Le Li-Fi est-il l'avenir de l'éclairage connecté ?
Previous
ALÉATOIRE
Tutoriel DIALux evo : gestion du rendu graphique
Next
728x90 Animated

Urbanisme lumière au service de la nature en ville

Diplômé 2015 du Mastère spécialisé éclairage urbain de l'INSA de Lyon, Mathias Schaal est designer d’espace. Résumé de sa thèse.
par Mathias Schaal31 mars 2016

« Au lieu d’endommager des écosystèmes, pourquoi ne pas commencer à en créer »

Professeur Jacqueline McGlade

Avec plus de 50% de citadins sur la planète en 2010, le grand tournant est résolument amorcé vers l’invention de la ville moderne – conviviale, dense, active et porteuse d’espoir – vertueusement inspirée par une conscience environnementale.

Au-delà de ses fonctions de repérage, de sécurité et d’embellissement, l’éclairage urbain est communément perçu comme une cause de pollutions nocturnes et de surconsommations énergétiques. Récente discipline, méconnue et incomprise de l’aménagement du territoire, l’urbanisme lumière tient pourtant un rôle essentiel dans l’organisation des espaces publics puisque le temps d’une nuitée équivaut à la durée du jour.

Les trois piliers communément associés au développement durable : l’équitable, le viable et le vivable © Revue Géographie

Les trois piliers communément associés au développement durable : l’équitable, le viable et le vivable © Revue Géographie

Genèse d’une réflexion durable

Les mises en valeur du patrimoine architectural, urbain et paysager composent la vitrine des éclairagistes, dont l’habileté réside à agencer géo-temporellement les qualités artistiques et fonctionnelles de la lumière artificielle. Pour autant, la réflexion sur l’aménagement nocturne des villes doit être désormais guidée par une approche pluridisciplinaire, alliant les compétences des gestionnaires et des représentants des collectivités aux connaissances des cortèges représentatifs de la démocratie locale comme les associations de proximité et d’environnementalistes, qui par leur travail quotidien portent des idées novatrices. Ainsi, qu’elles soient artistiques ou purement fonctionnelles, les conceptions de mises en lumière de ces futures polarités urbaines et écologiques ne seront plus l’œuvre exclusive d’architectes et de concepteurs lumière, car désormais leur fonction est aussi d’instaurer un processus de dialogue avec ces diverses communautés sociétales et scientifiques.

WebBanner_728x90-MsEU2016

Nuit urbaine et milieux naturels

Pléthore d’études et de rapports scientifiques portant sur l’impact environnemental de l’éclairage tendent à démontrer que la lumière artificielle occasionne des nuisances sur la faune et la flore (altération des cycles biologiques, fragmentation de l’habitat naturel, modification des comportements et des migrations…). Au même titre que l’étalement urbain, l’éclairage a ainsi participé importunément à l’appauvrissement de la biodiversité en ville.

Toutes les solutions envisagées ne portent très généralement que sur la dépense énergétique des réseaux d’éclairage, à juste raison d’ailleurs, puisque le potentiel des réductions de consommations peut largement dépasser les objectifs planétaires.

Mais d’autres pistes restent à explorer !

« Creativity is the ability to produce work that is both novel and appropriate »

Robert Sternberg

Des mutations qui affectent les temps et les territoires © Luc Gwiazdzinski - La nuit, dimension oubliée de la ville. Entre insécurité et animation : l'exemple de Strasbourg, 2002, Doctorat en Géographie Humaine, Université Louis Pasteur, Strasbourg, Directeur de Recherche : Professeur : C. Cauvin. Jury : C. Cauvin, D. Pumain, S. Body-Gendrot, R., Kleinschmager, L. Bui-Trong

Des mutations qui affectent les temps et les territoires © Luc Gwiazdzinski – La nuit, dimension oubliée de la ville. Entre insécurité et animation : l’exemple de Strasbourg, 2002, Doctorat en Géographie Humaine, Université Louis Pasteur, Strasbourg, Directeur de Recherche : Professeur : C. Cauvin. Jury : C. Cauvin, D. Pumain, S. Body-Gendrot, R., Kleinschmager, L. Bui-Trong

Le territoire nocturne de la ville n’est pas une étendue géographique uniforme et continue : les usages de l’espace urbain sont éparses et irréguliers parce que fonction des temporalités – quotidiennes et saisonnières – de la vie citadine. Entre espaces animés et délaissés par les usages, l’établissement d’un nouvel équilibre entre lumière artificielle et obscurité nocturne est la stratégie durable, nécessaire pour retrouver la Nuit en ville, contrastée, respectueuse des cycles biologiques « naturels » et conciliant les mutations sociétales.

Défragmenter la matrice éco-paysagère nocturne, augmenter la connectivité écologique © Samuel Challéat - Collectif Renoir, UMR 5193 LISST-Dynamiques Rurales, Toulouse

Défragmenter la matrice éco-paysagère nocturne, augmenter la connectivité écologique © Samuel Challéat – Collectif Renoir, UMR 5193 LISST-Dynamiques Rurales, Toulouse

Stratégie nocturne durable

Cette nouvelle stratégie, à inclure aux Sdal – Schéma directeur d’aménagement lumière – classifie les espaces à caractère naturel en fonction de leur typologie, de leur localisation et de leurs fonctions écologiques recensées par les trames vertes et bleues de la loi Grenelle 1. La trame noire est alors utilisée comme un outil de modélisation d’un maillage d’obscurité nocturne ; elle se conçoit comme une déduction de la morphologie urbaine et naturelle de la ville, résultant de l’observation des rythmes des activités, des temporalités des mobilités et de la qualité des biotopes.

