Interview

Agnès Jullian, de l’espace public à l’architecture

Présidente de Technilum, Agnès Jullian partage ses convictions sur l’éclairage, l’espace public et l’architecture. Pour une ville conçue et maîtrisée.
22 novembre 2022

Qu’est-ce que la lumière pour toi ?

Agnès Jullian : la lumière, c’est la vie. Même si l’œil et la rétine s’habituent au noir, nous avons du mal à vivre totalement dans l’obscurité. Nous sommes tous admirateurs des ciels étoilés mais aussi de ciels très lumineux.  Nous préférons tous un beau ciel bleu à la grisaille, parce que la lumière est capitale pour notre bien-être.

Quel sens donnes-tu à l’éclairage ?

Agnès Jullian : la lumière dans mon métier, c’est encore autre chose. Notre objectif est d’apporter le juste éclairement, au travers d’un mobilier pérenne, adapté aux usages, évolutif, dans un monde en perpétuel mouvement. Apporter lumière, confort, sécurité. Faire vivre les nuits, là où c’est nécessaire.

Les fées, bord de mer, La Grande Motte, France – 1973 – Design Jean Balladur – Mobilier urbain éclairage © Technilum

Un éclairage durable, avec du mobilier créé et fabriqué en France. Aujourd’hui tout le monde revendique le « made in France », or nous sommes très peu à produire réellement en France, car malheureusement les sites industriels français sont de moins en moins nombreux.

L’éclairage, c’est certes une fonction, mais ce sont aussi des objets.  J’ai toujours dit que nous ne faisions ni des poteaux ni des gamelles ; j’insiste d’autant plus que Technilum est ensemblier : nous fabriquons des mâts, des candélabres, mais aussi des luminaires.

Aiguille, Parvis du Téléphérique, Grenoble, France – 2001 – Design : Roland Jéol – Mobilier urbain éclairage Technilum © Bruno Thomas

Aujourd’hui, ce qui est important, pour du mobilier d’éclairage, ce sont les réponses qu’il peut apporter en termes d’usages, car faire la lumière pour la lumière, ça n’est pas suffisant ! Notre leitmotiv est évidemment de proposer des luminaires qui éclairent bien, gradables et avec un bon confort visuel, mais aussi un mobilier qui s’intègre parfaitement dans l’environnement urbain.

Mobilier Croisette au crépuscule, Cannes, France – Designer : Alain Gilles – Conception lumière : Agence ON – Concepteur, fabricant mobilier éclairage urbain : Technilum © Hugo Da Costa

Quelle a été ta première émotion en éclairage urbain ?

Agnès Jullian : du plus jeune âge à aujourd’hui, ce qui est toujours grisant c’est de découvrir des lampadaires fabriqués dans nos ateliers sur des réalisations prestigieuses. Très jeune, ce fût le cas sur la Croisette à Cannes et autour du Palais des Festivals, ou encore sur les 7 km de la Promenade des Anglais à Nice.

Palmiers, Palais des Festivals, Cannes, France – 1983 – Design : Hubert Benett et Francois Druet – Mobilier urbain éclairage © Technilum

Comment l’espace public participe-t-il à la création de la ville ?

Agnès Jullian : je suis intimement persuadée que l’espace public est essentiel au vivre-ensemble. Les projets architecturaux associent souvent une composante paysagère et/ou urbanistique – Un bâtiment public (aussi beau soit-il) qui n’a pas de parvis, ça ne fonctionne plus dans l’espace public, car il ne participe pas à la création de la ville.

Treille, Promenade du Paillon, Nice, France – 2014 – Design : Pena et Pena, Coup d’Eclat – Mobilier urbain éclairage : Technilum © Deladerrière

Je pense que le Covid a aussi accéléré la prise de conscience que nous vivons au sein de l’espace public ; que la vie sociale, l’alchimie entre les habitants s’y forge… Des espaces publics réussis sont assurément des vecteurs d’attractivité pour les villes.

 

 

Quelle politique avoir en urbanisme dans les communes ?

Agnès Jullian : aujourd’hui, quand l’espace public est abordé, comme l’a dit François Bayrou durant les Heureuses Coïncidences 2022, c’est souvent à l’échelle de l’hyper-centre, autour de la place principale avec son église, sa mairie et son école. C’est un peu dommage, car l’espace public est partout. Heureusement, ce centre névralgique est souvent l’amorce d’une réflexion plus globale.

Heureuses Coincidences 2022, Technilum, Lézigno, Beziers, France © Vincent Laganier

Quelle doit être la place de l’espace public aujourd’hui ?

Agnès Jullian : je pense qu’il faut accorder une place prépondérante à l’espace public, au-delà de ce qui est parfois fait dans certaines villes. S’il n’est pas parfaitement maîtrisé, ça en fera un non-lieu, puis une zone en déshérence. À l’abandon, cela incitera à des pratiques dégradantes. Alors qu’un espace maîtrisé entraîne automatiquement le respect. Ainsi, l’espace public contribue à plus de bienveillance les uns envers les autres, s’il est correctement géré.

Propos recueillis à Sérignan par Vincent Laganier le 10 septembre 2022.

 

 

A suivre…

Technilum, fabricant de mobilier urbain d’éclairage

Approfondir le sujet

 

Équipe du projet

Matériel d'éclairage Technilum Agnès Jullian

Poursuivez votre recherche

Rédacteur en chef et éditeur du portail Light ZOOM Lumière depuis 2012. Architecte diplômé de l’École nationale supérieure d’architecture de Nantes. Éclairagiste par passion depuis 1997 en Europe. Auteur de sept ouvrages de référence sur la lumière, l'éclairage, la ville et le bâtiment. Enseignant en éclairage à l’ENSA Nantes et à l’ENSATT Lyon.
0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.