Appels d'offre lumière et éclairage en octobre
Previous
ALÉATOIRE
Le Palais des congrès de Paris recevra PLDC 2017
Next
728x90 Animated

La danseuse Loïe Fuller, première éclairagiste en scène ?

Pourquoi connaissons-nous encore Loïe Fueller et son travail pour un éclairage scénique moderne en France ? Le film, ses mémoires et ses brevets d’invention.
par Vincent Laganier17 octobre 2016

La danseuse : le film sur Loïe Fuller

La Danseuse, c’est le film de Stéphanie de Giusto. Soko y joue le rôle de Loïe Fuller, la danseuse, avec conviction. Benoît Debie en assure la direction de la photographie tout en nuances. Le film a été présenté au Festival de Cannes 2016 avec succès. C’était dans la section Un Certain Regard.

Dans le souci du détail, le film présente la persévérance d’une artiste complète, véritable première créatrice lumière et éclairagiste de la Belle époque. Il faut se soucier de « la taille du filament des lampes » pour parvenir au meilleur effet lumineux, rappelle-t-elle dans un dialogue du film à l’Opéra de Paris.

La Danseuse, 2016 - Réalisatrice : Stéphanie de Giusto - Loie Fuller, la danseuse : Soko - Direction de la photographie : Benoit Debie - Image du film

La Danseuse, 2016 – Réalisatrice : Stéphanie de Giusto – Loie Fuller, la danseuse : Soko – Direction de la photographie : Benoit Debie – Image du film

Avec les débuts de l’électrification des théâtres et profitant des découvertes scientifiques, Loïe Fueller va imaginer des dispositifs scéniques et lumineux dans lesquels la danseuse devient « le papillon ». Ses bras sont prolongés de bâtons en bambou recouverts d’un voile de soie blanche. Avec ses mouvements rapides et synchronisés dans l’air, le corps de la danseuse disparaît en scène pour ne laisser apparaître qu’un spectre.

La colorimétrie et les variations de couleurs font aussi partie du spectacle aux Folies Bergères. Dansant sur une plaque de verre, les projecteurs placés sous elle et des faisceaux latéraux actionnés par jusqu’à plus de 40 électriciens sont parfois nécessaires pour la performance. Un effet de lévitation, aérien et métaphorique renforcé par la musique classique, dramatise l’impact visuel pour le spectateur.

Montrant l’envers du décor, de la conception du spectacle à la représentation sur scène en passant par les répétitions, de sa relation au corps et tout en adaptant sa vie privée pour le cinéma, le film permet de mieux comprendre comment cette créatrice d’un art total a réussi à la fin du XIXe siècle aux États-Unis, puis en France. Le film montre aussi l’impact de ses performances physiques et esthétiques sur sa santé, tant sur son corps que sur sa vision et ses yeux, dû à la puissance des éclairages éblouissants pour la danseuse.

La Danseuse, 2016 - Réalisatrice : Stéphanie de Giusto - Loie Fuller, la danseuse : Soko - Direction de la photographie : Benoit Debie - Image du film

La Danseuse, 2016 – Réalisatrice : Stéphanie de Giusto – Loie Fuller, la danseuse : Soko – Direction de la photographie : Benoit Debie – Image du film

En bref, un film à voir pour son côté historique de l’art de la danse, la performance scénique, l’art lumière sous l’œil du cadrage cinématographique.

Mémoires de Loïe Fuller

Loïe Fuller a publié ses Mémoires en 1908. Elle tombe dans l’oubli jusqu’en 1994. Date à laquelle Giovanni Lista, historien et critique d’art italien vivant à Paris, lui consacre un essai biographique approfondi.

Loïe Fuller, danseuse de la Belle Époque

D’abord édité chez Stock-Somogy en 1994, la nouvelle édition chez Hermann en 2007 est revue et augmentée d’un nouveau chapitre sur le cinéma. L’ouvrage de 680 pages possède une richesse iconographique rare.

Loie Fuller, danseuse de la Belle Epoque, Giovanni Lista © Hermann Danse

  • Broché: 680 pages
  • Éditeur : Éditions Hermann
  • Collection : Hermann Danse
bouton-achetez_chez_amazon_fr bouton-achetez_chez_fnac_com

Ma Vie et la danse, Loïe Fuller

Les mémoires de Loïe Fuller rééditées en 2002 par Giovanni Lista, avec d’autres textes inédits.

Ma vie et la danse, ecrits sur la danse, Loie Fuller © L-oeil d-Or

  • Broché: 177 pages
  • Éditeur : L’ Œil d’Or
  • Collection : Mémoires & Miroirs
bouton-achetez_chez_amazon_fr bouton-achetez_chez_fnac_com

Brevets de Loïe Fuller

Comme un ingénieur, Loïe Fuller se méfie des imitations. Dès 1892, aux États-Unis et en France, elle fait enregistrer des brevets. Objectif : protéger ses inventions.

  • Combinaison de robe destinée à la danse théâtrale.
  • Baguettes à pointe courbe afin d‘éviter tout effet de ligne brisée du voile.
  • Nouveau genre de mise en scène avec illusion d’optique destinée à la danse théâtrale.
  • Sels phosphorescents qu’elle élabore elle-même et applique sur ses costumes.
  • Décoration théâtrale composée de murailles blanches garnies de pierres à facettes.
  • Systèmes complexes de glaces qui reproduisent à l’infini ses danses.
  • Glaces longues et étroites qui donnent au fond et au plafond cintré une forme polygonale.
La Danseuse, 2016 - Réalisatrice : Stéphanie de Giusto - Loie Fuller, la danseuse : Soko - Direction de la photographie : Benoit Debie - Image du film

La Danseuse, 2016 – Réalisatrice : Stéphanie de Giusto – Loie Fuller, la danseuse : Soko – Direction de la photographie : Benoit Debie – Image du film

Au total, dix brevets et copyright, principalement reliés à ses accessoires, aux dispositifs d’éclairage et de projecteurs de diapositive peintes sur verre.

Alors, Loïe Fuller, première éclairagiste en scène ?

Poursuivez votre recherche

Sujets La danseuse Loïe Fuller France Scène Scénographie Mémoires Brevet Invention Film Stéphanie de Giusto Soko Benoît Debie Festival de Cannes Belle époque Folies Bergères Opéra de Paris Électrification Dispositif scénographique Danse Voile de soie Spectacle Colorimétrie Faisceau États-Unis Performance Art lumière Livre
Effets lumière Lumière colorée Lumière latérale Lumière en contre-plongée
Techniques d'éclairage Éclairage scénique
Professions Éclairagiste Créateur lumière Directeur de la photographie Réalisateur Électricien
Supports Texte Photo Vidéo
Fonction du lieu Théâtre
Source Vincent Laganier Light ZOOM Lumière

ZOOM -

Lieu

  • Palais des Festivals
  • Cannes, France
Vincent Laganier
Vincent Laganier
Architecte diplômé de l'Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Nantes. Rédacteur en chef du portail Light ZOOM Lumière depuis 2012. Auteur de six ouvrages de référence sur la lumière, la ville et le bâtiment. Enseignant en éclairage à l’ENSA Nantes et l’INSA Lyon.
728x90 Animated

Laisser un commentaire