Un Son et Lumière à la collégiale Notre Dame de Poissy
Previous
ALÉATOIRE
Prix de l’ACEtylène 2014 : lauréats, partenaires et jury
Next

Benjamin Millepied, L.A. Dance Project et lumière à Lyon

Performances réussies de Benjamin Millepied, Roy Assaf et Hiroaki Umeda. Elles clôturent la Biennale de la Danse de Lyon 2014.
par Vincent Laganier3 octobre 2014

Par ordre de passage sur scène, Hiroaki Umeda ouvre la représentation.

Peripheral Stream – Création 2014 de Hiroaki Umeda

Comme à son habitude, deux écrans sont placés en L. L’un est au sol. L’autre en fond de scène. Il cadre ainsi le plateau.

Peripheral Stream - Création 2014 de Hiroakari Umeda, Lyon © Michel Cavalca

Peripheral Stream – Création 2014 de Hiroaki Umeda, Lyon © Michel Cavalca

Pour cette pièce, quatre danseurs sont habillés en noir. Ils contrastent avec l’écran immaculé de blanc.

Chorégraphie, son, image et création lumière : Hiroaki Umeda

Les projections vidéos sont constituées de plusieurs trames blanches sur fond noir :

  • lignes, droites ou courbes,
  • grilles, orthogonales ou courbes.

Ces trames projetées sont en constante vibration. L’effet est proche d’une vision stroboscopique. Parfois, c’est dérangeant visuellement.

Peripheral Stream - Création 2014 de Hiroakari Umeda, Lyon © Michel Cavalca

Peripheral Stream – Création 2014 de Hiroaki Umeda, Lyon © Michel Cavalca

D’autres moments sont étonnants. Comme la dilatation de l’espace lorsque la distance entre les lignes s’espace ou se rapproche. Pas de répit, la morphologie du plateau change continuellement.

L’éclairage est blanc froid. Deux ambiances alternent durant tout le spectacle.

  • En douche : inondant la scène d’un halo de lumière lorsque la projection vidéo est peu ou pas présente.
  • En latéraux : à 1,5 mètre du sol, ne touchant pas le plateau. Comme si les danseurs évoluaient sans toucher terre.
Peripheral Stream - Création 2014 de Hiroakari Umeda, Lyon © Michel Cavalca

Peripheral Stream – Création 2014 de Hiroaki Umeda, Lyon © Michel Cavalca

Le son est sur mesure. Par petite touche. Aux limites de l’audible. Toujours juste. Jamais assourdissant trop longtemps.

J’avais vu en 2012 lors de la dernière Biennale de la Danse à Oullins : Holistic Strata. Pièce pour un solo de Hiroaki Umeda. La synchronisation entre les projections vidéo, les mouvements et les lumières étaient plus justes de mémoire.

À la fin, ce spectacle est un choc visuel, une performance qui laisse sur sa fin.

Selfie Hiroaki Umeda

II Acts for the Blind – Première mondiale 2014 de Roy Assaf

Autre univers. Pendant le quart d’heure de l’entracte, la salle s’envahit progressivement de fumée légère. Lorsque le rideau s’ouvre, on découvre une brume sur scène. Le plateau est nu ou presque. Au centre, un carré blanc en gaffer et dix douches PAR blanc froid matérialisent l’espace de jeu. De part et d’autre, une ambiance diffuse verdâtre est constituée de quatre horizïodes, toujours en douche. Trois découpes de face réduisent les contrastes sur les danseurs éclairés en douche.

Création lumière de Omer Sheizad

Au fur et à mesure du spectacle, sur un morceau de piano, la danse est mouvement au sol, debout ou en groupe. Parfois saccadée, presque robotique, elle se joue de notes d’humour ou de sensualité.

II Acts for the Blind - Première mondiale 2014 de Roy Assaf, Lyon © Michel Cavalca

II Acts for the Blind – Première mondiale 2014 de Roy Assaf, Lyon © Michel Cavalca

Des latéraux diagonaux PAR, des douches ponctuelles blanc chaud sculptent les corps selon la position des danseurs. Telle la répétition d’un spectacle sans parole, on assiste à une chorégraphie millimétrée, calée sur l’espace carré.

II Acts for the Blind - Première mondiale 2014 de Roy Assaf, Lyon © Michel Cavalca

II Acts for the Blind – Première mondiale 2014 de Roy Assaf, Lyon © Michel Cavalca

Au milieu du ballet, un acteur vient s’installer côté cour avec un triangle à la main. Ting ! Avec ses explications en anglais sous-titré, les danseurs s’habillent en tenue de ville. Ils refont le spectacle à l’identique.

II Acts for the Blind - Première mondiale 2014 de Roy Assaf, Lyon © Michel Cavalca

II Acts for the Blind – Première mondiale 2014 de Roy Assaf, Lyon © Michel Cavalca

Une histoire est soudainement contée. Les mouvements des danseurs vus précédemment sous l’angle de la danse prennent un autre sens. Ils deviennent une représentation théâtrale avec une voix Off. Belle performance qui tourne en dérision le mouvement, non sans humour et délicatesse.

II Acts for the Blind - Première mondiale 2014 de Roy Assaf, Lyon © Michel Cavalca

II Acts for the Blind – Première mondiale 2014 de Roy Assaf, Lyon © Michel Cavalca

Hearts and Heroes – Première mondiale 2014 de Benjamin Millepied

Comme un film noir et blanc, la scène s’ouvre sur un tapis noir. Très graphiques, les danseurs en marche créent des impressions de ralenti. La lumière classique d’un plateau de danse en blanc froid : latéraux haut et bas et douche, l’ensemble en blanc froid.

