Colorimétrie et éclairage LED : quelles opportunités en 2017 ?
Previous
ALÉATOIRE
Aparté historique sur l'évolution terminologique AFE / ACE / UCL
Next
728x90 Animated

Comparaison de DIALux Evo et DIALux 4.13 en 5 points

DIALux Evo ou DIALux 4.13. Migrer ou rester sur la version classique du logiciel ? Voici la réponse de l'éclairagiste en 5 points.
par Julien Vallet2 février 2017

Ne vous êtes vous jamais posé cette fameuse question…

Dois-je migrer sous DIALux Evo ou rester sur la version classique du logiciel ?

A travers cet article, nous comparerons l’efficacité, la facilité de mise en œuvre d’une action ou commande sur les deux versions de logiciel.

Critère 1 : la performance des machines

Si vous avez l’habitude d’utiliser votre ordinateur portable (avec une configuration simple pour des tâches de traitement de texte) et que vous souhaitez basculer sur la version Evo… STOP !! ou changer d’ordinateur. La nouvelle version est très gourmande en performance. Nous avons le droit de nous poser la question si la nouvelle version Evo n’a pas l’intention de réserver son software uniquement aux personnes armées et à l’aise avec l’univers de la conception 2D/3D (Autocad, 3DS Max, SketchUp…).

Critère 2 : la gestion des calques DWG

La version Evo a repris les grands principes de l’importation d’un plan Autocad à sa grande sœur :

  • La modification des échelles du dessin original (centimètre, mètre, kilomètre).
  • La définition de l’origine de planification (coordonnées x,y,z du plan).

En revanche, elle a su améliorer la gestion du calque DWG à l’écran de travail en ajoutant la fonction « déplacer dessin« . Un outil  intéressant pour recaler manuellement le plan en le superposant à son bâtiment dessiné. Très utile voire inévitable pour dessiner un bâtiment avec un plan par étage.

  • Étape 1 : sélectionner l’onglet dessin pour importer un plan .dwg.
  • Étape 2 : cliquer sur « importer DWG ».
  • Étape 3 : une fois que le plan apparait à l’écran, cliquer sur déplacer dessin.
  • Étape 4 : sélectionner à l’écran un point de départ et un point d’arrivé pour assurer une translation du plan.

Critère 3 : la qualité des rendus

A l’origine, le logiciel est avant tout un outil technique permettant de paramétrer une étude photométrique. Nous avons longtemps critiqué la version DIALux 4.XX comme un outil pauvre sur la restitution des rendus 3D. La version Evo aurait-elle pris en compte nos besoins ?

Étude réalisée par Lumière Consulting

Effectivement, avec un peu de temps devant soi (voire beaucoup…), nous pouvons obtenir des rendus 3D plus réalistes et travaillés. Attention, nous conseillons fortement de travailler en deux temps :

  • Étape 1 : se consacrer uniquement au projet brut (implantation des foyers, réglage, définition des surfaces de calcul…)
  • Étape 2 : une fois les grandeurs photométriques atteintes, il est possible de travailler les détails (matériaux, réglage T° de couleur, objets 3D).

A titre indicatif, un calcul lancé pour un projet retail intérieur de 900m² composé de 170 luminaires et de 4 objets 3D simples importés (mobilier) a pris 16 minutes (configuration du PC : I7- 2.4 Ghz, 16 Go de RAM, Windows 7 Pro).

Critère 4 : la gestion globale d’un bâtiment

Pour étudier un projet dans sa globalité (intérieur et abord extérieur), nous étions obligés sous DIALux 4.XX de traiter deux espaces indépendants l’un de l’autre. Il n’y avait pas de possibilité, sur un même espace de travail, de basculer de l’intérieur à l’extérieur. La version Evo nous invite à travailler depuis un seul espace confondu (intérieur / extérieur) par la présence de sa barre horizontale assurant aisément le basculement.

Vue intérieure du bâtiment par l’onglet « Pièce »

Vue extérieure du bâtiment par l’onglet « Délimitation bâtiment »

Critère 5 : l’interface graphique

Lorsque nous basculons pour la première fois sur l’interface des menus de DIAlux Evo, nous pouvons être déstabilisés et bouleversés par le changement radical de la présentation des onglets.

Pour les personnes ayant l’habitude de naviguer dans l’univers de la CAO et DAO, il sera très simple de prendre en main rapidement l’interface décomposé en 4 grands onglets :

  • La construction : tous les outils nécessaires à la modélisation 3D de notre environnement.
  • La lumière : du choix du luminaire à son implantation et son réglage.
  • Objets de calcul : les surfaces de calcul nous permettant de programmer les résultats photométriques.
  • Documentation : le menu « Édition de nos résultats ».

Au final, nous préférons la logique des onglets de la version Evo. Le plus dur restera de perdre petit à petit ses réflexes sous DIALux 4.XX.

Conclusion

La version Evo est une version demandant des ressources plus importantes (matériels, manipulation logiciel CAO/DAO). A chaque version son application. Pour un projet simple de contrôle ou d’étude, la version DIALux 4.13 est très efficace. Lorsqu’un client souhaite une projection, un visuel de son espace, il est préférable d’adopter la version Evo tout en gardant en tête que cela demandera plus de temps de travail… La dernière version du logiciel peut être un levier décisionnel pour un client final souhaitant une projection imagée.

Poursuivez votre recherche

Sujets DIALux evo DIALux 4.13 DIALux Logiciel éclairage Comparaison Performance machine Gestion calque DWG Qualité des rendus Gestion globale Bâtiment Interface graphique CAO DAO Critères de choix Ordinateur Logiciel
Professions Éclairagiste Concepteur lumière Ingénieur éclairagiste
Supports Texte Capture écran
Source Julien Vallet Light ZOOM Lumière

Lieu

  • Lumière Consulting
  • Lyon, France
Julien Vallet
Julien Vallet
Ingénieur et consultant en éclairage. Fondateur de Lumière Consulting depuis 2012, cabinet d'ingénierie en éclairage artificiel - naturel et organisme indépendant de formation en éclairage. Intervention sur les problématiques lumière en France et l'étranger avec la connaissance des réseaux électriques et problématiques chantier. Mon objectif : accompagner, conseiller, partager, aider au développement, les acteurs du monde de l'éclairage.
728x90 Animated
2 Commentaires
Laisser un commentaire
  • Lionel bessieres
    2 février 2017 at 12 h 52 min

    Attention aux écarts significatifs de résultats aussi entre les deux logiciels ! Toujours pas clair de ce cote

    • vallet
      3 février 2017 at 17 h 00 min

      Bonjour Lionel,
      votre retour est très interessant et malheureusement vrai….
      Nous avons réalisé une simulation photométrique comparative avec les deux logiciels :
      – Dimension de la pièce ( 15m x 10m x 2.8m),
      – même typologie de produit ( LED PANEL THORN OMEGA LED ref 3250),
      – implantation rectangulaire avec encastrement plafond,
      – Coefficient reflexion 70/50/20.
      – même zone de mesure ( au sol ).
      – même facteur de maintenance : 0.9
      Conclusion : niveau d’éclairement Dialux 4.13 : 509 lux / Dialux EVO : 448 lux soit une différence de 12 %. En revanche l’uniformité reste identique.
      Cela modifie du coup le curseur énergétique servant à évaluer l’efficacité lumineuse d’une installation dans un projet RT ( w/m²/100 lux).
      Au final nous avons le droit de nous poser la question :  » quelle version est la plus réaliste ? « . Une réponse que l’on essayera d’apporter dans un futur billet….

Laisser un commentaire