Interview

Technilum, fabricant de mobilier urbain d’éclairage

L’aventure de Technilum, fabricant de mobilier urbain d’éclairage et de luminaires à Béziers. Retour sur les moments clés par sa présidente, Agnès Jullian.
1 décembre 2022

Quel est ton parcours de formation jusqu’à Technilum ?

Agnès Jullian : j’ai une formation généraliste, pas technique : une école de commerce, l’ECCIP Paris, puis une formation en expertise comptable. Mais ma formation principale a été au sein de l’entreprise où j’ai dû assumer très jeune des responsabilités importantes suite au décès soudain de mon père. Certes je connaissais déjà bien l’environnement de l’entreprise, ses forces et ses faiblesses, mais ce n’était pas une voie tracée. Je me voyais davantage acquérir de l’expérience ailleurs, et y compris à l’étranger. Quoi qu’il en soit c’est désormais une histoire ancienne puisque j’ai repris l’entreprise en 1994…

Quels sont les premiers luminaires conçus au départ ?

Agnès Jullian : en 1971, à la naissance de Technilum, la Compagnie industrielle d’équipement (CIE) a été le 1er fabricant spécialiste de l’aluminium. La création des stations du littoral dans le cadre de la Mission Racine étaient des marchés très porteurs. Conçues par des architectes / urbanistes, certaines de ces stations sont désormais classées Patrimoine de l’Architecture du XXème siècle. Nos mâts aluminium sont souvent encore en place, même si fort heureusement les boules des années 70 sont désormais en grande partie rénovées.

Boules, Hotel de ville de Montpellier, France – 1970 – Mobilier urbain éclairage – Design © Technilum

Quels sont tes meilleurs souvenirs de cette aventure Technilum ?

Agnès Jullian : des souvenirs, nous en avons beaucoup, avec des gens qui nous ont fait confiance sur des projets emblématiques. Toutes les créations de produits sont de belles aventures, dans la co-conception / création avec des architectes, des paysagistes et des concepteurs lumière.

Ce qui est valorisant, c’est lorsque l’on imagine de nouveaux concepts. Les exemples sont nombreux, évidemment, qu’il s’agisse de technique ou d’esthétique. Dans les plus récents, les Flambeaux de Calais ou les lampadaires Céramique de Menton, mais le plus disruptif en son temps était certainement le Mikado de Bordeaux.

Quel mobilier lumière différent a été créé à Bordeaux ?

Agnès Jullian : il faut se rappeler de ce qu’était la place Pey-Berland avant le projet de de l’architecte espagnol Francisco Mangado, associé à KingKong et Yon Anton Olano : c’était un immense parking, assez anarchique au demeurant, et surtout particulièrement “classique”. Le projet, concomitant à l’arrivée de la 1ère ligne de Tramway a initié la métamorphose de Bordeaux. Les lampadaires, épurés, plus proches de sculptures que du traditionnel lampadaire, disposés en bouquets, ont participé grandement au succès intemporel du projet.

Depuis 2003, cette forme, descriptible par un mouvement de la main, est devenue iconique. De Technilum, évidemment – même si les lampadaires de ce type sont désormais dans les catalogues de tous les fabricants…

Quelle impression gardes-tu du front de mer de Calais ?

Agnès Jullian : c’est une belle collaboration avec le concepteur lumière Vincent Thiesson, de l’agence ON. Quand tu arrives sur le front de mer à Calais et que tu n’y es jamais allé, tu te dis waouh ! C’est bluffant !

Flambeau, Front de Mer, Calais, France Concepteur lumière : Agence ON – Mobilier urbain éclairage Technilum © Philippe Turpin

C’est un projet de design global et d’attractivité qui change la vie des habitants du site, et qui modifie en profondeur la perception qu’en ont les visiteurs. Les mobiliers, l’aménagement de l’espace et les usages suggérés sont subtils. Les lampadaires Flambeaux participent à la réussite du projet.

Quel souvenir gardes-tu du mémorial des Twin Towers à New York ?

