Interview

Maître verrier, alchimiste de la couleur et du verre plat

De l'art de souffler le verre et de le transformer en vitrail. État de l'art et étapes. Suite de l'interview de Cyril Gouty.
24 février 2022

Quelle différence avec les souffleurs de verre ?

Cyril Gouty : vous avez le maître verrier souffleur de verre et le maître verrier vitrailliste. Et pour se fournir, nous, on a deux possibilités : soit on prend le verre du souffleur, soit du verre mécanique. Cela va être du verre industrialisé mais qui aura une qualité moins intéressante à travailler. Le panel des couleurs est réduit. Si on travaille avec le souffleur de verre, on dispose de plus d’un millier de couleurs différentes. On peut même lui donner des échantillons de verre d’époque. Donc, on travaille avec ces personnes-là. On est aussi l’une des seules entreprises en Normandie où l’on collectionne le verre.

Cormeilles, France – atelier avec l’établi au premier plan et le stockage verre en arrière-plan – Atelier Gouty © Maxime Brunois

Est-ce que vous avez déjà soufflé du verre ?

Cyril Gouty : quand on est en lycée professionnel, on croise les souffleurs de verre. Nous sommes tous dans le même bâtiment. Et à un moment donné, il y a des échanges. En l’occurrence, moi, j’ai eu la chance d’aller dans le College of Art d’Édimbourg. On faisait des échanges entre Français et Écossais. Après avoir soufflé, on se rend compte de la difficulté. On comprend aussi que c’est très précieux d’avoir une feuille de verre.

Cormeilles, France – vitrail coloré avec de la végétation peinte entre la structure en plomb – Atelier Gouty © Maxime Brunois

La couleur la plus chère, c’est ce que l’on appelle le « rose à l’or ». Comme le nom l’indique, c’est fait avec de l’or. La feuille est arrivée à 600 € le morceau de verre.

 

 

Comment fait-on du verre plat ?

Cyril Gouty : on parlait d’abord de l’huile sur le journal comme étant l’ancêtre de la fenêtre pour se couper un peu du vent. Après, on a la « cive » qui permet de faire les premières pièces de verre plates. Sinon, autre technique : on souffle un cylindre que l’on appelle le « manchon ». Il est coupé aux deux extrémités. Quand il est encore chaud, on fait une coupure avec un fer. Puis, on le remet dans un four qui est aux alentours de 300°C. À cette température, comme le verre est encore un peu mou, on vient rabattre les deux côtés avec une spatule. On met enfin un dernier coup de raclette qui permet de dérouler la matière et de faire une plaque.

Cormeilles, France – Travail des ailes de verre sur un vitrail en plomb – Atelier Gouty © artefacteur

Quelles sont les étapes de l’art du vitrail ?

Cyril Gouty : les étapes sont relativement simples. Déjà, c’est le relationnel avec un client. À partir de là, on fait ce que l’on appelle des « maquettes ». Une fois que le dessin est validé, on va faire le « carton ». On va le découper pour former des « calibres » ou des « patrons » représentant chaque pièce de verre avec une indication dessus.

Une fois que tous les verres sont coupés grâce aux gabarits, on la peinture sur verre. La mise en plomb se fait après la cuisson des pièces peintes. La soudure, la contre-soudure viennent après et on termine avec le « masticage ». C’est une pâte que l’on crée nous-mêmes avec du blanc de Meudon, du siccatif, de l’huile de lin. Quelquefois, on met un peu de noir de fumée pour patiner nos plombs. On utilise plein de choses pour travailler le verre. Et on cherche souvent dans le passé pour tailler aujourd’hui la lumière de demain.

Cormeilles, France – atelier peinture outil pinceau vitrail – Atelier Gouty © Maxime Brunois

À suivre…

Vitrailliste, passeur de lumières du vitrail au contemporain

Approfondir le sujet

 

ZOOM -

Poursuivez votre recherche

Étudiant en master à l’École d’architecture de la ville et des territoires Paris-Est, après avoir effectué un BTS Design d’Espace à l’ESAA Duperré, où il anime parfois des ateliers. Stagiaire au sein des agences 8'18", Concepto, TVK et ON pendant plusieurs mois. Il a contribué à l’ouvrage de l’ACE aux Éditions du Moniteur, Places du Grand Paris, pour la Société du Grand Paris, et traduit un texte de Gerhard Auer intitulé Vivre la sobriété en éclairage, aux éditions Light ZOOM Lumière.
0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lieu

  • Atelier Gouty
  • Cormeilles, France

Livres

Joseph Hiriart, architecte de la lumière

Joseph Hiriart, architecte de la lumière

Architectures privées, architectures religieuses, bâtiments publics, de Joseph Hiriart, un architecte basque oublié. Ouvrage autour de la lumière naturelle et du vitrail de ses réalisations.

En savoir plus...

Lumière, dans l'art contemporain, de Céline Delavaux

Du soleil au spectacle, Céline Delavaux dresse un parcours de la lumière dans l'art contemporain. Un livre tous publics.

En savoir plus...

La “lumière vivante” de Gerard Auer, traduit par Maxime Brunois

Qu’est-ce que la lumière vivante ? En architecture et dans l’habitat, Gerard Auer en donne une explication dans son essai.

En savoir plus...