Zorica Matic : la lumière est un langage universel
Previous
ALÉATOIRE
Le Misanthrope de Molière au TNP : lumière de Luc Michel
Next
728x90 Animated

Le Misanthrope de Molière au TNP : mise en scène de la pièce

La metteure en scène Louise Vignaud a fait appel au créateur lumière Luc Michel, pour Le Misanthrope de Molière au TNP. Interview sur la création 2018.
par Vincent Laganier22 février 2018

Le Misanthrope de Molière au TNP avec le créateur lumière Luc Michel. Parcours en bref.

Luc Michel

Après une licence de philosophie à la Sorbonne en 2011, et un diplôme de l’ENSATT en tant que réalisateur lumière en 2014, il s’investit dans un travail de création lumière et de collaboration artistique avec de jeunes compagnies entre Toulouse, Lyon, Paris et Amiens, telles que :

  • L’Éventuel Hérisson Bleu (Oise),
  • Compagnie La Résolue (Rhône),
  • La Lune qui gronde (Nord),
  • Sur la cime des actes (Haute-Garonne).

En 2015, il va travailler durant six mois dans l’État de New York. Il participe au Glimmerglass Festival Opera pour observer le travail de Robert Wierzel, et réalise deux créations lumières pour une compagnie new-yorkaise The Brewing Department. Il assiste à plusieurs masterclasses à la NYU-Tisch.

Il revient en 2016 en France avec, pour but, d’étendre sa pratique à la scénographie, à la régie générale et à l’assistanat à la mise en scène. 

Quand as-tu rencontré la metteure en scène Louise Vignaud ?

Luc Michel : j’ai rencontré Louise Vignaud il y a quelques années. C’était pendant mes études à l’ENSATT de Lyon. A ce moment, nous avons collaboré ensemble sur ces créations. Fidèle à son équipe artistique, elle a fait appel à moi pour la lumière sur Le Misanthrope de Molière, produit par la Compagnie la Résolue et coproduit avec le Théâtre National Populaire de Villeurbanne.

Le Misanthrope de Molière au TNP – Mise en scène : Louise Vignaud – Scénographie : Irene Vignaud – Création lumière : Luc Michel © Michel Cavalca

Quelles ont été les clefs de lecture de l’équipe de création ?

Luc Michel : une des clefs de lecture de l’équipe fut le texte La société du spectacle de Guy Debord, sur la question de la représentation. C’est un texte théorique issu de la pensée situationniste, très difficile à la première lecture, écrit dans les années 60. C’est une critique puissante du pouvoir capitaliste. Lorsqu’on a mis ce texte en parallèle avec Le Misanthrope de Molière, cela les a éclairés et les a rendu un peu plus limpides, l’un et l’autre.

Qu’en était-il à l’écriture de la pièce du Misanthrope ?

Luc Michel : ce qui est intéressant, c’est que dans Le Misanthrope, il y a aussi un pouvoir qui est éminemment présent. C’est le pouvoir du roi. Il est toujours là, mais quasiment jamais mentionné dans le texte.

Le Misanthrope de Molière au TNP – Mise en scène : Louise Vignaud – Scénographie : Irene Vignaud – Création lumière : Luc Michel © Lorenzo Chiandotto

Luc Michel : comment à la cour du roi Louis XIV a été mis en place un système de représentation et de spectacle pour asservir tous les éléments de la cours, à tous les échelons. C’est ce système de représentation que l’on a cru retrouver dans les descriptions de Guy Debord. Par le spectacle permanent, les faux semblants, les hypocrisies, se joue, chez nous aussi, la reproduction d’un pouvoir omniprésent mais jamais nommé.

Qu’est ce qui a influencé les choix scéniques ?

Luc Michel : ce qui a influencé nos choix scéniques, ce sont les références aux plateaux TV, aux défilés de mode, à l’univers de la représentation d’une bourgeoise qui se montre et se pare de mensonges.

Le Misanthrope de Molière au TNP – Mise en scène : Louise Vignaud – Scénographie : Irene Vignaud – Création lumière : Luc Michel © Lorenzo Chiandotto

Luc Michel : à l’intérieur de cela, il y a un révolutionnaire, Alceste, qui voudrait tout casser, sauf qu’il n’en a pas l’occasion. A l’intérieur de cette société du spectacle, son coup de gueule est juste, mais il se retrouve seul en face d’un système qui s’auto défend et le met au ban de la société.

Quant au choix du bi-frontal avec un podium diagonal ?

Luc Michel : il y avait aussi la volonté de créer cette prise de parole publique pour en découdre. C’est la deuxième grande direction de la mise en scène. Le Misanthrope parle de procès. Alceste est en procès dans la pièce. Célimène est aussi en procès. Cela les met sous pression, car à l’époque, si on n’avait pas de soutien politique, on ne pouvait pas gagner de procès.

Le Misanthrope de Molière au TNP – Mise en scène : Louise Vignaud – Scénographie : Irene Vignaud – Création lumière : Luc Michel © Lorenzo Chiandotto

Luc Michel : Alceste, lui, décide de ne pas influencer son procès en prenant le public à témoin, afin de démontrer l’injustice humaine. Au final il le perd, se retrouve seul, et est contraint de quitter l’arène, pour fuir dans son désert.

D’où le choix d’avoir le public autour de l’arène ?

Luc Michel : cette arène-là, c’était vraiment la question du procès, surtout dans l’acte I et II ou le public est présent, éclairé et pris à parti. Devant nous, les personnages essayent de nous convaincre, ou de nous divertir. C’est ce que fait Alceste au moment de la scène des portraits de Célimène où il prend la parole et essaye de tout remettre en cause. Mais il se fait arrêter par la maréchaussée en plein milieu. A cause de son procès.

Le Misanthrope de Molière au TNP – Mise en scène : Louise Vignaud – Scénographie : Irene Vignaud – Création lumière : Luc Michel © Lorenzo Chiandotto

Portrait de Luc Michel © Martin Noda

Propos recueillis par Vincent Laganier au TNP le 23 janvier 2018.

Suite de l'article

Introduction Le Misanthrope de Molière au TNP : mise en scène de la pièce
Page 1 Le Misanthrope de Molière au TNP : lumière de Luc Michel
Page 2 Le Misanthrope de Molière au TNP : éclairage et technique

Équipe artistique

Mise en scène Louise Vignaud
Assistante à la mise en scène Hugo Roux
Dramaturgie Pauline Noblecourt
Comédiens Olivier Borle Joseph Bourillon Pauline Coffre Ewen Crovella Sophie Engel Charlotte Fermand Clément Morinière Sébastien Mortamet Mickaël Pinelli
Figurants Ariel Dupuis Thomas Gondouin Hugo Roux
Scénographe Irène Vignaud
Créateur lumière Luc Michel
Costumes Cindy Lombardi
Environnement sonore Lola Etieve

Équipe technique

Production Compagnie la Résolue Lancelot Rétif
Coproduction Théâtre National Populaire (TNP)
Remerciements SPEDIDAM
Régisseur général Vincent Boute
Régisseur plateau Thomas Gondouin
Machinistes Ariel Dupuis
Régisseur lumière Laurent Delval
Électricien Bruno Roncetto

ZOOM +

 
Le Misanthrope de Molière au TNP : lumière de Luc Michel
 
7 effets lumière sur une scène de spectacle
 
Penser la lumière, de Dominique Bruguière
 
L’école des femmes de Molière, lanternes en espace scénique

Lieu

  • Théâtre National Populaire - TNP
  • Villeurbanne, France

Poursuivez votre recherche

Sujets Le Misanthrope Molière Mise en scène Théâtre Création 2018 ENSATT La société du spectacle Guy Debord Louis XIV Plateau TV Défilé Alceste Célimène Question du procès
Effets lumière Lumière en plongée Lumière blanche
Techniques d'éclairage Éclairage scénique
Professions Créateur lumière
Supports Texte Photo
Fonction du lieu Théâtre
Source Vincent Laganier Light ZOOM Lumière
728x90 Animated
Vincent Laganier
Vincent Laganier
Architecte diplômé de l'Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Nantes. Rédacteur en chef du portail Light ZOOM Lumière depuis 2012. Auteur de six ouvrages de référence sur la lumière, la ville et le bâtiment. Enseignant en conception lumière à l’ENSA Nantes, en photographie l'ENSA Strasbourg, en art lumière l'ENSATT Lyon et au projet d'éclairage à l’INSA Lyon.
728x90 Animated

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

728x90 Animated