Mesure des performances de la LED en horticulture
Previous
ALÉATOIRE
Territoires de nuit, par l'agence AWP
Next
728x90 Animated

Hommage à Keiichi Tahara, sculpteur de lumière, photographe

1951-2017. Keiichi Tahara, sculpteur de lumière, photographe et francophone est décédé le 6 juin 2017 à Tokyo au Japon. Hommage.
par Vincent Laganier26 juin 2017

Pour le monde de la lumière, Keiichi Tahara était un artiste humble, discret et plein de nuances due a ses origines japonaises. Il a vécu à Paris de 1972 à 2004, puis est retourné vivre à Tokyo où il s’est éteint le 6 juin 2017.

Du cristal du jardin minéral

En 1989, il réalise “Jardin de lumière” à Eniwa-Hokkaido au Japon. Une installation pérenne de 66 colonnes en cristal et 8 plaques de verre qui émettent de la lumière en fonction des sons d’une mélodie.

Jardin de lumière, Eniwa-Hokkaido, Japon – 1989 – Installation pérenne et photo : Keiichi Tahara

Les photos très graphiques de l’espace public enseveli sous un mètre de neige pendant six mois de l’année voyagerons à travers les publications du monde entier, installant l’homme parmi les précurseurs de l’art lumière d’aujourd’hui.

En France, il réalisera l’été 1993, le « Combat du dragon » dans les douves du château d’Angers.

Combat du dragon, douves du château, Angers, France – été 1993 – Installation éphémère et photo : Keiichi Tahara

Une installation éphémère à base de cristal lumineux sur un tapis de sable gris bleuté et blanc.

Jardin Niwa, Maison Européenne de la Photographie, Paris, France – Installation pérenne et photo : Keichii Tahara

En 2001, il exposera pour la première fois à la Maison Européenne de la Photographie de Paris. A cette occasion, il créera le “Jardin Niwa”, un jardin zen japonais dans la cour entre la rue de Fourcy et le musée, toujours visible de nos jours.

Tressages et échos de lumière

En 1999, Keiichi Tahara était lauréat du projet de mise en lumière de la vallée de la Chimie au Sud de Lyon avec Citelum et Alain Guilhot, non réalisée à ce jour. Des faisceaux traceurs devaient s’entrecroiser dans le ciel nocturne, telle une pyramide de lumière, et des mots être projetés sur le mur le long de l’autoroute du Sud de la France. Une installation dans l’esprit de son « Obélisque de lumière » réalisée en 1987 à Tokyo et « Trace de lumière » à Yokohama au Japon en 1988.

 

Tressage des lumières, pentes de la Croix-Rousse, Lyon, France – Festival Lyon Lumière 1999 – Parcours scénographique éphémère : Keichii Tahara et Stef Grivelet – Photo : Keichii Tahara

Autour du millénaire, il réalisera en France ses plus originales sculptures de lumière. Tout d’abord, pour la première édition du Festival Lyon Lumière début décembre 1999 [devenu aujourd’hui Fête des lumières de Lyon]. Avec Stef Grivelet, les pentes de la Croix-Rousse brilleront de “Tressage des lumières” en souvenir des ouvriers de la soie. Un parcours scénographique que le concepteur lumière, Laurent Fachard de LEA, avait coordonné lors de sa direction artistique de l’événement de 1998 à 2003.

Tressage des lumières, pentes de la Croix-Rousse, Lyon, France – Festival Lyon Lumière 1999 – Parcours scénographique éphémère : Keichii Tahara et Stef Grivelet – Photo : Vincent Laganier

A Paris, sa ville d’adoption, il donne en 2000 un coup maître. “Echos de lumière” dans le tunnel du canal Saint-Martin. Des arcs en ciel s’allument et s’éteignent lors du passage des bateaux mouches.

Echos de lumière, voûtes canal Saint-Martin, Paris, France – 2000 – Installation pérenne et photo : Keiichi Tahara

L’essence même du spectre de la lumière s’en trouve révélée de manière onirique. Cette réalisation fera la couverture du numéro 209 de la revue LUX de septembre-octobre 2000.

