Cité de la Culture de Galice, Saint-Jacques-de-Compostelle, Espagne
Previous
ALÉATOIRE
Nuit Blanche 2013, Paris : Claude Lévêque, je suis ici pour me cacher
Next

Moving Target : Frédéric Flamand et Diller+Scofidio

La Maison de la Danse de Lyon a reçu Moving Target. Collaboration réussie du chorégraphe Frédéric Flamand et des architectes américains Diller+Scofidio.
par Vincent Laganier17 octobre 2013

Durant un voyage de six mois au Brésil, Frédéric Flamand découvre le processus créatif de l’architecte Lina Bo Bardi. « Elle apportait des objets et commençait à rêver. » raconte le chorégraphe.

Frédéric-Flamand-2_1

Frédéric Flamand

De là, naît l’idée de travailler avec des architectes. La rencontre entre Frédéric Flamand, Elisabeth Diller et Ricardo Scofidio était évidente. Le chorégraphe se rappelle ses lectures des livres des architectes :

« Pour nous, l’architecture, c’est tout ce qui se passe entre la peau d’une personne et la peau d’une autre personne. » Diller+Scofidio

Partant des Cahiers non censurés du chorégraphe Vaslav Nijinski sur la création et ses méandres, Flamand va travailler sur la schizophrénie pour ce spectacle.

La scénographie

L’architecture créée par Diller+Scofidio – agence basée à New-York – est une interface. C’est un miroir semi-transparent, de la largeur du plateau, qui bascule à 45° au-dessus de la scène.

Moving Target, Fréderic Flamand et Diller+Scofidio © F

Moving Target, Fréderic Flamand et Diller+Scofidio © de Cugnac

Il crée un trouble visuel très intéressant pour le spectateur. Où regarder les danseurs ? Sur le plateau ou sur le reflet dans le miroir ? A deux endroits opposés de l’espace scénique, simultanément, quelles actions suivre ?

Moving Target, Fréderic Flamand et Diller+Scofidio © Pipitone

Moving Target, Fréderic Flamand et Diller+Scofidio © Pipitone

En toute conscience, le spectateur expérience la folie du regard. Le nécessaire choix qui s’impose à chacun. Pour Flamand, « Le miroir fait éclater la perception de la boîte scénique. On a l’impression qu’un danseur vole. Il pose aussi la question du statut du corps pour les danseurs. »

La danse

Le spectacle est calé au millimètre, architecture oblige. C’est une performance artistique et technique à la fois. Il y a une beauté géométrique dans la composition de la danse. Les barres sont comme des « échelles graphiques » d’un plan, sur tirage papier d’antan.

Moving Target, Fréderic Flamand et Diller+Scofidio © Barak HD

Moving Target, Fréderic Flamand et Diller+Scofidio © Barak

Peinte en noir et blanc, la barre de fond de scène rappelle celle d’une salle de danse, version plus architecturale. Un moment intéressant est le solo d’un danseur qui joue avec un texte défilant sur le sol. Le texte est d’abord projeté à l’horizontale dans le miroir. Puis, il se réfléchit sur scène. Entre virtuel et son image, le jeu visuel est impressionnant.

La lumière

Dans deux séquences magiques du spectacle, les danseurs jouent avec ces barres blanches et noires, comme en apesanteur. Elles deviennent lumineuses marquant ainsi leurs matérialités.

« La lumière, c’est ce qui fait vivre la scène et lui donne sa virtualité. Corps réel, virtuel, reflet, transparence et opacité. Elle sculpte l’espace. Fait apparaître et disparaître. » déclare Frédéric Flamand.

Côté technique, un cyclorama blanc en fond de scène est éclairé uniformément en vert pomme au début ou en blanc moyen selon le moment du spectacle. Il est recouvert d’un tapis noir pour les scènes où le miroir est incliné afin d’augmenter le contraste avec le fond.

Moving Target, Fréderic Flamand et Diller+Scofidio © Pipitone

Moving Target, Fréderic Flamand et Diller+Scofidio © Pipitone

Deux faisceaux diagonaux blanc froid HMI créent des lumières frisantes sur le plateau, de la face-cour au lointain-jardin, et vice et versa. Elles projettent un rectangle blanc sur le fond dans lequel l’ombre du danseur fait partie de l’action, dans l’axe de tir du projecteur.

Moving Target, Fréderic Flamand et Diller+Scofidio © de Cugnac

Moving Target, Fréderic Flamand et Diller+Scofidio © de Cugnac

Classique de la danse, il y a une batterie de projeteurs halogène en latéraux, souvent gélatinés en blanc froid, pour souligner les mouvements.

Autres techniques, plus avant-gardiste pour la scène :

  • des pointeurs laser rouge portés par les danseurs,
  • un panneau à message variable en LED rouge,
  • des projections vidéo de cinq spots de publicité sur le corps, revus et corrigés sur un mode humoristique,
  • des projections d’images vidéo : parties de corps, de textes en capitale,
  • une projection d’un pointeur cible : Moving Target.

Frédéric Flamand conclut : « Le spectacle vivant est aussi un spectacle médias. »

Quelques vidéos utiles

Lieu

  • Maison de la Danse
  • 8 Avenue Jean Mermoz, 69008 Lyon, France

Équipe artistique

Chorégraphe Frédéric Flamand
Scénographe Elisabeth Diller Ricardo Scofidio Diller+Scofidio
Vidéo Diller+Scofidio
Assistante du chorégraphe Yasuyuki Endo Cristina Dias
Conseiller artistique Bernard Degroote
Conseillers musicaux & musiciens Jean-Paul Dessy Violoncelle Boyan Vodenitcharov Piano
Musique J.-S. Bach J.-P. Dessy L. Jadot Acid Kirk A. Pärt Seal Phüric A. Schnittke D. Shostakovitch B. Vodenitcharov G. Ustvolskaïa
Production Ballet National de Marseille Centre chorégraphique national
Création Plan K Charleroi Belgique 1996
Recréation Ballet National de Marseille Grand Théâtre de Provence Aix-en-Provence 2010

Équipe du projet

ZOOM +

 
De “Corps est graphique” à “Pixel”, l’art de Mourad Merzouki
 
Nonotak Studio à l’Opéra de Lyon avec leur performance « Late Speculation » !
 
Flashback : Coop Himmelb(l)au et Yann Kersalé, Expo.02, Bienne, Suisse
 
Grid de Christopher Bauder en cours de montage

ZOOM -

Poursuivez votre recherche

Sujets Moving Target Architecture Scène Ombre Image Mouvement Projecteur Miroir Plateau 45° Spectateur Danse Performance Échelle graphique Géométrie Barre Texte défilant Virtuel Cyclorama HMI Halogène Séquence Danseur Visuel Américain Charleroi Marseille Frédéric Flamand Maison de la Danse Scénographie Boîte noire Vidéo projection
Effets lumière Lumière latérale Lumière graphique Projection d'images
Techniques d'éclairage Éclairage scénique
Professions Créateur lumière Architecte Scénographe Concepteur lumière Éclairagiste Plasticien lumière Photographe
Supports Texte Photo
Fonction du lieu Théâtre
Source Vincent Laganier Light ZOOM Lumière
728x90 Animated
Vincent Laganier
Vincent Laganier
Architecte diplômé de l'Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Nantes. Rédacteur en chef du portail Light ZOOM Lumière depuis 2012. Auteur de six ouvrages de référence sur la lumière, la ville et le bâtiment. Enseignant en conception lumière à l’ENSA Nantes, en art lumière l'ENSATT Lyon et au projet d'éclairage à l’INSA Lyon.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE