Température de couleur
Previous
ALÉATOIRE

Indice de rendu des couleurs

Qu'est-ce que l'indice de rendu des couleurs - IRC ? Méthode CIE des « couleurs tests ». Méthodes IES TM 30-15, IES TM 30-18 et CQS. Définitions.
par Maxime Van Der Ham16 mai 2019

L’indice de rendu des couleurs dit “IRC” est une notion très importante. Elle va qualifier l’aptitude d’une source lumineuse à rendre compte des couleurs.

L’indice de rendu des couleurs est défini au niveau international par l’IEC :

« évaluation quantitative du degré d’accord entre la couleur psychophysique d’un objet éclairé par l’illuminant en essai et celle du même objet éclairé par l’illuminant de référence, l’état d’adaptation chromatique ayant été correctement pris en compte ».

Indice de rendu des couleurs, définition IEC, n°845-02-61

Pour être précis, l’IRC, Indice de Rendu des Couleurs, ou CRI, en anglais Color Rendering Index, est une moyenne de plusieurs rendus des couleurs.

Méthode CIE des « couleurs tests »

Avec la méthode CIE des « couleurs tests », CIE 13.2-1974 et CIE 13.3-1995, plusieurs tests sont effectués sur des couleurs préétablies (15) : il est obtenu alors 15 valeurs pour la source étudiée.

Ensuite, la moyenne des 8 premières couleurs composera l’IRC, Afnor FD X08-018. Les 7 dernières couleurs pourront alors donner un IRC spécifique. Jusqu’à 5000 K, la source lumineuse de référence (étalon de notation) sera choisie selon le lieu de corps noir (lien Température de couleur). Ces couleurs sont les suivantes.

Test des couleurs pour le calcul du rendu des couleurs IRC © Hortilux

Voici par exemple ce que donnent les 15 valeurs mesurées sur une source LED : concrètement, l’indice ne prendra pas en compte dans sa moyenne le mauvais rendu pour la couleur R9 (Rouge)

IRC 3000 K et 5000 K © Nichia

Méthode IES TM 30-15 et IES TM 30-18

Dans l’article de Benoit Bataillou, l’indice de rendu des couleurs est-il suffisant ?, il était question de l’indice de l’Illuminating Engineering Society : IES TM 30-15.

Pour rappel : les bouleversements engendrés par les LED (spectres continus) ont pour conséquence de bousculer cet indice traditionnel et historique. Nous pourrons alors prendre en compte l’indice IES TM 30-18 : 99 échantillons pris en compte dans le calcul contre 8 en IRC, sources de références continues suivant les températures, représentation graphique des résultats…

Les 99 échantillons de couleurs sont répartis dans plusieurs catégories : nature, peau, textile, peinture, etc. Les voici.

Test des couleurs pour le calcul du rendu des couleurs TM-30-15 © US department of Energy – SSL technology fact sheet

Cet indice permet d’en déduire plusieurs sous indices comme par exemple : Rf “skin” : indice de fidélité de la peau, Rg : indice de Gamut (Saturation), ou encore Rf : indice de fidélité de rendu chromatique.

Voici un exemple de rendu :

Rendu (Rf) sur 99 couleurs avec la méthode IES TM-30 © Flexfire LEDs

L’indice IES TM 30-18 est une révision récente (fin 2018) de l’indice IES TM 30-15 (quelques modifications mineures).

Méthode CQS : Color Quality Scale

Une dernière méthode, baptisée CQS, a été développé par le NIST, National Institute of Standards and Technology aux États-Unis.

Cette méthode est basée sur 15 échantillons de couleur avec des saturations plus élevées.

Voici un exemple de résultat :

Rendu des couleurs sur 15 échantillons avec des saturations plus élevées selon la méthode CQS © Flexfire LEDs

À noter enfin que le fascicule Afnor FD X08-018 propose lui aussi diverses améliorations quant à la mesure de l’IRC.

Approfondir le sujet

Équipe du projet

Association CIE IES NIST

Poursuivez votre recherche

Sujets Indice de rendu des couleurs IRC TM 30-15 TM 30-18 Color Quality Scale CQS Rendu des couleurs TM-30 Colorimétrie Reproduction des couleurs Distorsion chromatique Éclairage Lumière Qualité éclairage Mesure Méthodologie Couleur
Effets lumière Lumière blanche
Techniques d'éclairage Éclairage intérieur Éclairage extérieur Éclairage LED
Supports Texte Dessin Graphique
Source Maxime Van Der Ham Light ZOOM Lumière
728x90 Animated
Maxime Van Der Ham
Maxime Van Der Ham
Directeur général de Société architecture réseaux SARESE, cabinet d’ingénierie en réseaux secs fondé en 1993, spécialiste en éclairage extérieur. Assistance à maîtrise d’ouvrage, bureau d’études, maîtrise d’œuvre et formations. Expert AFNOR de la commission U17 et membre du groupe de travail de l’AFE en Commission X909X. Praticien et passionné d’éclairage extérieur.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE