Leni Schwendinger : la nuit sous un nouveau jour
Previous
ALÉATOIRE
Ponctuelle à 21 ans : de la scène à l’agence de conception lumière
Next

Philippe Mombellet : lumière à partager, de la danse à l’opéra

Depuis 1980, l'éclairagiste Philippe Mombellet participe à la création lumière pour la danse, le théâtre et l’opéra. Flashback spectacle vivant.
par Régis Vasseur19 mai 2020

Comment partage-t-on la lumière avec les créateurs ?

Philippe Mombellet : les chorégraphes, metteurs en scène, chacun a ses demandes, et c’est très difficile de parler de la lumière quand on ne se connaît pas. Quand on se connaît, plus la peine de beaucoup parler pour ressentir et pour « faire sortir » la sensibilité qu’on veut donner au spectacle, à la scène.

Avec Claude Brumachon on a échangé au départ une ou deux fois et après, pendant des années, on se comprenait sans beaucoup se parler. Par exemple, lorsqu’il a fait Folie ou Texane, des spectacles très forts parce qu’il y a eu une rencontre particulière avec le musicien et les danseurs.

J’ai fait la lumière de Maguy Marin ou Jean-Claude Galotta. Parmi leurs spectacles, il y a des pièces très puissantes, l’alchimie prend ; et parfois moins, on ne sait pas pourquoi…

D’où vient l’inspiration pour l’éclairage de la danse ?

Philippe Mombellet : en danse, c’est plus difficile. On a juste un tapis, qui peut être de différentes couleurs, mais bon on n’a rien. J’ai eu des pages blanches, pendant des jours, des semaines et puis un jour on « voit » les choses, le mouvement et ce qu’on va faire. C’est vrai que des pièces comme Folie auront été un point d’orgue dans cette complicité, une sorte d’accomplissement.

Quel est le rôle du décor pour la lumière à l’opéra ?

Philippe Mombellet : un opéra, c’est complètement différent. Le jour où l’on voit la maquette, après trois heures de réflexion, on sait comment on va pouvoir faire l’implantation.

Flûte enchantée, opéra de Mozart, Marseille, 2019

Flûte enchantée, opéra de Mozart, Marseille, 2019 – Concepteur lumière : Philippe Mombellet -Scénographe : Numa Sadoul © Patrick Wolff

Je me souviens d’un décor complètement fermé, Capriccio, une boîte quasi close et blanche !!!  Mais on a trouvé la solution. Une scène d’amour, on ne va pas vraiment l’éclairer comme une scène de drame…

Comment la musique influence la création lumière ?

Philippe Mombellet : en théâtre, au départ c’est le texte. En danse, c’est complètement la musique. En opéra, c’est exactement pareil, la musique va rythmer le tout. En danse, la musique est la base du ressenti qu’on doit faire avec la lumière, on ne peut pas être en décalage.

Flûte enchantée, opéra de Mozart, Marseille, 2019

Flûte enchantée, opéra de Mozart, Marseille, 2019 – Concepteur lumière : Philippe Mombellet -Scénographe : Numa Sadoul © Patrick Wolff

Philippe Mombellet : pour l’opéra, les œuvres sont plus connues qu’en danse, sauf si on fait Le lac des cygnes par exemple ou Gisèle… Ainsi, on doit emmener le public là où toute la production cherche à l’emmener : décorateur, costumes, metteur en scène, et éclairagiste, éventuellement le compositeur, s’il est encore vivant. On ne change la partition de Mozart, mais on l’écoute et la réécoute…

Éclairer La flûte enchantée 20 ans après, est-ce se répéter ?

Philippe Mombellet : non pas du tout ! C’est oublié, c’était une autre vie et heureusement. En danse, j’aurais pu refaire ce que j’avais déjà fait. Sans me l’interdire, je n’avais surtout pas envie de reprendre un plan déjà réalisé.

Flûte enchantée, opéra de Mozart, Marseille, 2019

Flûte enchantée, opéra de Mozart, Marseille, 2019 – Concepteur lumière : Philippe Mombellet -Scénographe : Numa Sadoul © Patrick Wolff

Reconnait-on sa lumière au bout de dix ans ?

Philippe Monbellet : ça c’est un côté magique, de faire une reprise, que ce soit de Maguy Marin, de Brumachon ; j’ai alors toujours été surpris de la justesse de la reprise. J’ai revu, il y a pas longtemps, Texane, et il y avait un respect de tout : de la chorégraphie, de la musique, (les interprètes étaient bien sûr différents) et puis de la lumière.

