Impression 3D, état des lieux des usages dans l’éclairage
Previous
ALÉATOIRE
Découverte de la transmission optique extraordinaire
Next

Trame noire du Grand Annecy : étapes méthodologiques

Conception à grande échelle de la trame noire du Grand Annecy. Étapes méthodologiques de Mathias Schaal, Berest, et Jean-Baptiste Guerlesquin.
par Vincent Laganier1 octobre 2019

Comment élaborer une trame noire à grande échelle ? Lauréats co-traitants de l’appel d’offre pour la conception de la stratégie lumière du Grand Annecy :

ont été missionnés par le Syane. Après l’orthophotographie nocturne du Grand Annecy réalisée, voici les étapes méthodologiques de la trame noire du Grand Annecy.

Armature de la trame noire – Zone A

S’appuyant sur le Projet d’Aménagement et de Développement Durable (PADD) du bassin annecien, « nous sommes partis de la trame verte et bleue du Grand Annecy pour constituer la trame noire qui est un élément fondateur de la stratégie lumière du Grand Annecy » explique Mathias Schaal, éclairagiste chez Berest. « Nous avons identifié ses caractéristiques, essayé de saisir l’importance de chaque espace naturel dans le fonctionnement écologique du territoire à plus grande échelle, en s’appuyant sur l’efficacité des corridors écologiques régionaux et en identifiant les causes de la fragmentation de l’habitat des espèces. En bref, nous n’avons pas inventé une autre stratégie, mais nous avons simplement voulu renforcer l’efficacité de la trame verte et bleue confrontée aux nuisances nocturnes de l’éclairage extérieur ».

Trois éléments constituent alors l’armature de la trame noire du Grand Annecy. Il s’agit des :

  1. corridors d’importante régionale,
  2. réservoirs de biodiversité,
  3. cours d’eau d’intérêt écologique.

Corridors d’importance régionale

« En premier lieu, nous avons recensé les corridors d’importance régionale qui favorisent les échanges de populations entre les grands réservoirs de biodiversité du Grand Annecy et des parcs naturels régionaux et nationaux. C’est un maillage à l’échelle macro, une sorte de réseaux d’autoroutes, mais pour la biodiversité ».

« Nous avons inventorié un grand nombre d’espèces migratoires. Puis nous avons localisé leur habitat naturel et leurs déplacements migratoires dans le sens nord-sud ».

Grands réservoirs de biodiversité

« Le Grand Annecy englobe des réservoirs de biodiversité de première importance », poursuit Mathias Schaal. « Dans la phase diagnostic, nous avons aussi réalisé un recensement des lieux habités par les espèces les plus menacés. C’est le cas des oiseaux nicheurs, par exemple, autour du lac d’Annecy ».

Carte armature de la trame noire - zone A - Bureaux d'études éclairage : Berest et Jean-Baptiste Guerlesquin © Grand Annecy - Syane

Carte armature de la trame noire – zone A – Bureaux d’études éclairage : Berest et Jean-Baptiste Guerlesquin © Grand Annecy – Syane

Cours d’eau d’intérêt écologique

« Ensuite, nous avons additionné la trame bleue, c’est-à-dire les cours d’eaux qui ont une fonction écologique. Le lac d’Annecy n’a qu’un seul exutoire, le Thiou qui se déverse dans le Fier puis le Rhône. Pour les environnementalistes, les espèces aquatiques à préserver y sont de première importance ».

Perméabilité obscure – Zone B

« L’idée de perméabilité obscure est un peu ambiguë » décrit Schaal. « Elle doit permettre aux espèces animales de se “frayer un passage” dans des espaces plus urbanisés qui présentent de nombreux obstacles aux déplacements. L’éclairage urbain peut constituer une barrière alors que plus de 50% des espèces vivantes sont nocturnes. Autres impacts de l’éclairage sur les écosystèmes, ce sont les modifications de comportements aux moments de prédation, aux crépuscules du soir et le matin, où se rencontrent et se chassent les espèces diurnes et nocturnes ».

« Il s’agit de permettre un maillage plus resserré à travers les territoires urbanisés en direction d’autres réservoirs de biodiversité. Donc pour parvenir à cette perméabilité, nous avons inventorié les :

  1. zones humides,
  2. continuités écologiques fonctionnelles,
  3. grands espaces agricoles à fonction écologique ».

