« Le coucher du soleil sur les marais salants » Isabelle Arnaud
Previous
ALÉATOIRE
"La lumière nous inspire" Sharon Stammers et Martin Lupton
Next
728x90 Animated

“La lumière c’est le temps” Laurent Lescop

Architecte, enseignant, chercheur à l'ENSA Nantes et au CRENAU, Laurent Lescop termine son HDR. Interview Pensées lumière.
par Nicolas Houel9 septembre 2015
Nantes, La Loire en Hiver - Photo Laurent Lescop

Nantes, La Loire en Hiver – Photo Laurent Lescop

Qu’est-ce que la lumière pour vous ?

Laurent Lescop : pour moi la lumière c’est le temps. J’adore la mesure en années lumière. Alors que la lumière est partout avec nous, nous prendrions conscience de notre place dans l’univers en disant qu’il nous faut quelques millièmes de seconde-lumière pour aller rendre visite à un ami ! La distance terre-lune est à 1,28 seconde-lumière soit 384 400 km. En interagissant constamment avec l’environnement, la lumière n’est jamais la même, la lumière est le temps infiniment renouvelé.

Nantes, La Loire en Hiver - Photo Laurent Lescop

Nantes, La Loire en Hiver – Photo Laurent Lescop

Quelle est votre première émotion lumière ?

Laurent Lescop : difficile de me souvenir de ma première émotion lumière, mais je peux évoquer l’une de mes dernières émotions due à la lumière : le soleil de minuit en Islande. Voir le soleil frôler la ligne d’horizon, puis remonter lentement pour offrir une nouvelle journée est une sensation unique. A ce moment-là, le paysage se sublime, les visages s’illuminent, chaque objet change de dimension. Lorsque l’on parvient à saisir ces moments en images, on obtient les photos presque irréelles de couleurs, de contrastes et de profondeur.

Nantes, La Loire en Hiver - Photo Laurent Lescop

Nantes, La Loire en Hiver – Photo Laurent Lescop

Quelle est votre sensation lumineuse préférée ?

Laurent Lescop : je dois me demander d’abord ce qu’est une sensation lumineuse ; est-ce une expérience esthétique ou sensorielle, est-ce un souvenir perdu ou une recherche continuelle ?

Je crois que ma sensation lumineuse préférée est celle du réveil le matin, lorsque la nuit a été bonne, que la maison fermée laisse passer quelque part un petit indice concernant l’heure. Ce petit rayon perçant difficilement un volet mal fermé vient-il du réverbère ou d’un rayon solaire ? Son angle, sa couleur ou son intensité me donneront-ils un indice ? C’est le moment où le temps est suspendu à quelques photons…

Nantes, La Loire en Hiver - Photo Laurent Lescop

Nantes, La Loire en Hiver – Photo Laurent Lescop

Quelle est la réalisation lumière la plus aboutie pour vous ?

Laurent Lescop : je vais répondre que c’est un film. J’ai revu dernièrement « la nuit du chasseur » et ai été fasciné par le traitement de la lumière. C’est une œuvre en noir et blanc de Charles Laughton, son seul vrai film d’ailleurs en tant que réalisateur. La photographie est de Stanley Cortez qui réalise une stupéfiante description de la nuit. Décrire la nuit reste un exercice complexe, forcément surréaliste. Cortez va travailler la vision scotopique par contraste et détachement, il va, à la manière de la théorie de la Gestalt, jouer du fond et de la forme, faisant passer les sujets alternativement de l’un à l’autre. Les images de “la nuit du chasseur”  inspireront de nombreuses réalisations futures.

Qu’est-ce que la lumière ne fait pas encore et que vous aimeriez qu’elle fasse à l’avenir ?

Laurent Lescop : je reformulerais la question autrement en cherchant à définir ce que l’on ne fait pas encore (assez) avec la lumière. De mon point d’observation, je trouve que l’on n’a pas encore réussi à expliquer à tout un chacun l’importance d’un bon éclairage chez soi. Les concepteurs ne sont pas assez entendus, consultés et invités.

Nantes, La Loire en Hiver - Photo Laurent Lescop

Nantes, La Loire en Hiver – Photo Laurent Lescop

Au nom de soi-disant considérations énergétiques, on va détériorer des lieux de vie, de travail ou de loisir. Il faudrait pouvoir vraiment travailler la question en montrant que les économies ne passent pas forcément par des matériels bas de gamme, mais par des pratiques et des organisations bien pensées. Nous allons y travailler dans la formation des architectes, mais ce ne sera qu’un photon dans la nuit de l’ignorance. (Je ne peux pas parler de goutte d’eau ici).

