Fondation Carmignac, île de Porquerolles par Les éclaireurs
Previous
ALÉATOIRE
Welcome de Patrice Thibaud, en lumière par Alain Paradis
Next
728x90 Animated

Sharing : Orange Blossom + François Delarozière

Une collaboration originale de Orange Blossom et François Delarozière en scénographie. Le spectacle Sharing propose « d’inventer une machine à lumière ».
par Régis Vasseur17 juin 2019

Carlos Robles Arenas, producteur musical d’Orange Blossom a demandé à François Delarozière d’intervenir sur la scénographie du dernier spectacle du groupe, Sharing. La musique électronique se mêle à la world music, aux influences arabes et occidentales. Sharing a été présenté début mai à Onyx La Carrière de Saint-Herblain près de Nantes. Interview avec le scénographe, François Delarozière, à l’occasion de la première.

Quelle est l’origine de cette collaboration ?

François Delarozière : à la suite d’un premier contact et de ma découverte du groupe nous avons décidé d’intervenir sur la lumière dans cette nouvelle création. Avec des « machines-lumière », mais cela aurait pu être sur tout-à-fait autre chose…

Comment est venue l’idée de travailler la lumière ?

François Delarozière : le groupe avait déjà un intérêt pour la lumière. Pour leur dernier spectacle, leur scénographe avait créé des lampes spécifiques constituées notamment de lampes de bureau. J’ai eu la volonté de m’inscrire dans la continuité de cette démarche et m’en suis inspiré.

Sharing, de Orange Blossom – Scénographie : François Delarozière – Créateur lumière : Christian Boure © Rod Maurice

Que t’a inspirée la musique dans la scénographie ?

François Delarozière : la musique d’Orange Blossom est évocatrice d’ambiances nourries de montées sonores et de grosses nappes de son. Pour moi, elle évoque des « musiques paysages ». J’ai voulu faire en sorte que la lumière et les machines-lumière interviennent par leur mouvement, mais aussi par la lumière qu’elle produisent,  avec l’intention de produire des tableaux.

Comment la forme des machines-lumière a-t-elle été conçue ?

François Delarozière : j’ai dessiné, dans un premier temps, des bras mécaniques. Puis j’ai cherché pour la terminaison de ces machines, leur tête lumineuse. Je cherchais  quelque chose d’organique.

Dessin de machines-lumière pour Sharing © François Delarozière et Orange Blossom

François Delarozière : nous avons budgétisé un premier jet, issu de mon dessin, mais cela revenait trop cher d’utiliser les bras pantographiés que j’avais dessiné. C’est « Snoise », le technicien lumière du groupe, qui a créé la lumière qui m’a dit qu’en fait ce type de têtes  existait déjà, [ndrl : des projecteurs asservis]. Du coup, nous sommes partis sur l’idée de greffer ces projecteurs automatiques sur les machines. Ces automates fonctionnent sur cinq axes. Du coup, ils formalisent bien le côté organique que je cherchais.

Sharing, de Orange Blossom – Scénographie : François Delarozière – Créateur lumière : Christian Boure © Rod Maurice

Tu inventes une machine, puis la lumière est à créer ?

François Delarozière : oui, la machine doit être sur scène, intégrée au dispositif scénographique. C’est l’univers d’Orange Blossom qui doit dominer et les machines que j’ai dessiné viennent accompagner, simplement « ajouter une touche ». Si les machines prennent le dessus, ce n’est plus la même chose, cela devient un spectacle de machines, mis en musique par d’Orange Blossom, ce que nous ne voulons pas

Sharing, de Orange Blossom – Scénographie : François Delarozière – Créateur lumière : Christian Boure © Rod Maurice

Comment le groupe a-t-il « reçu la lumière » ?

François Delarozière : tout d’abord, nous nous sommes vus au fil d’une période de conception, puis nous avons réalisé une résidence à Stereolux. Le groupe a pris la mesure du projet, de sa complexité, l’équipe a dû domestiquer les machines. Comme s’il s’agissait d’une machine vivante qui pourrait, par un « faux mouvement », s’avérer dangereuse, notamment pour la chanteuse et ceux qui sont sur scène, l’équipe doit  s’adapter. Et ce n’est pas fini : il va falloir du temps  pour pleinement trouver ses marques.

Comment ces machines sont-elles pilotées ?

François Delarozière : elles sont pilotées électriquement, hydrauliquement et munies de servomoteurs. Il a fallu adjoindre un automate, lui-même piloté en DMX 512 par le jeu d’orgues avec un système d’encodage assez particulier et un logiciel qui va lisser les courbes, avec point de départ et d’arrivée. La machine choisit son passage, lorsqu’elle revient, en fait elle ne fait pas le même chemin dans un sens et dans l’autre. Il a donc fallu pointer tous ses mouvements et  ses déplacements. Tout cela a représenté un long travail de programmation…

Sharing, de Orange Blossom – Scénographie : François Delarozière – Créateur lumière : Christian Boure © Rod Maurice

Pourquoi ne pas avoir choisi un manipulateur en direct ?

François Delarozière : au départ, je voulais qu’il y ait un manipulateur à vue par machine et qu’elles soient manipulées en direct pour pouvoir interagir et improviser, mais Carlos ne voulait pas de techniciens sur scène. Je pense que cela aurait été très bien d’avoir deux personnes, comme pour des grues, des nacelles, même discrètement.