L’ensemble constitue une zone B de perméabilité obscure. « À l’échelle du territoire, cette zone représente environ 60% de la surface totale, d’où l’importance de travailler à plus grande échelle et de ne pas se focaliser aux limites cadastrales d’une ville ou d’une commune » synthétise Schaal.

Carte des zones A et B - Bureaux d’études éclairage : Berest et Jean-Baptiste Guerlesquin © Grand Annecy - Syane

Carte des zones A et B – Bureaux d’études éclairage : Berest et Jean-Baptiste Guerlesquin © Grand Annecy – Syane

Conflits nature et usages urbains

En dernier lieu, « nous avons répertorié les zones où le développement urbain est entré en conflit avec les milieux naturels, c’est-à-dire tous les points durs entre la trame verte et bleue et l’urbanisme, et plus particulièrement l’éclairage » explique Schaal. « Nous avons classifié ces zones par fonction urbaine et demandé aux membres des groupes de travail de formuler des propositions techniques d’éclairage applicables à l’ensemble du territoire du Grand Annecy ».

Carte des conflits nature et usages urbains nocturnes - Bureaux d'études éclairage : Berest et Jean-Baptiste Guerlesquin © Grand Annecy - Syane

Carte des conflits nature et usages urbains nocturnes – Bureaux d’études éclairage : Berest et Jean-Baptiste Guerlesquin © Grand Annecy – Syane

« Pour cette étude, nous les avons différencié ainsi :

  • franchissements et obstacles aux continuités,
  • centres villes et polarités urbaines,
  • secteurs industriels ou commerciaux,
  • zones résidentielles densité moyenne ou élevée,
  • espaces ruraux et hameaux.

Nous ne disons pas aux élus qu’il faut éteindre l’éclairage public. Nous leur disons que ces espaces peuvent être traités de manière différenciée ».

Corridors biologiques et trames noires

Avant d’aborder la trame noire du Grand Annecy, le Syane a organisé une conférence avec le Muséum d’histoire naturel de Genève et Yves Bertheau, chercheur en écologie, aménagement et biodiversité en milieu urbain. Il a participé à la mise en place des corridors biologiques pour le Grand Genève.

« Actuellement, l’essentiel des actions en faveur de l’obscurité nocturne écologique (et non économique) se localise à proximité des parcs naturels qui abritent, dans la réglementation et en pratique, les plus grands réservoirs de biodiversité du pays. Les corridors écologiques font les liens vers les villes, qui se doivent d’apporter davantage de moyens et d’énergie pour revitaliser les écosystèmes des milieux urbains » conclut Schaal.

Approfondir le sujet

Équipe du projet

Maîtrise d'ouvrage Grand Annecy
Maître d'ouvrage délégué Syane
Bureau d'études techniques Berest Mathias Schaal
Concepteur lumière Jean-Baptiste Guerlesquin
Laboratoire de recherche Muséum d’histoire naturel de Genève
Chercheur Yves Bertheau

Lieu

  • Grand Annecy
  • Annecy, France

Poursuivez votre recherche

Sujets Trame noire Trame noire du Grand Annecy Méthodologie Stratégie lumière du Grand Annecy Urbanisme nocturne Grande échelle Réservoir biodiversité Corridor écologique Trame verte Trame bleue Nuisance lumineuse Intérêt écologique Cours eau Lac Annecy Perméabilité obscure Conflits nature Usage urbain Urbanisme Obscurité nocturne Biodiversité
Effets lumière Lumière blanche
Techniques d'éclairage Éclairage extérieur
Professions Bureau d'études Concepteur lumière
Supports Texte Plan
Fonction du lieu Métropole
Source Vincent Laganier Light ZOOM Lumière
728x90 Animated
Vincent Laganier
Vincent Laganier
Architecte diplômé de l'Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Nantes. Rédacteur en chef du portail Light ZOOM Lumière depuis 2012. Auteur de six ouvrages de référence sur la lumière, la ville et le bâtiment. Enseignant en éclairage à l’ENSA Nantes, au Pôle Atlantique et au Campus Lumière de Lyon.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.