Østbanehallen, Oslo : mur de pixels de ÅF Lighting
Previous
ALÉATOIRE
Mur du livre Artron, Shenzhen : art et lumière
Next

Fog Assembly aux jardins de Versailles, l’eau brouillard

Quand l'eau brouillard annule la vision. Fog Assembly de Olafur Eliasson aux jardins du château de Versailles dans le bosquet de l'étoile.
par Vincent Laganier24 juin 2016

Fog Assembly de Olafur Eliasson prend place dans les jardins de Versailles. Au cœur du bosquet de l’étoile, un portique en acier galvanisé répand un fin brouillard à quelques mètres du sol. C’est comme un nuage en lévitation dans le jardin survenu comme par magie.

Olafur Eliasson, Fog assembly, 2016 - Château de Versailles, France - Photo : Vincent Laganier

Olafur Eliasson, Fog assembly, 2016 – Château de Versailles, France – Photo : Vincent Laganier

« Quand vous vous promenez à travers le nuage, vous perdez votre capacité de voir la perspective » décrit l’artiste. C’est exactement cette impression que j’ai perçue sur place.

Olafur Eliasson, Fog assembly, 2016 - Château de Versailles, France - Photo : Vincent Laganier

Olafur Eliasson, Fog assembly, 2016 – Château de Versailles, France – Photo : Vincent Laganier

Olafur Eliasson, Fog assembly, 2016 - Château de Versailles, France - Photo : Vincent Laganier

Olafur Eliasson, Fog assembly, 2016 – Château de Versailles, France – Photo : Vincent Laganier

Mais, en s’approchant du nuage, je perçois aussi la structure qui crée cet effet et la vision s’en trouve rassurée.

Olafur Eliasson, Fog assembly, 2016 - Château de Versailles, France - Photo : Vincent Laganier

Olafur Eliasson, Fog assembly, 2016 – Château de Versailles, France – Photo : Vincent Laganier

Olafur Eliasson, Fog assembly, 2016 - Château de Versailles, France - Photo : Vincent Laganier

Olafur Eliasson, Fog assembly, 2016 – Château de Versailles, France – Photo : Vincent Laganier

De section ronde, le poteau du portique s’éclate en deux en haut des mâts de 4,5 mètres. Un détail d’architecture qui permet d’alléger la structure qui aurait été lourde avec des poteaux droits.

Olafur Eliasson, Fog assembly, 2016 - Château de Versailles, France - Photo : Vincent Laganier

Olafur Eliasson, Fog assembly, 2016 – Château de Versailles, France – Photo : Vincent Laganier

Le tube horizontal d’un diamètre de 29 mètres est tramé de gicleurs à brouillard d’eau, de manière continue.

Olafur Eliasson, Fog assembly, 2016 - Château de Versailles, France - Photo : Vincent Laganier

Olafur Eliasson, Fog assembly, 2016 – Château de Versailles, France – Photo : Vincent Laganier

Un moment, je pense à l’infrastructure nécessaire sous le sol, comme pour les bassins et fontaines des jardins de Versailles où tout est caché en sous-sol.

Olafur Eliasson, Fog assembly, 2016 - Château de Versailles, France - Photo : Vincent Laganier

Olafur Eliasson, Fog assembly, 2016 – Château de Versailles, France – Photo : Vincent Laganier

Pour rendre cette apparition de brume magique, tout a été enterré. Lors de l’inauguration, je percevais encore les dalles de pelouse qui ont été agencées les unes par rapport aux autres sur la terre.

Olafur Eliasson, Fog assembly, 2016 - Château de Versailles, France - Photo : Vincent Laganier

Olafur Eliasson, Fog assembly, 2016 – Château de Versailles, France – Photo : Vincent Laganier

Fonctionnement de Fog Assembly

  • Du mardi au dimanche
  • 11h – 13h
  • 15h – 17h

En bref, l’expérience visuelle et physique me rappelle le Blur de l’Expo 02 Suisse au lac d’Yverdon-les-Bains. L’installation des architectes Diller Scofidio d’alors utilisait les mêmes principes perceptifs de brouillard. Donc ici, on ne peut pas dire que l’installation soit vraiment nouvelle, mais plutôt du déjà-vu.

Bosquet de l’étoile dans les jardins de Versailles

Entre le château de Versailles et le Grand canal, le paysagiste du Roi, André Le Nôtre, a composé une série de jardins à la française. Sur une trame carrée, de grandes haies sont taillées au carré. Elles ne laissent percevoir leurs intérieurs que lorsque l’on y pénètre, par de petites allées, plus ou larges.

Bosquet de l'Etoile- Château de Versailles, France - Photo : Vincent Laganier

Bosquet de l’Etoile- Château de Versailles, France – Photo : Vincent Laganier

L’accès au Bosquet de l’Étoile se fait par ses diagonales. Puis, je parcours un chemin en arc de cercle avant d’arriver à une prairie pentagonale au centre du jardin.

Lieu

  • Bosquet de l'étoile
  • Versailles, France

Équipe artistique

Plasticien lumière Olafur Eliasson

Équipe du projet

Architecte paysagiste André Le Nôtre
Magazine Détail d’architecture
Architecte Diller Scofidio + Renfro

ZOOM -

Poursuivez votre recherche

Sujets Jardins de Versailles Château de Versailles Fog Assembly Brouillard Jardin Eau Bosquet de l’Étoile Lévitation Vision Perspective Pelouse Blur Expo.02 Suisse Yverdon-les-Bains
Effets lumière Lumière du jour
Professions Artiste Plasticien
Supports Texte Photo
Fonction du lieu Jardin
Source Vincent Laganier Light ZOOM Lumière
728x90 Animated
Vincent Laganier
Vincent Laganier
Architecte diplômé de l'Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Nantes. Rédacteur en chef du portail Light ZOOM Lumière depuis 2012. Auteur de six ouvrages de référence sur la lumière, la ville et le bâtiment. Enseignant en conception lumière à l’ENSA Nantes, en art lumière l'ENSATT Lyon et au projet d'éclairage à l’INSA Lyon.
2 Commentaires
Laisser un commentaire
  • Avatar
    Durand Charles
    30 octobre 2016 at 21 h 21 min

    Ce ne serait pas du galva et non de l’aluminium ? Du moins ça en avait tout l’air 😉
    Je ne trouve pas cela déjà vu. Certes dans les deux projets de la bruine est créée, mais c’est assez réducteur de s’arrêter à cela à mon sens.
    Avec Fog Assembly, c’est la séquence d’arrivée et la contextualisation de l’oeuvre qui prédomine.
    Un des points important entre beaucoup d’autres sur cette oeuvre est la perception de celle-ci depuis les allées y menant. À travers la végétation, on entrevoit que quelque chose de mystérieux se passe derrière. Eliasson exploite la force d’un site, d’un paysage et le transcende, quand le projet Blur pourrait prendre place sur n’importe quel lac.

    • Vincent Laganier
      31 octobre 2016 at 22 h 03 min

      @Charles Tout à fait d’accord avec vous pour l’acier galva. Mea culpa, je viens de corriger le contenu de l’article.

      Je partage aussi votre point de vue sur le parcours qui conduit à l’oeuvre Fog Assembly. Il met en condition le visiteur et contextualise l’oeuvre.

      Néanmoins, ce type d’installation avec un brouillard d’eau est un grand classique des festivals des jardins…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.