Architecte en association : Jean Rouit 1/6
Previous
ALÉATOIRE
Eclairage des bureaux dans les tours : Jean Rouit 3/6
Next

Lumière naturelle dans les tours : Jean Rouit 2/6

Comment la lumière naturelle s’intègre-t-elle dans les tours ? Point de vue de Jean Rouit, architecte.
par Vincent Laganier14 mai 2013

Vincent Laganier : comment la lumière naturelle s’intègre-t-elle dans les tours ? Point de vue de Jean Rouit, architecte.

Jean Rouit : à l’origine, la première préoccupation des tours, c’était de limiter les apports solaires à l’intérieur pour avoir des bilans énergétiques corrects. À dix ans d’écart, la tour Elf – aujourd’hui, Total Coupole – a divisé par quatre sa consommation électrique par rapport à sa tour voisine Areva. C’était à cause de la lumière. Nous avons utilisé des vitrages avec 11 % de transmission lumineuse seulement !

C’est le fameux dilemme au niveau de la lumière naturelle. En 25 ans, nous avons vu évoluer le facteur solaire des vitrages. Il s’est amélioré de manière spectaculaire de 17 à 50 %. Parallèlement, nous avions des demandes de bureaux de plus en plus profond jusqu’à parfois 10 mètres. Nous pouvons maintenant contrecarrer ce problème de facteur solaire plus facilement.

Vincent Laganier : quel a été le rôle de la réglementation thermique ?

Jean Rouit : avec de la RT 2005-2012, l’éclairage dans le bâtiment est devenu fondamental, un élément du HQE et des cibles à atteindre. C’est un sujet de préoccupation de plus en plus sensible maintenant.

Pour le résoudre, il y a :

  • la hauteur des bureaux qui permet à la lumière d’aller le plus profond possible,
  • les vitrages performants jusqu’à l’extra-clair.

Pour autant on se heurte en France à la réglementation de la double peau parce qu’elle était pénalisante. Très récemment, elle a changé et nous mesurons la surface de plancher. Le problème est que cette double peau est intéressante pour la thermique mais pas pour la lumière…

Tour First, Paris, France Architectes : Kohn Pedersen Fox, SRA Architectes Photo : Jean-Marc Besacier

Tour First, Paris, France
Architectes : Kohn Pedersen Fox, SRA Architectes
Photo : Jean-Marc Besacier

Vincent Laganier : comment avez-vous résolu ce problème pour la tour First à Paris ?

Jean Rouit : pour la tour First, nous avons une fausse double peau, très fine, avec des boucliers au Sud. La tour est beaucoup plus performante ici.

Dans la partie Nord et Nord-est, la façade classique est en simple peau parce qu’il n’y a que moins d’apport solaire de ce côté.

Ainsi, nous jouons de l’orientation de la tour pour limiter les écrans en façade et favoriser la lumière.

         

Lieu

  • Tour First
  • Courbevoie, France

Équipe du projet

Architecte Jean Rouit

ZOOM +

 
Eclairage des bureaux dans les tours : Jean Rouit 3/6
 
Tours de références : Jean Rouit 4/6
 
Américains et les tours : Jean Rouit 5/6
 
Tours en France, maîtres d’ouvrage et activités du bâtiment : Jean Rouit 6/6
 
Architecte en association : Jean Rouit 1/6
 
Tours de grande hauteur : Rencontres Lumière AFE à Lyon
 
Philippe Ramette à Lyon Part-Dieu : la ville vue à 90°

ZOOM -

Poursuivez votre recherche

Sujets Architecture Lumière Vitrage RT 2005 RT 2012 HQE (Haute Qualité Environnementale) Thermique Tour First Paris France Façade Double peau
Effets lumière Lumière naturelle Lumière du jour
Techniques d'éclairage Éclairage intérieur
Professions Architecture
Supports Interview Photo
Fonction du lieu Tour
Source Vincent Laganier Light ZOOM Lumière
728x90 Animated
Vincent Laganier
Vincent Laganier
Architecte diplômé de l'Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Nantes. Rédacteur en chef du portail Light ZOOM Lumière depuis 2012. Auteur de six ouvrages de référence sur la lumière, la ville et le bâtiment. Enseignant en conception lumière à l’ENSA Nantes, en art lumière l'ENSATT Lyon et au projet d'éclairage à l’INSA Lyon.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.