Agnès Jullian : c’est un lieu fort en émotion. Le Liberty Park est au pied de la nouvelle Liberty Tower – c’est un parc de grande qualité en termes d’aménagement public, calme et apaisant, surélevé mais encerclé de tours vertigineuses.

Liberty Park, New York, USA – Paysagiste : Aecom – Concepteur lumière : Fisher Marantz Stone FMS – Mobilier urbain éclairage : Technilum © AJJN Photography

Tout est saisissant dans le secteur… et se dire que les mâts viennent de Beziers, oui, c’est émouvant ! Comme être retenus par les paysagistes d’Aecom et les concepteurs lumière de FMS – Fisher Marantz Stone.

Quelle est la mission de Technilum aujourd’hui ?

Agnès Jullian : Technilum se définit comme un partenaire de valorisation urbaine. Nos valeurs sont la création, l’innovation et le design. Technique et lumière, Techni – Lum, d’où le nom de l’entreprise.

 

Aujourd’hui, nous mettons également plus en avant notre dimension RSE, caractère intrinsèque de l’entreprise depuis ses débuts – nous sommes un des acteurs de la ville durable et désirable. C’est important d’être un partenaire engagé, comme d’avoir des approvisionnements et une fabrication Française.

Jeny, Parc Urbain Jeny LittleWords, Tremblay, France – 2019 – Design : BASE – Mobilier urbain signalétique © Olivier Martin Gambier

Nous nous sommes toujours concentrés sur des projets de qualité. Si l’on me demandait de faire une couleur de mât que je trouve horrible, je serais capable de dire non. C’est un peu l’ADN de l’entreprise.

Quelle est la satisfaction des femmes et des hommes qui réalisent ces mobiliers urbains ?

Agnès Jullian : quand on réalise des produits hors normes, la satisfaction des équipes c’est de voir les produits finis, avant qu’on ne les emballe et qu’on ne les charge.

Ateliers de Technilum à Lézigno, en cours de fabrication du mobilier Croisette de Cannes – Concepteur, fabricant mobilier éclairage urbain © Technilum

Ensuite, ce qui est très valorisant aussi, c’est de revoir les produits livrés sur site au gré des déplacements ou des vacances de chacun(e).

Mobilier Croisette au crépuscule, Cannes, France – Designer : Alain Gilles – Conception lumiere : Agence ON – Concepteur, fabricant mobilier eclairage urbain : Technilum © Hugo Da Costa

Quelques chiffres concernant Technilum ?

Agnès Jullian : avant le covid, le chiffre d’affaires était de près de 12 M€ (2019), même si l’activité a pas mal baissé depuis la pandémie. Nous sommes 50 personnes. Nous espérons retrouver une activité en croissance cette année et repartir sur une phase de progrès.

Je crois que je connais 90 % des projets qui ont été réalisés par l’entreprise et je sais à peu près dire toutes les commandes qui sont en production. C’est capital de se différentier avec des produits entièrement personnalisés ou personnalisables.

Propos recueillis à Sérignan par Vincent Laganier le 10 septembre 2022.

 

 

 

A suive…

Centre d’Art de Lézigno et futur de l’éclairage urbain

Approfondir le sujet

Équipe du projet

Matériel d'éclairage Technilum Agnès Jullian

Poursuivez votre recherche

Sujets Mobilier urbain Mobilier urbain éclairage Fabricant mobilier urbain Fabricant éclairage Bordeaux Calais New York Liberty Park Twin Towers
Effets lumière Lumière graphique Lumière blanche Lumière directe
Techniques d'éclairage Éclairage extérieur Éclairage urbain Éclairage public
Fonction du lieu Ville Commune Métropole
Rédacteur en chef et éditeur du portail Light ZOOM Lumière depuis 2012. Architecte diplômé de l’École nationale supérieure d’architecture de Nantes. Éclairagiste par passion depuis 1997 en Europe. Auteur de sept ouvrages de référence sur la lumière, l'éclairage, la ville et le bâtiment. Enseignant en éclairage à l’ENSA Nantes et à l’ENSATT Lyon.
0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.