Pour publier ses deux dernières réalisations dans mon livre Lumières architecturales en France, j’avais eu l’occasion de rencontrer Keiichi Tahara. Je me rappelle d’un homme simple qui m’avais présenté son travail avec passion à son atelier de Paris. Sur le tard, en 2014, j’avais découvert son travail magnifique de photographe en noir et blanc avec Eric Michel. C’était lors de sa dernière exposition rétrospective de Keiichi Tahara à la Maison Européenne de la Photographie à Paris en forme de testament.

Parcours de photographe

Né à Kyoto au Japon en 1951, Keiichi Tahara apprend de la technique photographique avec son grand-père, photographe professionnel Yoshitaro Miyagawa. Au début des années 70, il est producteur et cameraman. Il réalise des films d’essais et de recherche en 16 mm noir et blanc et crée des projections de films, diapositives et lumières dans le groupe musical Red Buddha.

Série InBetween, 1992 © Keiichi Tahara

« La lumière du Japon, toujours voilée, n’a rien à voir avec celle de la France, très brutale et perçante. Et la nature de la lumière, j’en suis persuadé, a une incidence sur le paysage, les gens et même la langue que l’on parle ».

Keichii Tahara

Série InBetween, 1992 © Keiichi Tahara

Arrivé en France avec une troupe de théâtre moderne, il s’installe à Paris en 1973 et fait ses débuts dans la photographie en devenant photographe indépendant. Une de ses premières séries « Fenêtre » rechercher la forme de la lumière, et non pas la lumière à partir d’un objet. Entre 1974 et 1983, il photographie les baies des différents appartements qu’il habite à Paris, « comme si j’essayais d’établir et d’affirmer l’existence de mon « moi » racontait-il.

Appartement rue St Séverin, Paris 5ème – série fenêtre 1973-1982 – No inv. FNAC 94523 – Centre national des arts plastiques © Keiichi Tahara

Dès 1978, il commence un travail autour du portrait d’artistes et d’écrivains. Un art de la pause qui lui permettra de photographier ses plus grands contemporains. Parmi eux, notons : Joseph Beuys, Peter Brook, William Burrough, pour ne citer quelques noms. Comme l’expliquait Félix Guattari il s’agit « d’un transfert d’énonciation : au lieu que ce soit vous, le spectateur, qui contempliez la photographie, c’est brusquement elle qui vous surprend, qui se met à vous scruter, à vous interpeller, à vous pénétrer jusqu’au fond de l’âme ».

De 1979 à 1983, Keiichi Tahara photographie l’architecture de la fin du 19ème et du 20ème siècles dans l’Europe entière, pour l’ouvrage « Architecture de fin de siècle » en six volumes, publié au Japon.

En savoir plus

Lieu

  • Maison européenne de la photographie
  • Paris, France

Poursuivez votre recherche

Sujets Keiichi Tahara Sculpteur de lumière Paris Tokyo France Japon Installation lumière Scénographie lumière Parcours Lumières Photographie Noir et blanc Jardin de lumière Espace public Combat du dragon Cristal Jardin Eniwa-Hokkaido Angers Jardin Niwa Maison européenne de la photographie Vallée de la Chimie Citelum Alain Guilhot Festival Lyon Lumières Fête des Lumières Tressage des lumières Stef Grivelet Laurent Fachard Echos de lumière Canal Saint-Martin LUX, la revue de l'éclairage Lumières architecturales en France Yoshitaro Miyagawa Fenêtre Portrait Joseph Beuys Peter Brook William Burrough
Effets lumière Lumière blanche Lumière colorée Lumière diffuse
Techniques d'éclairage Éclairage intérieur Éclairage architectural
Professions Photographe Plasticien lumière Concepteur lumière
Supports Texte Photo Vidéo
Source Vincent Laganier Light ZOOM Lumière
Vincent Laganier
Vincent Laganier
Architecte diplômé de l'Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Nantes. Rédacteur en chef du portail Light ZOOM Lumière depuis 2012. Auteur de six ouvrages de référence sur la lumière, la ville et le bâtiment. Enseignant en conception lumière à l’ENSA Nantes, en photographie l'ENSA Strasbourg, en art lumière l'ENSATT Lyon et au projet d'éclairage à l’INSA Lyon.
728x90 Animated

Laisser un commentaire