Nantes, La Loire en Hiver - Photo Laurent Lescop

Nantes, La Loire en Hiver – Photo Laurent Lescop

Quelle personnalité de la lumière est la plus inspirante ?

Laurent Lescop : c’est le dieu soleil. Il a plusieurs noms, il travaille à travers le monde et offre à tous des bénéfices extraordinaires. Il offre la vie, l’énergie et un plaisir esthétique sans cesse renouvelé. On note et transcrit ses réalisations depuis toujours et on cherche même à construire en fonction de ce que sa créativité traduira… je crois également qu’il travaille gratuitement !!

Nantes, La Loire en Hiver - Photo Laurent Lescop

Nantes, La Loire en Hiver – Photo Laurent Lescop

Quel est votre objet lumineux préféré ?

Laurent Lescop : il y a beaucoup de projets que j’aime, j’ai été fasciné par la proposition, somme toute classique mais tellement bien réalisée, d’Anila Quayyaum Agha, ou par Daan Roosegaarde, peut-être parce que je fais du vélo ou parce que la peinture reste pour moi une source d’inspiration première. Le Caravage me demeure fascinant, Turner, Monet, Caillebotte, Friedrich et au-dessus de tous, Vermeer.

Nantes, La Loire en Hiver - Photo Laurent Lescop

Nantes, La Loire en Hiver – Photo Laurent Lescop

J’aime beaucoup également les artistes de la lumière, rangés dans la catégorie des artistes numériques, tels qu’Adrien Mondot et Claire Bardainne, ou ce qu’a réalisé Alain Thomas à Nantes dernièrement sur la façade de la cathédrale. Nous pourrions énumérer longtemps et oublier perpétuellement des noms, disons que ce qui fait corps ou ensemble dans tout cela, c’est la transfiguration de l’espace, quand la géométrie physique cède la place à la géométrie lumineuse.

Nantes, La Loire en Hiver - Photo Laurent Lescop

Nantes, La Loire en Hiver – Photo Laurent Lescop

Quelle est votre source de lumière idéale ?

Laurent Lescop : ma source de lumière idéale est celle du soleil d’hiver en fin de journée. Lorsque le temps est clair, il y a de magnifiques contrastes entre les parties éclairées avec des valeurs très chaudes et les parties ombrées aux tonalités froides.

Nantes, La Loire en Hiver - Photo Laurent Lescop

Nantes, La Loire en Hiver – Photo Laurent Lescop

Lorsque la journée a été belle, le paysage, qu’il soit urbain ou naturel, devient incroyablement net et précis, chaque détail est sculpté, ciselé, d’un relief incomparable. Les ombres donnent une profondeur quasi infinie aux perspectives.

La lumière de l’aube produit également des scènes rares pour peu qu’une brume basse vienne troubler notre regard. Quelques toiles gelées viennent perler sous les premiers rayons. Comment ne pas être ému ?

Lieu

  • ENSA Nantes
  • Nantes, France

Équipe du projet

Architecte Laurent Lescop

Équipe artistique

Réalisateur Charles Laughton
Chef opérateur Stanley Cortez
Plasticien lumière Anila Quayyaum Agha Daan Roosegaarde
Artiste Adrien Mondot
Créateur numérique Claire Bardainne

ZOOM +

 
Skedanoz 2015 à Carnac
 
« Paysage de lumière », un workshop international à Nantes
 
Bravo : 1ère formation continue « Conception Lumière Durable » à Nantes
 
6 conférences Concepteurs lumière en France

ZOOM -

Poursuivez votre recherche

Sujets Interview Pensées lumière HDR Temps Environnement Vitesse Islande Ambiance lumineuse Sensation lumineuse La nuit du chasseur Gestalt Conception lumière Formation éclairage lumière Soleil Le Caravage Paysage Lumière Ombre
Effets lumière Lumière du jour
Techniques d'éclairage Éclairage naturel
Professions Architecte Enseignant Chercheur
Supports Texte Photo
Source Nicolas Houel Light ZOOM Lumière
728x90 Animated
Nicolas Houel
Nicolas Houel
Diplômé de l'école nationale supérieure d'architecture de Nantes, il s'est d'abord intéressé à la lumière au travers d'illustrations architecturales, élaborant ses compositions avec ce sujet comme élément fondateur. Porté par les valeurs de complémentarité et de pluridisciplinarité, il puise dans des champs disciplinaires variés ses réflexions sur les usages de la lumière, contemporains et prospectifs.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.