Interview

Procédés d’impression : relation entre papier, écran et numérique ?

Papier, écran et numérique. Relations d’amour ou de haine dans l’impression ? Suite de l'interview de l'imprimerie STIPA.

Quels sont les principaux procédés d’impression ?

William Lautié : il y a plusieurs procédés pour imprimer : l’offset, la sérigraphie, l’héliogravure… Ce dernier permettait, à l’époque, d’imprimer les gros catalogues de vente par correspondance, type Redoute, 3 Suisses et autres, mais aussi les journaux, les magazines et les livres. Il permettait de faire d’énormes tirages en termes de quantité.

Puis, le numérique est arrivé dans les années 1990. C’est un système de toners ou de jets d’encres. Ces machines ont énormément évolué. Au début, nous ne pouvions utiliser que certains types de papier.

Petit à petit, nous pouvons utiliser tous les types de papier. C’est un procédé qui est plus rapide à mettre en œuvre Ici, je prends un fichier PDF, je le glisse, l’imprime et le livre tout de suite. C’est l’imprimerie minute.

Mais, pour des questions de coût, c’est vraiment réservé aux petites quantités. Le numérique est en train de grignoter des parts de marché à l’offset, pour des questions de rapidité.

STIPA est équipé de presse offset et numérique, car si un client veut un catalogue et 200 cartes de visite ou une invitation presse, nous sommes capables de lui faire l’ensemble.

 

 

Quelle est la relation entre support papier et écran dans l’impression ?

William Lautié : aujourd’hui, nous avons un nouvel « ennemi », c’est le support écran. Que ce soit une tablette ou un ordinateur, le client a vu son document sur un support rétroéclairé et en lumière primaire RVB.

Quand nous présentons un document à un client, il est sur papier, en CMJN et en lumière du jour frontale. Donc, ça modifie tout.

Par exemple, quand un client vient sur presse pour le calage machine avec son smartphone ou son iPad, et qu’il nous dit : « moi ce que je veux, c’est ça ».

Donc, dès le départ, nous sommes obligés de faire un peu d’éducation et de reposer les bases de la lumière et de l’impression.

Comment un conducteur de machines offset voit les couleurs ?

William Lautié : un conducteur de machines averti, c’est-à-dire avec quelques années d’expérience, perçoit entre 10 et 12 fois plus de nuances de couleurs que quelqu’un qui n’a pas l’habitude de travailler sur la couleur. C’est un problème d’œil exercé.

Éclairage standardisé et conducteur de machine qui regarde la couleur de manière impartiale chez STIPA © Vincent Laganier

Chez STIPA, nous travaillons avec l’œil du spécialiste. J’ai tendance à dire aux équipes dans l’atelier, « faites beau ! » Par exemple, « si vous voyez un visage qui est tout vert, eh bien, ça ne va pas. Il faut faire beau ». A l’inverse de certains confrères qui ne se fient qu’au appareils de mesures pour travailler.

 

 

À quoi sert le spectromètre sous la lumière normalisée ?

William Lautié : l’œil électronique est là juste en appui pour des questions de performances. C’est-à-dire pour une question de stabilité de la production.

Spectrophotomètre sur pupitre de la presse de l’imprimerie STIPA © Vincent Laganier

Par exemple, si nous devons imprimer le même document pendant dix heures. Il est alors évident que l’œil ne va pas percevoir la même chose à 7h du matin qu’à 14h avec la fatigue normale qui se crée. Donc, l’œil est plus intelligent mais au bout d’un moment, il fatigue, on perd en performance.

Comment voyez-vous l’avenir de la lumière dans l’imprimerie ?

William Lautié : avec le système de séchage UV, c’est vrai qu’on a fait un bon énorme en avant. Pour les évolutions à venir, ça serait super d’intégrer de la lumière dans le papier ou les documents imprimés. Il y a moyen aujourd’hui d’intégrer des choses très fines et souples, notamment en LED.