Philippe Monbellet : dans Folie, c’était très compliqué ce que j’avais fait, avec tout un système avec des motorisations de guillotine, le truc vraiment « pas cadeau ». Lorsque l’on a monté Lucia de Lammermoor, on avait fait des motorisations avec des coulées de sang. Il fallait vouloir le faire. L’équipe technique devait « s’accrocher ».

Flûte enchantée, opéra de Mozart, Marseille, 2019

Flûte enchantée, opéra de Mozart, Marseille, 2019 – Concepteur lumière : Philippe Mombellet -Scénographe : Numa Sadoul © Patrick Wolff

Je suis surpris quand on m’invite, « pour les dix ans », par exemple : l’œuvre reste intacte, un peu comme quand tu montes un opéra ou un autre spectacle. Tu pars le soir de la première mais après rien ne changera, c’est comme un livre, on a fini de l’écrire.

Le régisseur a-t-il des documents, des documents, plans, maquettes ?

Philippe Monbellet : aujourd’hui, on a des vidéos, qui renseignent beaucoup, des plans, des réglages, une conduite lumière, avec un maximum de d’informations. Ces conduites sont retransmises de régisseur en régisseur.

Les gens qui font cela, régisseurs, éclairagistes, exercent un vrai métier. Ils ont cette sensibilité et ce respect de refaire ce qui a été fait. Comme un musicien, un chanteur…

Flûte enchantée, opéra de Mozart, Marseille, 2019

Flûte enchantée, opéra de Mozart, Marseille, 2019 – Concepteur lumière : Philippe Mombellet -Scénographe : Numa Sadoul © Patrick Wolff

Quelques conseils lumière pour tourner un spectacle ?

Philippe Monbellet : cela m’est arrivé de faire avec Brumachon et Lamarche un spectacle, Le piédestal des vierges, et ce spectacle a été acheté pour être donné dans un gymnase !!! On avait un éclairage de clairière, impossible de le refaire dans un gymnase et là, oui, on a dû tout changer… C’est exceptionnel.

Ce qu’il ne faut surtout pas faire, c’est ceci : avec Maguy Marin, j’ai eu la chance de travailler avant et après qu’elle soit très connue. Aux débuts, on passait dans des lieux un peu improbables. Puis, un jour, on nous propose de jouer au Théâtre de la Ville à Paris. Là je me suis dit : avec mon petit plan, qu’est-ce que je vais faire ? En fait, je n’ai rien changé. On a donné Contrastes et Week-end au Paradis, La jeune fille et la mort, aussi. On l’a fait dans un théâtre de 1000 places et là non plus je n’ai rien changé.

Interview réalisée le 15 octobre 2019 à Paris.

A suivre…

Ponctuelle à 21 ans, de la scène à l’agence de conception lumière

Livres

Le temps des flammes, de Christine Richier

Comment éclairait-on un espace scénique avant la lampe à incandescente ? Le temps des flammes de l'éclairagiste Christine Richier. Histoire de la lumière.

En savoir plus...

Penser la lumière, de Dominique Bruguière

Réflexion sur la composition de la lumière à la scène par l'éclairagiste, Dominique Bruguière. Au théâtre, à l'opéra et la danse, Penser la lumière.

En savoir plus...

Éclairage scénique dans ma bibliothèque

Retour aux sources de la carrière professionnelle d'un grand éclairagiste. Éclairage scénique à travers deux ouvrages clefs de sa bibliothèque.

En savoir plus...

Équipe du projet

Concepteur lumière Philippe Mombellet
Chorégraphe Claude Brumachon Maguy Marin Jean-Claude Galotta
Scénographe Numa Sadoul

Poursuivez votre recherche

728x90 Animated
Régis Vasseur
Régis Vasseur
Ex-Directeur technique d’Angers Nantes Opéra. Intervenant au sein du Département scénographie de l’ENSAN de Nantes. Membre de Réditec, Association Professionnelle des Responsables Techniques du Spectacle Vivant.
728x90 Animated
2 Commentaires
Laisser un commentaire
  • Jean-Jacques Ezrati
    Jean-Jacques Ezrati
    19 mai 2020 at 14 h 56 min

    On ressent bien dans tes réponses ce qui nous relie tous dans l’éclairage scénique. Merci Philippe (et Regis)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.