Article

Philips LEDline, un luminaire LED comme un mur de lumière

Il y a 20 ans, Signify a lancé le premier luminaire LED. Aventure de l'innovation du Philips LEDline. Histoire du design en éclairage.

Au début des années 90, les LED à fort flux [ndlr : LED à flux élevé] se sont imposées rapidement, en termes d’efficacité lumineuse et de couleur. En 2002, Signify a lancé le luminaire LEDline sous la marque Philips. Il s’agit alors d’un concept révolutionnaire de “mur de lumière” et d’une innovation basée sur la nouvelle technologie LED. À l’époque, elle se caractérise par des diodes électroluminescentes Lumileds. Grâce à son aspect original et créatif, c’est un succès commercial. En 2004, la gamme a été élargie avec une puissance au carré, le LEDline2.

Concept éclairage du premier luminaire LED

En 1998, Philips constitue une équipe projet [ndlr : au centre R&D de Miribel (01) à 16 km de Lyon]. Objectif : développer un nouveau luminaire LED adapté aux diodes électroluminescentes à fort flux. À l’époque, les diodes ambre Lumileds présentent des flux suffisants pour envisager des applications d’éclairage. Très vite naît l’idée de créer un mur de lumière, un nouvel effet jusqu’alors impossible. Tout au plus, les tubes fluorescents comme les lampes miniatures au xénon combinées à un petit réflecteur permettaient d’obtenir un faisceau lumineux semi-extensif.

Façade du patrimoine, colonnade au rez-de-chaussée, éclairage rasant avec un mur de lumière LED © Vincent Laganier, ILR 2004, Signify

Fin 2000, le luminaire compact est prêt sous forme de prototype en plusieurs longueurs de 300 à 1200 mm. Lors des essais à OLAC [ndlr : centre de démonstration à 30 km  au Nord-Est de Lyon], le faisceau très intensif et linéaire est impressionnant par son contrôle parfait de 2 x 3° sans nuisances lumineuses.

Test Philips du LEDline Ambre, luminaire LED linéaire, site OLAC, Bressolles, France © Vincent Laganier, 15 décembre 1999, Signify

Une optique haute efficacité en PMMA appelée collimateur, est placée devant chaque LED à fort flux LuxeonTM. Elle joue sur le principe de la réfraction en utilisant plus de 90 % du flux lumineux de la source.

LEDline, concept éclairage, luminaire LED, optique, collimateur et réfracteur, radiateur, éclairage rasant avec un mur de lumière LED © Vincent Laganier, Signify

Le luminaire permet alors de mettre en valeur des façades en lumière rasante. L’éclairage révèle ainsi les textures des matériaux comme la brique, la pierre ou le bois. Il souligne aussi les horizontales des corniches ou accentue tableaux et linteaux des fenêtres. Cependant, l’unique couleur proposée est refusée [ndlr : par les organisations commerciales en Europe]. Le projet reste en sommeil presque un an, puis redémarre avec une nouvelle équipe.

Couleurs LED et effets lumière

Avril 2002, le projecteur LEDline est lancé dans le catalogue Philips Lighting. Cinq couleurs sont à présent disponibles : bleu, vert, blanc, ambre et rouge.

LEDline, luminaire LED linéaire, Philips Design, avril 2002 © Signify

Le mur de lumière LED obtenu est saisissant grâce aux couleurs monochromatiques de base. Elles sont propres à cette nouvelle technologie. Souvent, la pureté et la saturation des teintes surprennent par rapport aux autres obtenues de manière traditionnelle.

Façade de bâtiment tertiaire, tôle ondulée, éclairage rasant avec un mur de lumière LED © Vincent Laganier, ILR 2004, Signify

Sous forme d’un aplat de couleur, le travail sur l’arrière-plan permet de distinguer une statue ou une colonnade. Lorsque les plans se rencontrent, comme dans l’angle d’un bâtiment, l’opposition de deux teintes crée un effet de contraste :

  • de quantité (bleu-blanc, ambre-blanc)
  • ou de complémentarité (bleu-ambre, rouge-vert).

L’harmonie colorée peut aussi être recherchée : bleu-vert, rouge-ambre. Enfin, quand les surfaces à éclairer sont relativement séparées, tout un jeu d’effet de volume est envisageable :

  • contraste positif ou négatif,
  • lumière-ombre ou ombre-lumière,
  • lévitation du soubassement ou des auvents.
Test nocturne du LEDline bleu, luminaire LED linéaire, site Philips, Miribel, France © Vincent Laganier, 12 décembre 2000, Signify

Flux lumineux du LEDline2

Novembre 2004, une gamme complète est proposée aux créateurs : le LEDline2. Au niveau des applications, de nombreux compléments sont apportés au luminaire initial.

