Interview

De vitrailliste à maître verrier, parcours du métier de Cyril Gouty

Cyril Gouty est maître verrier. Retour sur son parcours, la formation de vitrailliste en France et les caractéristiques du métier.
15 février 2022

Qu’est-ce qu’un maître verrier ?

Cyril Gouty : il n’y a pas un fondateur qui arrive avec une cape et qui nous anoblit. « Maître verrier » est un titre que l’on se donne. Les critères sont simples : avoir minimum dix ans d’expérience et avoir travaillé pour des chantiers prestigieux ou alors, avoir fait ce que l’on appelle des « chefs-d’œuvre ». Dans la mesure où j’ai travaillé pour la collégiale de Lamballe, une chapelle à Chartres et les quatre coupoles du Petit Palais à Paris, j’ai eu la possibilité de devenir « maître verrier ». Avant ces étapes-là, on est « vitrailliste ».

Cormeilles, France – atelier de vitrail avec un panneau à plat – Atelier Gouty © Maxime Brunois

 

 

Pas de confrérie pour les verriers alors ?

Cyril Gouty : il s’avère qu’après la Seconde Guerre mondiale, il restait à peine cinq maîtres verriers qui faisaient le compagnonnage et le tour de France. Seulement, c’était un métier qui était secret. Après leur disparition, les grosses entreprises ont continué un certain travail tout en délaissant un savoir-faire. La jeune génération du XXe et XXIe siècle a essayé de retrouver des techniques ancestrales dans les vieilles recettes : feuilleter les vieux grimoires pour pouvoir retravailler comme à l’époque, puisque le XIXe siècle a été le grand apogée du vitrail.

Cormeilles, France – vitrail du portrait avec de la végétation peinte avec armature en plomb – Atelier Gouty © Maxime Brunois

Comment devient-on vitrailliste ?

Cyril Gouty : le premier chemin est le cursus des Beaux-Arts. C’est dans le cinquième arrondissement de Paris, au lycée Lucas-de-Nehou, près du Jardin du Luxembourg. Il n’y a qu’un seul établissement en France pour obtenir les diplômes suivants qui sont le CAP et le Brevet des métiers d’art. Après, à l’école Boulle, il y a aussi une section qui s’appelle le DMA (le Diplôme des métiers d’art).

Le second chemin est celui de l’apprentissage. Alors là, il y a trois endroits en France : du côté de Moulins, du côté de Tourcoing et en Alsace avec le Cerfav à Vannes-le-Châtel. Pour l’apprentissage, il faut compter entre quatre et six ans si on veut avoir les diplômes et la formation chez le patron. Et pour le cursus des Beaux-Arts, cela peut monter jusqu’à huit ans d’école. Je dirais même jusqu’à neuf ans si on pousse le vice jusqu’à faire une année de peinture sur verre.

Cormeilles, France – main banc couleur verre pinceau – Atelier Gouty © artefacteur

Quelles sont les qualités requises selon vous ?

Cyril Gouty : j’ai choisi ce métier parce qu’il est très complémentaire et très diversifié. On peut avoir des personnes qui viennent en vitrail et qui ne savent absolument pas dessiner mais qui sont très manuelles. Et puis, il y en a d’autres qui auront l’âme artistique. Ceux qui savent dessiner ou peindre sur le verre sont plutôt dans la partie maître verrier/peintre sur verre. Et dans tout ce que je viens d’évoquer, on peut avoir des compléments pour l’un et pour l’autre, à savoir poser des vitraux. On n’en parle pas souvent, mais c’est aussi un métier de savoir déposer et poser des vitraux en édifice. Il va falloir travailler le métal, la pierre, le bois et nous, notre domaine : le verre. C’est ce qui est assez fantastique dans notre métier, on touche vraiment à toutes les matières.

Cormeilles, France – restauration vitrail Normandie plomb bois – Atelier Gouty © Atelier Gouty

 

 

À suivre…

Maître verrier, alchimiste de la couleur et du verre plat

Approfondir le sujet

Photo en tête de l’article : Cyril Gouty, vitrailliste à maître verrier – portrait © Atelier Gouty

Poursuivez votre recherche

Sujets Vitrail Beaux-Arts Certificat d'Aptitude Professionnelle Brevet des Métiers d'Art Diplôme des Métiers d'Art École Boulle Apprentissage Entreprise Atelier artiste Chantier
Effets lumière Lumière du jour Lumière diffuse Lumière de rêve Lumière colorée Lumière de face Lumière en plongée
Techniques d'éclairage Éclairage naturel Éclairage intérieur Éclairage décoratif
Professions Verrier Vitrailliste Maître verrier
Supports Texte Photo 2D Verre Dessin Peinture
Fonction du lieu Atelier École Lycée
Source Maxime Brunois Light ZOOM Lumière
Étudiant en master à l’École d’architecture de la ville et des territoires Paris-Est, après avoir effectué un BTS Design d’Espace à l’ESAA Duperré, où il anime parfois des ateliers. Stagiaire au sein des agences 8'18", Concepto, TVK et ON pendant plusieurs mois. Il a contribué à l’ouvrage de l’ACE aux Éditions du Moniteur, Places du Grand Paris, pour la Société du Grand Paris, et traduit un texte de Gerhard Auer intitulé Vivre la sobriété en éclairage, aux éditions Light ZOOM Lumière.
  • Merci Maxime de nous fait découvrir ce métier, trop méconnu, dont les auteurs illuminent pourtant au quotidien notre patrimoine (églises et autres bâtiments ! …)

  • Très bel article …un métier passion peu connu mais essentiel pour la préservation de notre patrimoine…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lieu

  • Atelier Gouty
  • Cormeilles, France

Livres

Joseph Hiriart, architecte de la lumière

Joseph Hiriart, architecte de la lumière

Architectures privées, architectures religieuses, bâtiments publics, de Joseph Hiriart, un architecte basque oublié. Ouvrage autour de la lumière naturelle et du vitrail de ses réalisations.

En savoir plus...

Lumière, dans l'art contemporain, de Céline Delavaux

Du soleil au spectacle, Céline Delavaux dresse un parcours de la lumière dans l'art contemporain. Un livre tous publics.

En savoir plus...

La “lumière vivante” de Gerard Auer, traduit par Maxime Brunois

Qu’est-ce que la lumière vivante ? En architecture et dans l’habitat, Gerard Auer en donne une explication dans son essai.

En savoir plus...