"Le Salut au Soleil" de Nikola Bašić à Zadar, Croatie
Previous
ALÉATOIRE
KaDeWe et Licht Kunst Licht, ou l'éclairage contemporain du prêt à porter
Next
728x90 Animated

Voronia de Marcos Morau, lumière réaliste en scène

Prix national de la danse 2013 en Espagne, Marcos Morau et La Veronal fondent une chorégraphie atypique au Grand T de Nantes. Scénographie et lumière.
par Vincent Laganier26 mai 2017

Dès l’accès à la salle, l’atmosphère baigne dans une fumée d’encens. Au plateau, un tapis de velours rouge clean. Sur scène, un rideau gris de cour à jardin. Au-dessus de lui, un épitaphe en latin : « in girum imus nocte ecce et consumimur igni ». En français : « nous tournons en rond dans nuit et sommes dévorés par le feu ». Le décor est planté.

Voronia de Marcos Morau et La Veronal – Tanz im August, Berlin, Allemagne © Vitali Wagner

Chorégraphie syncopée

Sous forme métaphorique avec un ascenseur derrière le rideau gris, le chorégraphe et directeur de la compagnie La Veronal, Marcos Morau, crée des tableaux énigmatiques. D’après le pitch du spectacle, il nous fait explorer, à sa manière, « la plus profonde grotte du Causasse, Krubera-Voronya, la grotte du Corbeau. Entre le fantastique de David Lynch, le surréalisme de Luis Buñuel, la danse-théâtre de Pina Bausch », il s’agit de pénétrer les mystères humains de la cavité. Où sont le bien et le mal dans l’existence ? Quelle posture est tenable dans notre société ?

Voronia de Marcos Morau et La Veronal – Tanz im August, Berlin, Allemagne © Vitali Wagner

Empreinte de symboles du christianisme, tant dans les costumes en noir et blanc, dans l’occupation de la scène que dans la musique à la viole ou les chœurs d’églises, la chorégraphie n’en est pas moins troublante. La danse est syncopée, démembrée, comme si les danseurs étaient handicapés. On prend peine pour eux…

Voronia de Marcos Morau et La Veronal, Espagne © Edu Pérez

Lumière crue en profondeur

Sur le velours rouge, des faisceaux flous éclairent le centre du plateau d’un blanc froid latéral haut. La lumière d’Albert Faura est souvent axée et symétrique pour les solos et les duos. Cet éclairage cru accentue l’impression de profondeur tout en écrasant les danseurs.

Pour plusieurs tableaux, le plateau est éclairé en trois points depuis une même perche, toujours en latéral haut blanc froid. Certains utilisent même la douche pour dramatiser un peu plus l’action.

Voronia de Marcos Morau et La Veronal – Tanz im August, Berlin, Allemagne © Vitali Wagner

D’autres jouent du contre-jour sur les danseurs uniquement ou de l’effet de silhouette, le rideau gris étant alors éclairé des coulisses de manière frisante sans autre source de lumière d’ailleurs.

Moments scénographiques

Deus ex machina, comme des apparitions du fond de la scène, des moments scéniques sont en suspension dans l’air. Des cages s’ouvrent ou avancent sur le plateau :

  • la salle d’opération en cours dans la lumière puissante d’un stéthoscope tout à fait médical,
  • la cage de verre de l’enfant où seuls deux tubes fluo bleutés sont placés à l’intérieur.

Une scénographie en séquence cinématographique de Voronia réussie d’Enric Planas et de La Veronal.

Voronia de Marcos Morau et La Veronal, Grec 2015 Festival de Barcelona, Espagne © Josep Aznar

Enfin, l’ascenseur s’ouvre sur une table blanche dressée avec 12 couverts et des roses blanches. Tels la Scène christique, plusieurs tableaux se succèdent. L’ouverture sur l’intérieur de l’ascenseur contraste avec l’action scénique, soit par absorption des danseurs, soit par un aperçu sur un événement comme un instantané.

Voronia de Marcos Morau et La Veronal – Grec 2015 Festival de Barcelona, Espagne © Josep Aznar

Son capté in-situ

La captation in-situ du son des claps dans les mains des danseurs par Marcelo Lastra en cinq points en avant-scène fait aussi partie de la mise en scène. Avec un effet d’écho stéréoscopique dans la salle, c’est une façon magistralement contemporaine de donner l’impression de la grotte du Cordeau au Grand T de Nantes. Une co-réalisation avec le lieu unique. Vive le spectacle vivant !

Lieu

  • Grand T
  • Nantes, France

Équipe artistique

Mise en scène Marcos Morau
Chorégraphe Marcos Morau
Dramaturgie Roberto Fratini Pablo Gisbert El Conde de Torrefiel
Danseurs Lorena Nogal Manuel Rodríguez Marina Rodríguez Jon López Shay Partush Joaquín Collado Sau-Ching Wong
Figurants Antoine Tulli Arthur Veneau Claude Legoeuil Jean-Charles Bernard Joachim Ciocca Pierre Bedouet Stéphane Bazoge Timothée Le Roy Xavier Normand
Scénographe La Veronal Enric Planas
Créateur lumière Albert Faura
Environnement sonore Marcelo Lastra
Régisseur général Bernat Jansà

Poursuivez votre recherche

Sujets Voronia Marcos Morau Chorégraphie Scénographie Conception lumière Symbolique Christianisme Velour rouge Rideau gris Salle d'opération Ascenseur Action scénique Danseur Son Grotte du Cordeau Causasse Krubera-Voronya David Lynch Luis Buñuel Pina Bausch
Effets lumière Lumière en plongée
Techniques d'éclairage Éclairage scénique
Professions Chorégraphe Créateur lumière Scénographe
Supports Texte Photo
Fonction du lieu Spectacle
Source Vincent Laganier Light ZOOM Lumière
728x90 Animated
Vincent Laganier
Vincent Laganier

Architecte diplômé de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Nantes. Rédacteur en chef du portail Light ZOOM Lumière depuis 2012. Auteur de six ouvrages de référence sur la lumière, la ville et le bâtiment. Enseignant en conception lumière à l’ENSA Nantes, en photographie l’ENSA Strasbourg, en art lumière l’ENSATT Lyon et au projet d’éclairage à l’INSA Lyon.

728x90 Animated

Laisser un commentaire