Comment les musiciens ont-ils reçu les machines ?

François Delarozière : au début, ils ont été un peu perturbés mais nous avons travaillé ensemble. Je les ai incités à jouer avec ces nouveaux arrivés, à les apprivoiser . A partir de là, ils ont commencé à jouer avec. Leur jeu s’est un peu  détendu et maintenant ils commencent à s’amuser et à chaque concert la relation s’enrichie.

La question financière a été importante ?

François Delarozière : oui, tout-à-fait, c’est une gestion privée. PBOX, le producteur, a emprunté pour investir lourdement dans ce projet …. La production  prend le risque sur plusieurs années et devra amortir sur une grande quantitée de concerts. Avec un gril à 12 mètres, nous pourrions aller beaucoup plus haut [ndrl : avec les machines] et créer d’autres  mouvements et figures. En fait, c’est presque infini, les machines offrent un million de possibilités. Il faudra d’autres périodes de résidence et de création pour évoluer, et créer de nouvelles mises en scène…

Scénographie et lumière de Sharing

Le résultat de cette collaboration est une lumière subtile. Il y a quelque chose d’organique dans ce ballet de deux bras articulés qui « portent » littéralement la lumière, comme une main qui s’approche des musiciens et de la chanteuse, jette paillettes ou neige, dessine des fumées, s’échappe et reprend rythme. Il ne s’agit pas du bestiaire de François Delarozière, directeur artistique de La Machine, mais d’une proposition scénographique où la lumière structure l’espace, d’une manière très particulière.

Sharing, de Orange Blossom – Scénographie : François Delarozière – Créateur lumière : Christian Boure © Rod Maurice

Fiche technique lumière

La lumière de Sharing utilise des projecteurs « traditionnels », des asservis (au cintre) et, donc, des « têtes lumineuses », constituées, sur chaque bras, de 5 projecteurs :

  • 10 x MAC Viper Profile
  • 10 x K20 B-EYE
  • 12 x PAR CP60
  • 8 x 614 SX
  • 6 x ACL
  • 2 x Robin Spikie
  • 14 x Robin 150 LEDBeam

Ils sont pilotés par un GrandMA 2 light et un GrandMA 2 Command Wing.

Les bras articulés sont aussi commandés par la GrandMA.

Sharing, de Orange Blossom – Scénographie : François Delarozière – Créateur lumière : Christian Boure © Rod Maurice

Sharing en tournée

Le 4 mai dernier, à Onyx La Carrière, le public n’était pas uniquement constitué de ceux qui suivent le groupe Orange Blossom depuis ses débuts. Ce fut une (très belle) découverte pour beaucoup, conquis.

Une tournée est en cours. Notons d’emblée les dates confirmées :

  • 24 aout : Aurillac
  • 18 octobre : Anzin
  • 9 novembre : Dôle
  • 16 novembre : Sablé sur Sarthe
  • 21 décembre 2019 : Toulouse
  • 5 février 2020 : Niort
  • 4 ou 5 mars 2020 : Paris
  • 6 mars 2020 : Nantes au Zénith
  • 30 mai 2020 : Bergerac

A suivre…

  • Nouvel album automne 2019

En savoir plus

Équipe artistique

Groupe de musique Orange Blossom
Direction musicale Carlos Robles Arenas
Chanteur Orange Blossom Hend Ahmed
Musicien Carlos Robles Arenas Pierre Jean Chabot Léo Guerin Fatoma Dembelé
Scénographe François Delarozière
Création lumière Christian Bouré « Snoise »
Programmation lumière Jérôme Cauet

Équipe technique

Production PBOX
Directeur de production Stéphanie Hollevoet
Régie François Guichoux
Régie son Antoine Carrique Eric Chauvière Laurent Pinet Vincent Louvet
Machinistes Erwan Belland Jean Baptiste Lemoine
Partenaires Stereolux Roudour Studio Arpège Onyx la Carrière
Soutiens ADAMI FCM SPEDIDAM Fondation Orange Théâtre Onyx

ZOOM +

 
Nantes : le Carrousel des Mondes Marins
 
Projo-perche, le projecteur mobile de Lucas Delachaux au TNP
 
Robot ! Blanca Li, scène et machines
 
Intelligence artificielle et création collaborative homme-machine

Lieu

  • Théâtre Onyx
  • Saint-Herblain, France

Livres

Scénographes en France 1975 – 2015

Livre rétrospectif des scénographes en France (1975 – 2015). Ils conçoivent l'espace de la représentation à la scène, pour les lieux de spectacle, au cinéma et dans l'exposition.

En savoir plus...

Penser la lumière, de Dominique Bruguière

Réflexion sur la composition de la lumière à la scène par l'éclairagiste, Dominique Bruguière. Au théâtre, à l'opéra et la danse, Penser la lumière.

En savoir plus...

Lexique de l’éclairage professionnel, de Sophie Caclin

La traduction facile français-anglais en architecture, urbanisme, lumière, éclairage et communication. Découvrez le Lexique de l’éclairage professionnel.

En savoir plus...

Poursuivez votre recherche

728x90 Animated
Régis Vasseur
Régis Vasseur
Ex-Directeur technique d’Angers Nantes Opéra. Intervenant au sein du Département scénographie de l’ENSAN de Nantes. Membre de Réditec, Association Professionnelle des Directeurs Techniques du Spectacle Vivant.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.