A tous les niveaux d’études, cette nouvelle stratégie doit associer les acteurs scientifiques et associatifs reconnus, qui détiennent la connaissance de la biodiversité locale et sont très réceptifs à une démarche responsable et durable de planification nocturne.

Évaluation des fonctions écologiques et urbaines nocturnes de la ville de Strasbourg à l’horizon 2020 – Thèse du Mastère spécialisé Éclairage Urbain 2015 – INSA de Lyon © Mathias Schaal

Évaluation des fonctions écologiques et urbaines nocturnes de la ville de Strasbourg à l’horizon 2020 – Thèse du Mastère spécialisé Éclairage Urbain 2015 – INSA de Lyon © Mathias Schaal

La discipline de l’éclairagisme opère sa transition. La créativité et l’innovation portées par les concepteurs lumière de demain évolue, au-delà de la recherche artistique, vers une technicité alliant une véritable conscience sociétale et environnementale. Car il s’agit bien d’assumer les enjeux écologiques présents et futurs !

WebBanner_728x90-MsEU2016

L’écriture réglementaire est sans aucun doute de grand intérêt à travers les documents d’urbanisme et de conceptions nocturnes intégrant, tous deux, cette composante écologique à la planification urbaine. L’établissement d’une stratégie durable nécessite de tester de nouvelles prescriptions en faveur de la connectivité écologique nocturne et de faire évoluer des labellisations pour les espaces naturels en ville.

Parallèlement, la connaissance scientifique des impacts de la lumière artificielle sur la biodiversité doit augmenter. La poursuite des expérimentations locales nocturnes doit trouver son processus utile, et même bien au-delà de l’échelle de la ville, c’est-à-dire à l’échelle des Parcs Naturels, immenses réservoirs de biodiversité, et de leurs abords.

Trame noire corridors, continuités et perméabilités obscures, secteurs de transition et zones temporaires obscurité a Strasbourg - Thèse du Mastère spécialisé Eclairage Urbain 2015 - INSA de Lyon © Mathias Schaal

Trame noire corridors, continuités et perméabilités obscures, secteurs de transition et zones temporaires obscurité a Strasbourg – Thèse du Mastère spécialisé Eclairage Urbain 2015 – INSA de Lyon © Mathias Schaal

A travers la planification de l’obscurité nocturne, il convient aussi de pallier aux enjeux économiques : du marketing vers l’économie de gestion et d’investissement, en n’omettant pas l’emploi d’une démarche pédagogique à l’égard des usagers, condition première de la réussite de tout projet.

Et surtout, il paraît essentiel de répéter et d’argumenter que cette stratégie revêt un intérêt double : l’amélioration de la qualité environnementale de la ville et la réduction des consommations énergétiques globales.

WebBanner_728x90-MsEU2016

Pour les cartographies, les documents utilisés sont :

  • PADD du PLU de l’Euro-métropole de Strasbourg
  • Périmètre des Parcs Naturels Urbains
  • Carte Trame Verte et Bleue (Elyx) de l’Euro-métropole de Strasbourg
  • Extrait du SDAL de Strasbourg par l’Acte Lumière

Poursuivez votre recherche

Sujets Urbanisme lumière Nature Ville Écosystème Planète Environnement Stratégie nocturne Aménagement durable Territoire Développement durable Nuit urbaine Milieu naturel Fragmentation Temps Luc Gwiazdzinski Territoire nocturne Cycle biologique Durable Trame noire Temporalité Parc naturel Consommation énergétique Mastère Spécialisé Eclairage Urbain INSA de Lyon PADD PLU Sdal Strasbourg L'Acte Lumière Euro-métropole Trame verte Trame bleue Samuel Challéat Collectif Renoir Horizon 2020
Effets lumière Lumière directe Lumière indirecte
Techniques d'éclairage Éclairage urbain Éclairage public Éclairage architectural
Professions Collectivités Éclairagiste Concepteur lumière Installateur Fabricant
Supports Texte Dessin Plan
Fonction du lieu Métropole
Source Mathias Schaal Light ZOOM Lumière

Lieu

  • Strasbourg, France
Mathias Schaal
Mathias Schaal
Eclairagiste - Bureau d’études indépendant BEREST
728x90 Animated
2 Commentaires
Laisser un commentaire
  • 4 avril 2016 at 12 h 26 min

    Encore un travail remarquable issu du MsEU pour son approche transversale de la lumière .
    Cette thèse est intéressante à plusieurs titre et particulièrement parce qu’elle conclue sur une quasi obligation aux concepteurs d' »instaurer un dialogue » avec d’autres acteurs et compétences. C’est une évidence qu’il est bien de formuler en accompagnement de la présentation de ces fameuses trames noires qui sont citées de plus en plus. Pour une majorité, un flou persiste et c’est le concepteur qui va définir les territoires à protéger et décider les mesures adéquates. Il importe pour préserver un patrimoine paysagé et sa biodiversité de mobiliser des spécialistes des parties concernées, mais aussi de prévoir dans le cahier des charges d’appel d’offre les moyens d’instruire ce « dialogue » par des missions pour identifier ce patrimoine et les mesures conservatoires nécessaires. Cette remarque est sous-entendue dans le mémoire de Mathias Schaal, je me permets de la préciser.
    Bien cordialement

Laisser un commentaire