Création lumière de Roderick Murray

Les danseurs sont vêtus d’un débardeur blanc en haut. En bas, il s’agit d’un cycliste carrelé noir et blanc pour les hommes et d’une jupe du même tissu pour les femmes.

Hearts and Heroes - Création mondiale 2014, Benjamin Millepied, L.A. Dance Project, Lyon © Michel Cavalca

Hearts and Heroes – Création mondiale 2014, Benjamin Millepied, L.A. Dance Project, Lyon © Michel Cavalca

Les scènes s’enchaînent très vite avec une légère pénombre entre deux. Changement d’ambiance à chaque scène, voire pendant l’action chorégraphique.

Deux contre-jour HMI puissants et quelques latéraux sculptent alors les mouvements des danseurs.

Le fond de scène de velours noir s’ouvre sur un cyclo blanc froid. Le cadrage panoramique horizontal est de 2,5 m environ de hauteur sur toute la largeur de la scène.

Hearts and Heroes - Création mondiale 2014, Benjamin Millepied, L.A. Dance Project, Lyon © Michel Cavalca

Hearts and Heroes – Création mondiale 2014, Benjamin Millepied, L.A. Dance Project, Lyon © Michel Cavalca

Latéraux blanc froid sur la scène auxquels s’ajoute une douche blanc chaud sur le cercle des danseurs. Le cyclo passe en blanc chaud.

Puis le rideau noir masquant le haut du cyclo part dans les cintres. Progressivement, les pendillons disparaissent. C’est l’envol de toute le cadre de scène qui se produit sous nos yeux. Un mouvement ascendant lent des pendillons vers les cintres selon trois plans du lointain à la face.

Hearts and Heroes - Création mondiale 2014, Benjamin Millepied, L.A. Dance Project, Lyon © Michel Cavalca

Hearts and Heroes – Création mondiale 2014, Benjamin Millepied, L.A. Dance Project, Lyon © Michel Cavalca

Les coulisses deviennent alors visibles pendant que les danseurs continuent l’action. Le cyclo s’élève également dans les cintres pour laisser apparaitre le mur du fond de scène en béton de la Maison de la Danse.

La lumière continue de changer très rapidement d’une scène à l’autre. Ce qui rompt avec la plénitude des violons de la musique classique diffusée. Quel ballet rafraichissant !

Intermittents du spectacle

Dans le programme de la représentation et au début du spectacle, un message était diffusé en off pour soutenir le combat des intermittents du spectacle. Sans lumière sur scène, il n’y aurait pas de représentation scénique. Que ce billet soutienne la profession en France pour défendre son statut.

“Musiciens, artistes, comédiens, réalisateurs, électriciens, techniciens du son, régisseurs, maquilleuses, chorégraphes, chanteurs…

Un intermittent du spectacle est un artiste ou un technicien qui travaille par intermittence, une alternance de période d’emploi et de chômage, pour des entreprises :

  • du spectacle vivant,
  • du cinéma et
  • de l’audiovisuel.

Si le régime de l’intermittence disparait, c’est plus de 900 métiers qui sont concernés. Un artiste ne choisit pas d’être intermittent tout comme un instituteur ne choisit pas d’être fonctionnaire. Il s’agit aujourd’hui de se battre et de défendre ces métiers, pour vous permettre de continuer à :

  • aller au cinéma,
  • regarder la télévision,
  • aller voir des spectacles, des concerts, et vous rendre à des festivals.

Sachez que le spectacle auquel vous allez assister n’aurait pas eu lieu sans les intermittents. Alors gardez les yeux ouverts sur ce qui se passe actuellement et parlez-en autour de vous.

Soutenez-nous. Soutenez la Culture”.

Lieu

  • Maison de la Danse
  • 8 Avenue Jean Mermoz, 69008 Lyon, France

Équipe artistique

Chorégraphe Benjamin Millepied L.A. Dance Project Roy Assaf Hiroaki Umeda
Créateur lumière Omer Sheizad Hiroaki Umeda Roderick Murray
Vidéo Hiroaki Umeda

ZOOM +

 
Vortex de Phia Ménard, Compagnie Non Nova
 
De “Corps est graphique” à “Pixel”, l’art de Mourad Merzouki
 
Empreintes, Encre et Lumière à Nantes, Cie “Turn off the light”, Julien Breton aka Kaalam, Festival Stereolux
 
Lee Curant aux lumières du spectacle SUN

ZOOM -

Poursuivez votre recherche

Sujets Biennale de la Danse de Lyon Scénique Spectacle 2014 Biennale Intermittent Éclairage Lumière Chorégraphe Danse Intermittents du spectacle II Acts for the Blind Peripheral Stream Hearts and Heroes Maison de la Danse Vidéo projection
Effets lumière Lumière en douche Projection d'images
Techniques d'éclairage Éclairage scénique
Professions Créateur lumière Scénographe Chorégraphe Metteur en scène
Supports Texte Photo
Fonction du lieu Théâtre
Source Vincent Laganier Light ZOOM Lumière
728x90 Animated
Vincent Laganier
Vincent Laganier
Architecte diplômé de l'Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Nantes. Rédacteur en chef du portail Light ZOOM Lumière depuis 2012. Auteur de six ouvrages de référence sur la lumière, la ville et le bâtiment. Enseignant en conception lumière à l’ENSA Nantes, en art lumière l'ENSATT Lyon et au projet d'éclairage à l’INSA Lyon.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.