De l'architecture au BIM manager : éclairage de Sara Aschei
Previous
ALÉATOIRE
JBWB, des ateliers lumière participatifs pour enfants
Next

Relation architecte-éclairagiste et luminaires BIM sous Revit

De la demande de l'architecte en 3D à l'implantation des luminaires en 2D. Suite de l'interview BIM de l'éclairagiste Sara Aschei.
par Vincent Laganier16 mars 2017

Sur quels projets utilisez-vous le BIM à l’agence ?

Sara Aschei : nous avons actuellement trois projets sur lesquels nous avons utilisé le BIM :

  • Un hôpital à Pointe-à-Pitre en phase APD et PRO avec Architecture Studio,
  • Le centre d’enseignement mutualisé BEM pour l’école Polytechnique à Saclay en phase APD et PRO avec Sou Fujimoto architects, OXO et NLA architectes [ndrl dessin en tête de ce billet],
  • Le futur siège dédié aux nouveaux médias du groupe de presse allemand Axel Springer à Berlin des phases APS au DCE avec OMA architectes.

Il s’agit de trois agences d’architecture situées en France et à l’étranger.

Quelle est la demande de l’architecte au niveau 3D en éclairage ?

SA : l’architecte nous demande surtout d’avoir l’encombrement du luminaire. C’est avant tout une question de synthèse entre les différents corps d’état.

  • Comment se positionne le luminaire par rapport aux autres éléments ?
  • Quelles sont les dimensions des appareils d’éclairage ?
  • Comment sommes-nous intégrés dans les faux-plafond ?
  • Est-ce que ça touche les gaines en faux-plafond ? ou des éléments de structure ?

3D hopital sous Revit de Autodesk © Architecture Studio, Les éclaireurs

C’est une coordination principalement sur la volumétrie et pas forcément sur un rendu esthétique de modélisation de l’objet. Nous n’en sommes pas encore là.

Pour les ingénieurs, nous accompagnons nos familles, entre autres, de fonctions électriques, de données de puissances, de données sur les sources  et de courbes photométriques.

Comment utilisez-vous Revit au sein de l’agence ?

SA : nous créons des familles de luminaires. C’est un travail que l’on fait avec d’autres intervenants, car nous fixons ces luminaires sur d’autres éléments de la construction. En général, nous mettons en Xref la maquette de l’architecte, comme nous le faisions sur Autocad. En fait, sur Revit cela s’appelle lien, mais c’est la même chose.

3D famille de luminaire sous Revit de Autodesk © Les éclaireurs

Quelles sont les différentes façons d’insérer un luminaire dans le modèle 3D ?

SA : tout d’abord, nous pouvons associer un objet à une surface, par exemple un plafond. Il est également possible de définir un luminaire libre dans l’espace. Ce dernier est associé à un niveau d’étage.

Ces deux manières de travailler impactent pas mal les mises à jour du modèle 3D dans le projet. Dans le premier cas, quand l’architecte bouge son plafond, le luminaire va suivre. Si l’architecte supprime ce plafond et en crée un autre, le luminaire est dissocié ; il ne trouve plus sa référence. Dans le cas d’un plafond courbe par exemple, il est préférable de les dissocier du support de fixation, mais tout dépend du projet architectural.

Comment est réalisé le carnet de détail d’éclairage ?

SA : pour les détails d’éclairage, chaque vue est en général en 2D, au sein de Revit. Nous travaillons avec des fichiers DWG en fond de plan dans lesquels nous insérerons les détails des luminaires retenus. Dans ce cas, nous superposons à la géométrie simple que nous avons dessinée, un dessin détaillé du luminaire, pour pouvoir montrer comment il s’intègre à l’architecture.

Detail éclairage sous Revit de Autodesk © Les éclaireurs

Comment travaillez-vous la partie simulation de l’éclairage ?

SA : nous travaillons toujours sous DIALux / Relux en créant notre propre maquette. Il y une possibilité d’importer le fichier Revit, qui reconnaît les dimensions pour éviter la modélisation, sous forme de fichier d’échange IFC, mais nous n’utilisons pas cette option pour l’instant.

Sous Revit, la partie graphique est un peu lourde. Il faut faire des gabarits de vues pour pouvoir travailler. En général, nous demandons à l’architecte de nous envoyer des formats DWG pour gagner du temps. Une fois que nous avons fait la simulation d’éclairage sous DIALux, nous implantons les luminaires sur les fichiers Revit et les renvoyons à l’architecte.

Pour gagner du temps, Lucas Goy s’intéresse à une interface logicielle DIALux-Revit. Sans doute une nouvelle manière de travailler que nous mettrons en place à terme.

Propos recueillis par Vincent Laganier à Lyon le 23 novembre 2016.

A suivre…

Suite de l'article

Introduction De l’architecture au BIM manager : éclairage de Sara Aschei
Page 1 Relation architecte-éclairagiste et luminaires BIM sous Revit
Page 2 Gestion des métadonnées architecture-éclairage de Revit à BIMlink

Lieu

  • Les éclaireurs
  • Lyon, France

Poursuivez votre recherche

728x90 Animated
Vincent Laganier
Vincent Laganier

Architecte diplômé de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Nantes. Rédacteur en chef du portail Light ZOOM Lumière depuis 2012. Auteur de six ouvrages de référence sur la lumière, la ville et le bâtiment. Enseignant en conception lumière à l’ENSA Nantes, en photographie l’ENSA Strasbourg, en art lumière l’ENSATT Lyon et au projet d’éclairage à l’INSA Lyon.

728x90 Animated

Laisser un commentaire