Livre lumineux personnalisable avec lampe LED © Cadeaux.com

On pourrait imaginer faire un beau bouquin d’art avec, sur certaines pages, des choses qui s’éclairent et pourquoi pas changent de couleurs. Le fait d’ouvrir un livre, il y a quelque chose qui s’allume. Ça pourrait être génial et je pense faisable au moment de la fabrication du papier.

Qu’en est-il du livre augmenté dans les documents papier ?

William Lautié : nous travaillons pour l’Opéra de Paris, on fait une quarantaine de programmes tous les ans pour les spectacles. Nous faisons aussi la brochure saison qui résume tous les programmes qui vont avoir lieu dans l’année à venir.

Comme l’année dernière, la brochure possède à l’intérieur des QR codes qui permettent de voir certaines vidéos de spectacles, de visiter la salle de l’Opéra Garnier, de l’Opéra Bastille. Là on est typiquement sur un élément qui est l’avenir du livre imprimé. Il permet d’avoir un support physique en mains, avec tout ce que ça représente en termes de toucher et de sensualité, mais aussi pour aller plus loin dans l’interactivité. Sur un spectacle, par exemple, de voir une vidéo ou des photos de la représentation, ou la biographie de Roberto Alagna, ou plein d’autres choses. Ça peut être salvateur pour le support imprimé, car il peut être le point de départ. À un moment, il faut qu’on ait un outil dans les mains pour flasher quelque chose. Pour des livres d’expositions, des programmes de spectacle, ça a du sens.

Propos recueillis par Vincent Laganier le 16 novembre 2021 à Montreuil.

 

A suivre…

Agroforesteries, environnement et planter des arbres en Haïti

Approfondir le sujet

Équipe du projet

Imprimeur STIPA William Lautié
Salle de spectacle Opéra de Paris Opéra Garnier Opéra Bastille

Poursuivez votre recherche

Sujets Procédés d’impression Procédés d’impression 6 lettres les procédés d’impression Impression Impression offset Impression numérique Impression document Impression grand format Impression quadri Support papier Support écran Papier Écran Format écran smartphone Ecran téléphone Ecran tactile Tablette Smartphone Téléphone portable RVB RGB CMJN CMJK iPad Éducation Education lumière Education éclairage Education lumineuse Presse offset Oeil Oeil humain Couleur Spectromètre Lumière normalisée Eclairage normalisé Oeil électronique Fatigue visuelle Lumière Éclairage Imprimerie Imprimerie STIPA Imprimerie Montreuil Eclairage imprimerie Lumière imprimerie Procédé imprimerie LED Code QR Livre augmenté Programme spectacle Imprimeur livre Imprimeur Paris Montreuil Paris France Eclairage imprimeur Lumière imprimeur Impression beau-livre
Effets lumière Lumière directe Lumière blanche Lumière blanc froid
Techniques d'éclairage Éclairage industriel Éclairage intérieur
Professions Imprimeur
Fonction du lieu Entreprise
Rédacteur en chef et éditeur du portail Light ZOOM Lumière depuis 2012. Architecte diplômé de l’École nationale supérieure d’architecture de Nantes. Éclairagiste par passion depuis 1997 en Europe. Auteur de sept ouvrages de référence sur la lumière, l'éclairage, la ville et le bâtiment. Enseignant en éclairage à l’ENSA Nantes et à l’ENSATT Lyon.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lieu

  • STIPA
  • Montreuil, France

Livres

Éclairage et lumière du IIIe millénaire, 2000-2050, un livre collector

Imaginons le monde d’après, ensemble. Éclairage et lumière du IIIe millénaire jusqu'en 2050. Le livre collectif à partager.

En savoir plus...

Guide de la lumière et de l'éclairage en photographie numérique

Le guide de la lumière et de l'éclairage en photographie numérique du photographe, Michael Freeman. La référence pour la prise de vue.

En savoir plus...

3 min pour comprendre 50 œuvres marquantes de l'histoire de l'art

Vulgarisation intelligente, bien illustrée et didactique qui explore 50 œuvres marquantes de l'histoire de l'art occidental, de la Renaissance à nos jours.

En savoir plus...