Interview

Agroforesteries, environnement et planter des arbres en Haïti

Comment prendre en compte l’environnement ? L’exemple STIPA, planter des arbres et agroforesteries. De Montreuil à Haïti.

Quelle est votre démarche par rapport à l’environnement ?

William Lautié : je suis un écolo dans ma vie de tous les jours. Je ne suis pas un écolo politique ou extrémiste. Quand j’étais petit, je regardais Nicolas Hulot à la télé, et déjà sur l’émission Ushuaia, il nous disait déjà qu’il y avait un problème. Il y avait eu d’autres personnes avant lui qui avait commencé à l’exposer.

Agroforesterie au Maroc, Taza, association High Atlas Foundation avec le Département des Eaux et des Forêts marocain © Reforest’Action

Comment STIPA a pris en compte l’environnement ?

William Lautié : donc, en matière d’environnement, depuis 12 ans chez STIPA, j’ai mené beaucoup d’actions. Il a fallu d’abord passer par des normes internationales comme ISO 14001 un peu restrictive. Elle a permis de vérifier nos filières de déchets. Où vont tes déchets ? Comment ils sont traités ? Après avoir vérifié que tous les produits qu’on achetait, en interne, étaient conformes pour la santé et l’environnement, j’essaye toujours de trouver d’autres trucs pour avancer dans ce sens.

Agroforesteries au Maroc, Taza, association High Atlas Foundation avec le Département des Eaux et des Forêts marocain © Reforest’Action
Agroforesteries au Maroc, Taza, association High Atlas Foundation avec le Département des Eaux et des Forêts marocain © Reforest’Action

Quelle autre action avez-vous développée dans vos activités ?

William Lautié : un peu avant le premier confinement, je me suis dit qu’il y avait d’autres actions à entreprendre, notamment en termes de compensation carbone. Replanter des arbres sur la planète, c’est indispensable, car nous avons besoin d’oxygène et les plantes de se nourrir du carbone.

Pépinière communautaire Sinchimaki, Impulso Verde, Le red de Viverosdescubre, Colombie, Amérique du Sud © Reforest’ Action

La forêt c’est à la fois le puits de carbone terrestre et le principal foyer de biodiversité Il y a des zones où l’homme a massacré la forêt ou tout rasé pour faire de la culture intensive. Il y a eu aussi des catastrophes météorologiques dues à l’activité humaine.

 

 
 

 

Comment avez-vous trouvé votre action de compensation carbone ?

William Lautié : j’ai effectué des recherches et je suis tombé sur Reforest’Action. C’est un mec qui a créé sa boîte il y a 10-15 ans. En allant au Sénégal, il s’est rendu compte d’un endroit où la forêt a été dévastée. Avec ses petits moyens, il s’est mis à replanter.

Reforestation de la forêt de Séguié et agroforesteries, Agneby Tiassa, Côte d’Ivoire, Afrique © Reforest’Action

Il a noué des partenariats avec des grosses boîtes du CAC40 en France. Finalement, on se rencontre qu’à moindres frais, pour n’importe qui, tu peux faire une action. Si tout le monde le faisait, nous avancerions.

Pourquoi avoir choisi Haïti pour s’engager dans la compensation carbone ?

William Lautié : début 2021, STIPA s’est engagé a planté 3000 arbres en Haïti, parce qu’il y a 50 ans le territoire avait 60 % de forêt et qu’aujourd’hui, c’est 2 %. Une autre raison du choix de Haïti, c’est une catastrophe au niveau social. Or, quand nous plantons des arbres, nous embauchons de gens, il faut une équipe de planteurs.

Pépinière en Haiti et agroforesteries, vallée de Jacmel, Lavial – OJUCAH – programme Trees That Feed, Amérique du Sud © Reforest’Action

Reforest’Action est contrôlé au niveau international par un système sérieux (Label B-Corp). Ils fonctionnent avec des ONG locales qui font travailler des locaux.

Qu’est-ce que l’agroforesterie ?

William Lautié : l’agroforesterie, c’est faire de l’agriculture au milieu des arbres et non pas raser des arbres pour faire de l’agriculture. Depuis 50 ans, on a trop souvent dit : « pour faire de l’agriculture, on rase des arbres pour faire un champ ». Or, nous nous rendons compte dans le monde, notamment là où il fait chaud, que l’arbre, c’est de l’ombre. C’est de la captation d’humidité. Ce sont des racines qui créent des oligoéléments dans le sol. Et tout ça, c’est bien pour l’agriculture. Mais pour faire de l’agroforesterie, il faut rééduquer les gens.

Agroforesteries en Haïti, Saint-Michel de l’Attalaye, Agrinotech, Amérique du Sud © Reforest’Action

À Haïti, Reforest’Action intègre l’agroforesterie avec la replantation des arbres. En France, nous voyons cette approche dans les vignobles de Bordeaux. Les viticulteurs sont en train de replanter des milliers d’arbres pour pouvoir protéger la vigne des canicules et des parasites.

Propos recueillis par Vincent Laganier le 16 novembre 2021 à Montreuil.

Création d’une forêt nourricière avec Permaculture Design Action, Northern Rivers, Nouvelle-Galles du Sud, Australie © Reforest’Action

 

 

A suivre…

William Lautié, couleur et lumière à l’imprimerie STIPA

Approfondir le sujet

Photo en tête de l’article : agroforesterie au Maroc, Taza, association High Atlas Foundation avec le Département des Eaux et des Forets marocain © Reforest’Action

Équipe du projet

Assocation Reforest Action High Atlas Foundation Impulso Verde
Pépinière Pépinière communautaire Sinchimaki
Programme Trees That Feed
Ministère Département des Eaux et des Forêts marocain
Imprimeur STIPA William Lautié

Poursuivez votre recherche

Sujets Planter un arbre Replanter Replanter arbre Pourquoi planter des arbres Agroforesterie Agroforesteries Agriculture Agroforesterie def L'agroforesterie Agroforesterie vigne Environnement Environnement durable Arbre Plantation arbre Planteur arbres Haïti Compensation carbone Carbone Empreinte carbone Empreinte carbone livre Démarche environnementale ISO 14001 CAC40 Label B-Corp Imprimerie STIPA
Effets lumière Lumière naturelle Lumière du jour
Techniques d'éclairage Éclairage naturel
Professions Pépiniériste Imprimeur
Fonction du lieu Campagne
Rédacteur en chef et éditeur du portail Light ZOOM Lumière depuis 2012. Architecte diplômé de l’École nationale supérieure d’architecture de Nantes. Éclairagiste par passion depuis 1997 en Europe. Auteur de sept ouvrages de référence sur la lumière, l'éclairage, la ville et le bâtiment. Enseignant en éclairage à l’ENSA Nantes et à l’ENSATT Lyon.
0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.