Appels d’offre lumière et éclairage de avril 2017
Previous
ALÉATOIRE
Appel d'offre européen : Fête des Lumières 2017, programmation artistique
Next
728x90 Animated

« Le côté obscur de l’ampoule » documentaire sur France 5

Documentaire de Cécile Cabanac et Laurent Fléchaire "Le côté obscur de l'ampoule". Diffusé sur France 5 hier soir. Résumé, interviewées et rediffusion.
par LightPress3 avril 2017

Résumé France 5

« Une qualité de lumière proche de celle du soleil, une durée de vie dix fois supérieure à celle d’une ampoule classique, les ampoules basse consommation, obligatoires depuis septembre 2012, sont censées allier geste pour la planète et bonne affaire. Mais est-ce vraiment le cas ? En effet, le bénéfice de ces ampoules «nouvelle génération» est aujourd’hui remis en cause. Non seulement les économies d’énergie seraient minimes, mais de surcroît elles contiendraient du mercure, présentant des risques pour la santé et l’environnement. Certains consommateurs réclament le retour pur et simple des bonnes vieilles ampoules à filament. Comment ces ampoules basses consommation nous ont-elles été imposées ? Pourquoi font-elles débat ? »

Interviewées dans le documentaire

  • Johan Sustrac, lighting designer, Distylight, Paris
  • Michèle Rivasi, députée européenne, Europe Écologie Les Verts, Montélimar
  • Herbert Reul, député européen, CDU et Parti populaire européen, Langenfeld, Allemagne
  • John Hawk, Professeur, spécialiste en dermatologie et cancer de la peau, Berkshire, Grande Bretagne
  • Pierre Le Ruz, Professeur, docteur en physiologie animale, expert européen en nuisances électromagnétiques et en radioprotection, CRIIREM, Le Mans
  • Klaus Staniek, écologiste indépendant, Grande Bretagne
  • Responsable communication du groupe Greenpeace
  • Diederik de Stoppelaarsecrétaire général, Lighting Europe, Bruxelles, Belgique
  • Chargée de production du recyclage, Artémise, Vulaines, à côté de Troyes
  • Herve Grimaud, directeur général, Récylum, Paris
  • Damien Sudron, directeur marketing, Girard Sudron, Paris
  • Christophe Bresson, directeur de la communication, Philips Lighting France, Paris
  • Alicia Torriglia, directeur de rechercher, expert biomédical en biologie et Biochimiste, Inserm, Paris

Distribution

  • Producteur : les productions du moment
  • Réalisateurs : Cécile Cabanac, Laurent Fléchaire
  • 1ère diffusion : France 5, dimanche 2 avril 2017, 20h50
  • Durée : 55 min, tous publics
  • Format : 16:9, stéréo

Rediffusion

  • France 5, dimanche 9 avril 2017 à 17h35
  • France 5, jeudi 20 avril 2017 à 16h35

Poursuivez votre recherche

Sujets Ampoule Lampe Lampe Edison Lampe fluocompacte LED Documentaire France 5 Cécile Cabanac Laurent Fléchaire Résumé Interview Johan Sustrac Michèle Rivasi Herbert Reul John Hawk Pierre Le Ruz Klaus Staniek Greenpeace Diederik de Stoppelaar Artémise Herve Grimaud Damien Sudron Christophe Bresson Alicia Torriglia Les productions du moment Rediffusion Le côté obscur de l'ampoule TV
Techniques d'éclairage Éclairage intérieur Éclairage décoratif
Professions Concepteur lumière Député européen Professeur Écologiste Fabricant Recycleur
Supports Texte Vidéo
Fonction du lieu Télévision
Source LightPress Light ZOOM Lumière

Lieu

  • France 5
  • Paris, France
LightPress
LightPress
Forme synthétique de partage d'informations libre de droits. Mon but est de communiquer une société, un service ou un produit. Je suis à la disposition des journalistes, rédacteurs et blogueurs pour un article ou d'un billet. Pour des renseignements complémentaires, utilisez le Contact en bas de l’annonce. Partagez-moi !
728x90 Animated
4 Commentaires
Laisser un commentaire
  • 3 avril 2017 at 9 h 49 min

