Quel est le processus de la fabrication LED ? Pureté et variabilité
Previous
ALÉATOIRE
Questions de pratique professionnelle à PLDC 2017 : conférences et intervenants
Next
728x90 Animated

Derain Balthus Giacometti, ombre et éclairage d’exposition

L’éclairage d’exposition, un cas pratique : l’analyse critique de l’exposition Derain Balthus Giacometti, une amitié artistique à Paris jusqu’au 29 octobre.

L’analyse critique se définit comme le regard d’un professionnel sur le travail d’autres professionnels. Loin d’être une critique, ce regard est avant tout une analyse de celui qui connait les contraintes et les aléas d’une exposition.

D’entrée la thématique est posée, l’ambiance est donnée. Présentation sobre, textes bien situés, on s’y plonge surtout que l’environnement lumineux de cette salle, lumière du jour et cadrages froids (4000K) des œuvres nous y accompagne.

Le reste du parcours se fera dans une ambiance plus chaude (3000K), la lumière du jour absente, le parc des projecteurs du musée exploité au mieux (lèche murs fluo et cadreurs halogènes). C’est dans la simplicité que l’on reconnait le parfait travail de l’éclairagiste (Luminoeuvre). Rien n’a redire ? Bien sûr que si ! Pinaillons ! L’éclairage d’exposition est bien un élément de la muséographie et à ce titre cette dernière à son mot à dire, ou a imposé, et là l’éclairage a ces limites.

Comment éviter l’image des visiteurs dans une œuvre au fond sombre, protégée par une vitre, face à un mur clair ? Je ne sais pas. Peut-être diminué la luminance de ce mur (peinture grise par exemple, loin des outils de l’éclairagiste ?

Comment éviter de « recadrer » une œuvre par l’ombre portée du cadre, si ce n’est d’en changer (hors des moyens de l’organisateur pour diverses raisons).

Ombre du cadre d’un tableau fixé sur une cimaise au mur – Dessin : Jean-Jacques Ezrati

Par contre l’usage des verres anti-reflets pourrait, dans certains cas, être mieux maitrisé par la chasse aux fuites de lumière se répercutant comme des suites de points verts (ou violets) dans l’œuvre.

Une dernière remarque sur l’éclairage des sculptures, remarquablement réussi, si ce n’est sur la dernière, l’homme qui marche de Giacometti, éclairé par « trois, voire quatre soleils » lorsqu’un seul sous un ciel clair aurait suffi ! Demande expresse des organisateurs de mieux voir ? Qui sait ?

Malgré ces remarques tatillonnes espérons que toutes les expositions dans les musées soient aussi bien éclairées.

Jean-Jacques Ezrati

En savoir plus

Lieu

  • Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris
  • Paris, France

Équipe artistique

Artiste Giacometti

Poursuivez votre recherche

Sujets Derain Balthus Giacometti Exposition Ombre Éclairage exposition Paris Musée d’Art moderne de la Ville de Paris Critique lumière Analyse critique Éclairage Température de couleur L’homme qui marche Ombre portée
Effets lumière Lumière en plongée
Techniques d'éclairage Éclairage muséographique
Professions Éclairagiste
Supports Texte Dessin Vidéo Affiche
Fonction du lieu Musée
Source Jean-Jacques Ezrati Richard Zarytkiewicz
728x90 Animated
Jean-Jacques Ezrati et Richard Zarytkiewicz
Jean-Jacques Ezrati et Richard Zarytkiewicz
Éclairagistes conseil. Tous deux se sont réunis en collectif sur le thème de la lumière et de la santé et se consacrent ensemble à la réalisation de projets, à l’enseignement et à l’exploration des conditions dans lesquelles ces nouvelles perspectives influent sur la pratique de la conception des environnements éclairés.
3 Commentaires
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE