Article

Anni et Josef Albers : les couleurs et les formes interagissent

Jusqu’au 9 janvier, le musée d’Art moderne de Paris présente les œuvres de Anni et Josef Albers. Couleurs, formes et matières du Bauhaus.
13 décembre 2021

Lorsque l’on mène des recherches sur l’apparence des matériaux, des travaux d’artistes peuvent être inspirants. Ce fut le cas avec des œuvres de Josef Albers qui donnent l’illusion de la transparence à l’aide de papiers colorés opaques, découpés et collés sur des surfaces elles-mêmes colorées. Pour obtenir cet effet, il joue sur « l’interaction des couleurs » pour reprendre le titre de son célèbre livre. Ce jeu optique est réalisable sur une image numérique. En respectant une cohérence colorimétrique entre le premier et le deuxième plan, il est possible de créer des effets de transparence allant bien au-delà de la synthèse additive (transparence à travers une surface ajourée) ou soustractive (transparence à travers un filtre coloré).

Si le livre de Josef Albers se trouve dans toutes les bonnes bibliothèques des écoles de pratique artistique, les œuvres de ce couple d’Allemands émigrés aux États-Unis qu’il forme avec sa femme Anni n’étaient guère visibles de ce côté du Rhin et de l’Atlantique. L’exposition au musée d’Art moderne de Paris compense ce manque.

Un conte de fées de l’art moderne

Josef vient d’une famille catholique modeste d’une ville minière de Westphalie. La famille d’Anni fait partie de la riche bourgeoisie berlinoise, d’origine juive et convertie au protestantisme. Tous deux suivent une formation artistique mais n’en sont pas pleinement satisfaits. Les objectifs affichés du Bauhaus d’un apprentissage par la pratique, du rapprochement entre art et artisanat, et d’un enseignement créatif moins conventionnel les attirent et les poussent à candidater. « La meilleure chose que j’ai faite », estime Josef.

Arrivé 6 mois après l’ouverture de l’école en 1920, il en est à 32 ans l’un des élèves les plus âgés. Par sa maîtrise technique, il va rapidement devenir maître de l’atelier de verre. Anni intègre le Bauhaus en 1922 et rejoint l’atelier de tissage sans doute d’abord par défaut, avant de s’y investir pleinement.

 

 

La place des femmes au Bauhaus est ambiguë. Si la parité est respectée au moment de l’entrée à l’école, la sélection est plus forte pour les femmes qui sont orientées essentiellement vers l’atelier textile, par ailleurs le plus rentable de l’école ! L’exposition Elles font l’abstraction au centre Pompidou (19 mai – 23 août 2021) mettait à l’honneur des artistes pour beaucoup injustement sous-estimées dans l’histoire de l’art abstrait. Une salle était réservée aux travaux de l’atelier de tissage du Bauhaus longtemps dirigé par Gunta Stölzl.

Anni Albers, Intersecting, 1962, coton et rayon, 40 x 42 cm, Josef Albers Museum Quadrat, Bottrop © 2021 The Josef and Anni Albers Foundation/Artists Rights Society (ARS), New York/Adagp, Paris 2021

Une fois officialisé le statut de Josef en tant que maître d’atelier (et surtout doté du salaire associé), le couple se marie en 1925.

Kandinsky et Klee comme voisins

Ils suivent le déménagement de l’école de Weimar à Dessau et bénéficient d’une maison de maître à proximité. Les couples Kandinsky et Klee sont leurs voisins : on comprend que l’enseignement de la couleur soit au cœur du projet du Bauhaus.

Cercle bleu, carré rouge et triangle jaune. Il s’agit du résultat d’une enquête menée au Bauhaus afin d’établir les relations les plus fortes entre les trois formes de base et les trois couleurs primaires. L’art du Bauhaus est parfois caricaturé à cette combinaison limitée. Les œuvres de Kandinsky, l’artiste du Bauhaus sans doute le plus conceptuel, prouvent pourtant le contraire. Véritable synesthète, l’artiste peint des compositions comme des œuvres de musique.

Vassily Kandinsky, Jaune-rouge-bleu, 1925, 128 x 201,5 cm, musée national d’Art moderne, Paris, Donation Nina Kandinsky, 1976 © Photo : Eusebius, Guillaume Piolle, Wikipédia

Paul Klee, qu’Anni admire, représente sur ses toiles des structures proches du tissage en utilisant des nuances de couleurs souvent fort éloignées des trois primaires.

Paul Klee, Polyphonie, 1932, 66,5 x 106 cm, structure en échiquier dans la série des Rythmes, Kunstmuseum, Bâle, Emanuel Hoffmann Foundation, Switzerland © Olga’s Gallery, Wikipédia

Dans sa fameuse série Hommage au carré, débutée dans les années 1950, Josef Albers se débarrasse de la composition fixée à un ensemble de trois ou quatre carrés, pour ne s’intéresser qu’aux couleurs et à leurs fameuses interactions. On est loin du carré rouge unique !

Anni et Josef Albers, des pédagogues

En 1933, sous la pression nazie, les professeurs du Bauhaus (dont Josef) décident à l’unanimité de fermer l’école. Le couple Albers émigre aux États-Unis pour enseigner au Black Mountain College, une école expérimentale où ils reprennent les fondements pédagogiques du Bauhaus, puis à partir de 1949 à l’université Yale.

L’observation, la pratique et l’expérimentation prévalent sur les approches théoriques. Josef aime à dire à ses étudiants qu’il ne leur apprend pas à peindre mais à ouvrir les yeux. Anni est aussi l’autrice d’un livre de référence sur le tissage (On Weaving). Elle a toujours expérimenté en associant des fils de natures différentes et produisant une variété d’effets visuels.

C’est peut-être leur métier d’enseignant qui a immunisé Anni et Josef Albers de tout systématisme. À ce titre, l’exposition présente la diversité des formats et matériaux explorés. Des œuvres toujours abstraites mais chaque fois différentes.

Couleurs et formes : hommages au carré

L’autre point étonnant que met en avant l’exposition, c’est le long compagnonnage artistique du couple. Ils se sont mutuellement et en permanence influencés, sans pourtant jamais réaliser une œuvre en commun.

Le grand espace dédié aux Hommages au carré est encadré par deux salles consacrées aux œuvres d’Anni. La première présente des tissages picturaux (Pictorial Weavings). Sans motifs répétés, et sans fonction utilitaire, ils atteignent le statut d’œuvres d’art qui leur était souvent contesté.

La seconde salle, la dernière de l’exposition, expose les gravures d’Anni Albers. Si elle abandonne progressivement le tissage, son intérêt pour l’expérimentation est intact. La tridimensionnalité des tissages est perdue mais on retrouve dans ses gravures l’art d’agencer des textures et des motifs. Elle y gagne la satisfaction, précise-t-elle, de pouvoir reproduire ses œuvres à l’infini.

Rapprochement avec Robert et Sonia Delaunay

Un tour dans les collections permanentes du musée d’Art moderne de Paris suffit à faire un rapprochement avec un autre couple de l’art abstrait. Les Albers partagent en effet de nombreux points communs avec leurs aînés Robert et Sonia Delaunay, dont un intérêt aigu pour la couleur. En bons élèves du Bauhaus, les Albers se réfèrent au Traité de la couleur de Goethe. Les Delaunay ont lu, eux, De la loi du contraste simultané des couleurs de Chevreul, au point d’appeler leur mouvement artistique le simultanéisme ! Mais pour ces deux couples, ces traités ont été davantage des sources d’inspiration que des contraintes.

Robert Delaunay, Rythme n°1, décoration pour le Salon des Tuileries, 1938, huile sur toile, 529 x 592 cm, musée d’Art moderne de la ville de Paris, AMVP 2574 © Coldcreation, Wikipédia

On peut s’étonner que ces deux couples ne se soient pas rencontrés. Les conflits entre la France et l’Allemagne ont sans doute empêché une telle rencontre. Ce rapprochement entre l’effervescence artistique du Paris de l’entre-deux-guerres et les audaces du Bauhaus paraît aujourd’hui naturel. Il est donc visible au musée d’Art moderne de Paris jusqu’au 9 janvier 2022.

 

 

Approfondir le sujet

Photo en haut de l’article : Josef Albers, 4 Central Warm Colors Surrounded by 2 Blues, 1948, huile sur Masonite, 66 x 90,8 cm, Josef Albers Museum Quadrat Bottrop © 2021 The Josef and Anni Albers Foundation/Artists Rights Society (ARS), New York/Adagp, Paris 2021

Équipe du projet

Commissaire d'exposition Musée d'art Moderne de Paris Julia Garimorth Sylvie Moreau-Soteras
Artiste Anni Albers Josef Albers Anni et Josef Albers Vassily Kandinsky Paul Klee Robert Delaunay Sonia Delaunay
Comité scientifique Nicholas Fox Weber Josef and Anni Albers Foundation Heinz Liesbrock Josef Albers Museum Quadrat

Poursuivez votre recherche

Sujets Anni et Josef Albers Anni Albers tissage Anni Albers Bauhaus Josef Albers interaction des couleurs Josef Albers Bauhaus Josef Albers oeuvres Josef Albers hommage au carré Josef Albers Paris Josef Albers livre Anni Albers livre Tissage Couleur Forme Forme carré Matière Bauhaus Interaction couleur Bauhaus art Bauhaus style Bauhaus artiste Bauhaus tissage Bauhaus peinture Josef Albers peinture Bauhaus Kandinsky Bauhaus Klee Bauhaus Weimar Bauhaus Dessau Hommage au carré Delaunay
Effets lumière Lumière graphique
Techniques d'éclairage Éclairage muséographique
Professions Artiste contemporain
Fonction du lieu Musée Galerie d'exposition
Source Lionel Simonot
Enseignant-chercheur, Lionel Simonot enseigne l’éclairagisme depuis 2003 à l’École nationale supérieure d’ingénieurs de Poitiers – ENSI Poitiers : cours magistraux et pratiques en photométrie, technologie des sources de lumière, dimensionnement électrique et interactions lumière matière. Ses activités de recherche portent sur les propriétés optiques et l’apparence des matériaux, notamment via le GDR APPAMAT. Applications : films minces nanocomposites, couches de peinture en glacis ou vernis et objets obtenus par impression 3D. Il est auteur de la transposition du livre de Pierre Bougueur, Essai d’optique sur la gradation de la lumière, du livre rétrospectif et prospectif, Éclairage et lumière du IIIe millénaire, 2000-2050, aux éditions Light ZOOM Lumière en 2021.
0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Livres

Éclairage et lumière du IIIe millénaire, 2000-2050, un livre collector

Imaginons le monde d’après, ensemble. Éclairage et lumière du IIIe millénaire jusqu'en 2050. Le livre collectif à partager.

En savoir plus...

De l’identification des pigments au rendu des couleurs

La vision et mesure de la couleur, de Paul Kowaliski. Physique de la couleur, de Robert Sève. Art et science de la couleur, de Georges Roque.

En savoir plus...

40 livres lumière sur l'art, l'architecture et le design à partager

Vive les livres ! Notre sélection sur l'art, l'architecture et le design lumière. Pourquoi ne pas commander un livre pour se cultiver ?

En savoir plus...