    J’ai été vraiment déçu par ce sujet.
    Faire une telle enquête, qui nous mène « jusqu’en Chine », et la diffuser le dimanche soir en prime sur France5, est une splendide opportunité de parler d’éclairage au public. En effet on y assène même qu’à moins d’être lighting (et non lightning!) designer et avoir fait 10 ans d’études (?!!) on ne peut savoir choisir une ampule chez Casto…
    Aborder les thèmes sérieux pour la filière des fabricants d’éclairage que sont le mercure et la lumière bleue, pouvait sembler être une bonne idée.
    Mais finalement survoler et bâcler le sujet ne rend service à personne.
    1/ On retrouve le charlatan des ondes électromagnétiques (http://forums.futura-sciences.com/debats-scientifiques/232271-pierre-ruz-dr-google-page-ranking-biophysique-physiologie.html) qui lui aussi nuit à tout le monde, et y compris aux électrosensibles en laissant croire que tout le monde l’est plus ou moins…
    (on peut lire aussi cela c’est assez drôle: http://www.deblog-notes.com/article-ondes-de-choc-du-charlatanisme-60708839.html)
    2/ On parle aussi du risque UV comme si on le découvrait. On ignore donc délibérément (oui, délibérément, puisque le Pr. Hawk dit qu’il a été auditionné, c’est que les journalistes sont au courant de ce rapport) le rapport du SCENIHR sur les effets de la lumière artificielle sur l’homme (facile à trouver, googlez simplement « scenihr lighting » et c’est la première réponse: http://ec.europa.eu/health/scientific_committees/emerging/docs/scenihr_o_035.pdf). Or, pour faire court, d’une part ce rapport rappelle que le risque UV existe avec tout un tas de lampes, et pas seulement les fluo-compactes, et d’autre part une des conclusions du rapport est que la quantité d’UV reçue (à cause de l’éclairage artificiel) en un an par un Européen qui travaille en intérieur n’est pas supérieure à l’exposition au soleil durant une semaine au bord de la Méditerranée. Les personnes non-photosensibles ne courent donc aucun risque! ça aide à relativiser…
    3/ Le mercure est un vrai problème, mais rien n’est expliqué si ce n’est qu’on stocke des big bags pleins de poudres fluorescentes. Or il ne faut pas chercher loin pour en savoir plus sur le devenir du mercure dans les lampes: Récylum en parle de manière très transparente http://www.recylum.com/espace-adherents/files/FAQ_fin_de_vie_lampes_fluocompactes_devenir_du_mercure_et_RD.pdf
    Alors pourquoi ne pas expliciter cela? Pourquoi ne pas relativiser (cf. mercure dans les amalgames dentaires…)? Pourquoi ne pas parler clairement de l’analyse du cycle de vie des lampes et du mercure rejeté dans l’atmosphère pour produire l’énergie nécessaire au fonctionnement des lampes (et donc bien supérieur pour les techno incandescentes? (pour le cycle de vie je conseille cela: https://www1.eere.energy.gov/buildings/publications/pdfs/ssl/lca_webcast_03-28-2013.pdf)
    Pourquoi ignorer que sans mercure il n’y aurait plus de tubes fluos, plus de lampes à décharge, et qu’on aurait bien eu du mal à s’éclairer avant la LED, que cela n’est pas à cause de GreenPeace? Pour reprendre à peu près le phrasé du documentaire: « l’Europe et les lobbies (écolos + fabricants), tout le monde est d’accord, la production des CFL peut commencer! » Comme si c’était l’Europe qui avait imposé ces lampes, qui n’existaient pas avant?!! Très nul.
    4/ Parlant de la lumière bleue, on parle des recherches de l’INSERM. Pourquoi uniquement de cela? Pourquoi ne pas dire qu’il y a une réglementation contraignante en la matière? Pourquoi ne pas dire que les fabricants ont mis en place des normes de sécurité pour que le risque lié à la lumière bleue soit correctement évalué? Pourquoi ne pas dire que le rapport de l’ANSES sur le sujet, obsolète depuis longtemps, est en cours de mise à jour à la demande des fabricants? Pourquoi ne pas dire que la techno LED évolue toujours très vite et que les produits sont aujourd’hui bien meilleurs qu’au début? (prix en baisse, performances en hausse !) Pourquoi ne pas interroger les laboratoires français comme le LNE, Piséo, en pointe sur le sujet? Concernant la lumière bleue, 4 mois après, ce communiqué reste valable: http://bit.ly/BlueLightInfo
    5/ Concernant les performances des produits d’éclairage, on oublie toujours que les lampes sont les seuls PGC sur lesquels il y a une exigence réglementaire de durée de vie. C’est aller un peu vite en besogne pour accuser l’industrie de l’éclairage de mettre sur le marché des produits pas assez fiables (Coucou Fanny Guibert). à cela s’ajoutent les exigences d’efficacité énergétique, d’étiquetage… Il faut replacer le sujet dans son contexte !

    Bref je trouve dommage qu’une telle fenêtre d’audience soit gâchée parce que le sujet n’est pas bien creusé.
    Il aurait suffi de venir me poser quelques questions et j’aurais pu donner les réponses que je partage aujourd’hui avec vous ici. Mais personne n’a semblé y penser…

    à titre de comparaison, le sujet réalisé par Charlotte Riesi (par Flair Productions, pour Campagnes TV) est de bien meilleure qualité : l’enquête est plus approfondie et réalisée sans parti pris, le tour des acteurs de la filière a vraiment été fait.
    Pour le voir:
    – 3, 5, 7, 8 avril à 9h30
    – 4, 6 et 9 avril à 17h
    Campagnes TV est sur:
    Canal sat: 76
    Numéricable: 85
    Freebox : 231
    Orange: 112
    SFR: 212
    Bouygues : 204 et 377 en HD
    Canalsat (ADSL) : canal 74 et 377 en HD
    Et aussi sur Molotov.TV

    TEASER ici:

    Vous me raconterez! 😉
    Bonne journée.

  • Sébastien Flet Reitz
    3 avril 2017 at 9 h 50 min

    PS : c’est DISTYLIGHT (il n’y a pas de ‘r’)
    http://www.distylight.com/
    😉

  • 3 avril 2017 at 14 h 10 min

    Bravo Sébastien

    Pertinent et réaliste.
    Comme d’habitude.

Laisser un commentaire