiroaki Umeda. Elles clôturent la Biennale de la Danse de Lyon 2014.
La Maison de la Danse de Lyon a reçu Moving Target. Collaboration réussie du chorégraphe Frédéric Flamand et des architectes américains Diller+Scofidio.
— En savoir plus
Réalisation

Moving Target : Frédéric Flamand et Diller+Scofidio

La Maison de la Danse de Lyon a reçu Moving Target. Collaboration réussie du chorégraphe Frédéric Flamand et des architectes américains Diller+Scofidio.
De l'école de cirque à la danse de hip-hop, Mourad Merzouki est un chorégraphe contemporain prolifique. Regard image et lumière sur deux spectacles.
— En savoir plus
Réalisation

De « Corps est graphique » à « Pixel », l’art de Mourad Merzouki

De l'école de cirque à la danse de hip-hop, Mourad Merzouki est un chorégraphe contemporain prolifique. Regard image et lumière sur deux spectacles.
A l’occasion du Festival Nantais Stereolux, la Compagnie Turn off the light nous invite ce soir, mercredi 22 janvier 2014 à la première !
— En savoir plus
Réalisation

Empreintes, Encre et Lumière à Nantes, Cie « Turn off the light », Julien Breton aka Kaalam, Festival Stereolux

A l’occasion du Festival Nantais Stereolux, la Compagnie Turn off the light nous invite ce soir, mercredi 22 janvier 2014 à la première !