LEDline2, applications et usages, différentes hauteurs et distances, éclairage rasant avec un mur de lumière LED © Vincent Laganier, ILR 2004, Signify

Tout d’abord, le flux et la photométrie du faisceau lumineux sont adaptables par le concepteur lumière en fonction de l’effet lumière souhaité. Pour conserver toute la pertinence des LED, le projecteur est optimisé pour quatre usages d’éclairage rasant de hauteur différente :

  • une balustrade ou un mur de séparation (1 à 2 m),
  • un niveau d’étage ou une colonne (4 à 5 m),
  • trois étages (9 m),
  • une cheminée (20 m).

Ainsi, le nombre de LED peut-être de 10 ou de 40 par mètre, selon le projet. Une optique secondaire permet d’ouvrir le faisceau à 2 x 27° dans le plan longitudinal du luminaire. La gradation est aussi possible selon deux protocoles de commande : DALI et 1-10 V DC.

Mode d’éclairage dynamique – on off, fondu enchainé, chenillard – colonnade au rez-de-chaussée, éclairage rasant avec un mur de lumière LED © Vincent Laganier, ILR 2004, Signify

Installation LED en montage linéaire

Déjà discrète, l’installation a été encore simplifiée. Le transformateur est désormais intégré dans chacun des trois modules : 300,  600 et 1200 mm. Pour réaliser un éclairage rasant uniforme, une console de fixation positionne exactement l’axe optique à la bonne distance du mur.

LEDline2, luminaire LED linéaire, Philips Design, novembre 2004 © Signify
Parc de stationnement Saint Antoine, Quai du Rhône, Lyon, France – Architecte lumière : Georges Verney-Carron – Luminaire : LEDline blanc et rouge, Philips © Gilles Framinet, Signify

Dans la version projecteur, la distance du mur des trois modules de 300 mm est variable grâce à une console ajustable de 400 à 700 mm.

Enfin, deux versions encastrées de sol sont disponibles : 300 et 600 mm. Avec l’usage d’une optique secondaire, elle évite d’avoir un éclairage encastré linéaire continu. Par exemple, pour un mur de 4 m de haut, un seul module sur deux de 600 mm est nécessaire.

Façade architecture contemporaine, bâtiment public, porte-à-faux, éclairage rasant avec un mur de lumière LED © Vincent Laganier, ILR 2004, Signify

De courte à longue distance, d’autres effets de lumière linéaire sont possibles comme l’éclairage d’une structure poteau-poutre en métal ou en béton. Le mur de lumière LED a ouvert une nouvelle porte à la créativité en éclairage architectural. Aux créateurs de la lumière d’en disposer dans leurs projets.

Façade Renault Trucks, Bourg-en-Bresse, France – Architecte : Franck Tabouret, Patrick Tavernier, Architectures Barillot – Concepteur lumière : Philippe Hutinet – Luminaire LEDline rouge, Philips © Thierry Kuntz, Signify

Traduction de l’article de l’International Lighting Review de Signify (ex Philips Lighting)

Article en anglais : LED wall of light, ILR Yearbook 2014, page 72-74

 

 

Approfondir le sujet

Équipe du projet

Directeur du projet Marc-Olivier Flaissier
Chef de produit Raphaëlle Laval Rechagneux
Éclairagiste Vincent Laganier
Concepteur optique Rémi Noirot
Concepteur produit Jean-Pierre Lemoine Ramon Janssen Taeke Halma
Développement ingénierie Patrick Larent Franck Perin
Prototype Alain Pierre Jean Plançon
Achats Jean Léa Roger-Mickael Goodall
Tests en laboratoire Cécile Delorme Claude Fêve
Organisation de la production Fréderic Leredde Claude Julien
Communication Laurent Guillonneau Olga Romanillos
Directeur de produit senior Juergen Leffers
Directeur des innovations du marché - ITM Marcel van Hugten
Directeur de l’usine Vincent de Drouas
Matériel d'éclairage Signify (ex Philips Lighting)
Sources de lumière Lumileds
Référence produit d'éclairage LEDline LEDline2 Luxeon TM

Poursuivez votre recherche

Rédacteur en chef et éditeur du portail Light ZOOM Lumière depuis 2012. Architecte diplômé de l’École nationale supérieure d’architecture de Nantes. Éclairagiste par passion depuis 1997 en Europe. Auteur de sept ouvrages de référence sur la lumière, l'éclairage, la ville et le bâtiment. Enseignant en éclairage à l’ENSA Nantes et à l’ENSATT Lyon.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.